• 500 ans de la Réforme: examiner l’histoire ensemble et « se libérer des préjugés »- Zenit

    500 ans de la Réforme: examiner l’histoire ensemble et « se libérer des préjugés »

    Le pape s’adresse à un Congrès d’historiens sur Luther (traduction intégrale)

    Congrès sur la figure de Luther au Vatican © L'Osservatore Romano

    Congrès Sur La Figure De Luther Au Vatican © L'Osservatore Romano

    « Aujourd’hui, en tant que chrétiens, nous sommes tous appelés à nous libérer de préjugés envers la foi que les autres professent avec un accent et un langage différents » : le pape a formulé par deux fois cet impératif, devant les participants à un congrès d’historiens, organisé au Vatican sur la figure de Luther (1483-1546), qu’ils a reçus le 31 mars 2017. Il a encouragé une étude historique « attentive et rigoureuse » sur la figure de l’initiateur de la Réforme, afin « d’assumer ce qu’il y a eu de positif et de légitime » et de prendre ses distances « par rapport aux erreurs, exagérations et échecs ».

    « Des approfondissements sérieux sur la figure de Luther et sa critique contre l’Église de son temps et la papauté contribuent certainement à dépasser ce climat de méfiance et de rivalité mutuelles qui a trop longtemps, dans le passé, caractérisé les rapports entre catholiques et protestants », a estimé le pape devant les experts du Congrès international organisé par le Comité pontifical des Sciences historiques, à l’occasion du Vème centenaire de la Réforme (1517-2017).

    « Parler de Luther, catholiques et protestants ensemble, sur l’initiative d’un organisme du Saint-Siège : nous touchons vraiment du doigt les fruits de l’action de l’Esprit Saint qui surpasse toutes les barrières », a souligné le pape François. L’événement avait pour thème « Luther, 500 ans plus tard. Une lecture de la Réforme luthérienne dans son contexte historique ecclésial » (29-31 mars).

    Si « le passé ne peut être changé », a ajouté le pape, « cependant, aujourd’hui, (…) il est possible d’effectuer une purification de la mémoire qui ne consiste pas à faire une correction irréalisable de ce qui s’est passé il y a cinq cents ans, mais à ‘raconter cette histoire d’une autre manière’, sans plus de traces de cette rancœur pour les blessures subies, qui déforme la vision que nous avons les uns des autres ».

    AK

    Salutations du pape François

    Chers frères,

    Mesdames et Messieurs,

    Je vous accueille avec plaisir et je vous adresse mes cordiales salutations. Je remercie le père Bernard Ardura pour ses paroles avec lesquelles il a résumé le sens de votre Congrès sur Luther et sa réforme.

    Je vous confesse que le premier sentiment que j’éprouve devant cette louable initiative du Comité pontifical des Sciences historiques est un sentiment de gratitude envers Dieu, accompagné d’un certain étonnement à la pensée qu’il y a encore peu de temps, un congrès de ce genre aurait été tout à fait impensable. Parler de Luther, catholiques et protestants ensemble, sur l’initiative d’un organisme du Saint-Siège : nous touchons vraiment du doigt les fruits de l’action de l’Esprit Saint qui surpasse toutes les barrières et transforme les conflits en occasions de croissance dans la communion. ‘Du conflit à la communion’ est justement le titre du document de la Commission luthérienne-catholique romaine, en vue de la commémoration commune du cinquième centenaire du début de la Réforme de Luther.

    Je me suis réjoui d’apprendre que cette commémoration a offert à des chercheurs provenant de différentes institutions l’opportunité de regarder ensemble ces événements. Des approfondissements sérieux sur la figure de Luther et sa critique contre l’Église de son temps et la papauté contribuent certainement à dépasser ce climat de méfiance et de rivalité mutuelles qui a trop longtemps, dans le passé, caractérisé les rapports entre catholiques et protestants. Une étude attentive et rigoureuse, libre de préjugés et de polémiques idéologiques, permet aux Églises, aujourd’hui en dialogue, de discerner et d’assumer ce qu’il y a eu de positif et de légitime dans la Réforme, et de prendre leurs distances par rapport aux erreurs, exagérations et échecs, en reconnaissant les péchés qui ont porté à la division.

    Nous sommes tous bien conscients que le passé ne peut être changé. Cependant, aujourd’hui, après cinquante ans de dialogue œcuménique entre catholiques et protestants, il est possible d’effectuer une purification de la mémoire qui ne consiste pas à faire une correction irréalisable de ce qui s’est passé il y a cinq cents ans, mais à « raconter cette histoire d’une autre manière » (Commission luthérienne-catholique romaine pour l’unité, Du conflit à la communion, 17 juin  2013, 16), sans plus de traces de cette rancœur pour les blessures subies, qui déforme la vision que nous avons les uns des autres. Aujourd’hui, en tant que chrétiens, nous sommes tous appelés à nous libérer de préjugés envers la foi que les autres professent avec un accent et un langage différents, à nous échanger mutuellement le pardon pour les fautes commises par nos pères et à invoquer ensemble de Dieu le don de la réconciliation et de l’unité.

    Tout en accompagnant par la prière votre précieux travail de recherche historique, j’invoque sur vous tous la bénédiction de Dieu tout-puissant et miséricordieux. Et je vous demande, s’il vous plaît, de prier pour moi. Que Dieu nous bénisse tous. Merci !

    © Traduction de Zenit, Constance Roques

     source ZENIT,org
    ----------------------------
     
    Articles récents- OFS-Sherb
    « Il y a une pratique chrétienne de la politique. - BrunoVIDÉO - Église en sortie 31 mars 2017 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :