• Texte que j'ai vu affiché dans le bureau d'une amie : Alice

    Les règles du bonheur

     

    Les règles du bonheur TOUJOURS AVOIR LE SOURIRE 

    AIMER LES AUTRES 

    APPRÉCIER LES PETITES CHOSES DE LA VIE 

    PRENDRE SOIN DE L’AUTRE 

    PARLER ET SAVOIR ECOUTER LES AUTRES 

    VIVRE L’INSTANT PRÉSENT 

    AVANCER SANS SE RETOURNER 

    SAVOIR PARDONNER LES ERREURS 

    DIRE JE T’AIME SOUVENT 

    VIVRE CHAQUE JOUR COMME SI C'ÉTAIT LE DERNIER 

    MAIS SURTOUT Aimer la vie !!!

    Et Voir, au jour le jour, des petits miracles d'amour

    et s'en ÉMERVEILLER !!!

    -------------------

    Articles récents

    votre commentaire
  • Faire le choix des pauvres pour combattre les pauvretés.

    Pauvre dans-les-rues-de-Paris.-930620_scalewidth_630.jpg

    Faire le choix des pauvres :

    C'est la substance même de la foi chrétienne qui fait le lien entre Dieu et l'homme, et qui présente la cause du pauvre comme faisant partie de la cause de Dieu dans l'Histoire. Jamais la foi n'a eu, pour sa crédibilité, à relever un tel défi, c'est-à-dire à se manifester non point comme un opium mais comme un ferment de l'édification de l'Histoire.

    Nous nous devons d'affirmer ici que le choix des pauvres n'est pas une nouveauté absolue, ni même une découverte à partir de Dieu. Il se situe dans une continuité substantielle de la grande tradition de la foi, tout en se présentant dans une discontinuité formelle au niveau des expressions historiques de la foi.

    Mais ce n'est pas là l'essentiel de l'explication. La nouveauté de l'expression « choix des pauvres » est directement liée à la nouveauté de sa problématique historique. Le choix des pauvres est la traduction actuelle de l'amour des pauvres, antique et toujours nouveau. Il désigne une façon différente de vivre aujourd'hui l'agapè d'hier. Nous pourrions dire que le choix des pauvres est le nouveau nom, l'expression moderne, de l'antique « charité », de l'éternel amour du prochain.

    En quoi consiste cette nouvelle façon de vivre l'agapè ? Nous pouvons répondre en quelques mots qu'elle est la dimension sociale de la charité, ou le caractère politique de l'amour évangélique. C'est-à-dire, en d'autres termes, l'aspect structurel, collectif, transformant, libérateur et même révolutionnaire de l'Évangile vécu. Voilà ce qu'il y a de nouveau dans l'expression actuelle de « choix des pauvres ». De ce point de vue, il existe à l'évidence une discontinuité entre l'ancien amour des pauvres (d'abord la « charité », puis « l'aumône », pour finir avec les « bonnes œuvres » ou « œuvres sociales ») et le nouvel amour des pauvres d'ordre social, ou politique.

    C'est vraiment une affaire de choix, c'est-à-dire de prise de position sociale, de détermination historique d'envergure et à grande portée. Si l'amour chrétien entend aujourd'hui être lucide et efficace, il doit prendre cette forme. Le choix des pauvres est le nouveau visage de l'Amour : un amour aux yeux ouverts et aux mains agissantes, un amour ferment dans l'Histoire et semence d'une autre civilisation, la civilisation de l'amour, précisément.

    Effectivement, le chrétien saura toujours ce qu'il doit faire avec la personne âgée renversée dans la rue par une voiture. Dans la société future, la charité chrétienne saura se pencher affectueusement sur l'enfant abandonné qui pleure la nuit. Ces expressions de l'amour sont indépendantes d'une organisation sociale, quelle qu'elle soit, car elles relèvent de qualités qui sont celles du cœur humain : l'affection, la créativité, le courage, le sacrifice, le don de soi. Ces démarches ne relèvent pas de l'organisation sociale ou des législations nationales. Elles relèvent d'abord de l'esprit et de sa liberté créatrice.

    Bruno LEROY.

    SOURCE  http://brunoleroyeducateur-ecrivain.hautetfort.com

    ------------------------------

    Articles récents

    votre commentaire
  • « Viens, j'ai besoin de toi. » 

    « Viens, j'ai besoin de toi. » Alice

    En ce lundi de Pâques, je me réveille, après une bonne nuit ( moi qui dors par épisodes) avec cette phrase en tête : « Viens, j'ai besoin de toi ! », phrase de l'abbé Pierre à un homme totalement désespéré, à sa sortie de prison. Cet homme suivit cet abbé et devint son 1er compagnon. Dire à quelqu'un, j'ai besoin de toi, est-ce si courant ? Pour ma part, je suis partie en Afrique pour aimer, transmettre la Bonne Nouvelle et je suis revenue heureuse car j'ai beaucoup reçue. Ce temps en Afrique m'a beaucoup ouvert les yeux : au départ, j'étais riche de mes certitudes, j'ai donc appris à me remettre en question...

    L’Église ne m' invite-t-elle pas, encore maintenant, à aller aux périphéries pour … toujours porter la Bonne Nouvelle !!! Toujours me pencher sur l'autre, le pauvre malheureux laissé pour mort par les brigands. Mais l’Église oublie que si le bon Samaritain s'est penché sur le malheureux, l'a soigné, confié à un autre, il n'attendait rien de ce malheureux. Voilà où le bât blesse dans cette histoire. Est-ce que je ne fais pas de même lors que je vais vers les autres dans le but de leur prêcher la Bonne Nouvelle ? 

    Quel passage dans l’Évangile m'apprend à découvrir que l'autre peut m'apprendre quelque chose, qu'il peut m'aider ?

    Le Christ demande un service à la Samaritaine : « donne-moi à boire », ce qui permet d'engager une conversation, ce que nous pouvons faire lorsqu'une personne inconnue vient s'installer près de chez-nous...Ou, au moment de la multiplication des pains, un disciple trouve un ou une enfant ayant quelques pains … ou sur la croix, « J'ai soif »...Je ne sais pas s'il y a d'autres situations pour nous faire découvrir que l'autre peut nous apprendre... 

    Y a-t- il plus de joie à donner ou à recevoir ? J'ai beaucoup reçu en retour de mes quelques gestes vers l'autre et cela me remplit de joie mais je peux encore apprendre à avoir besoin des autres, à accepter de demander de l'aide, à accepter lorsque l'autre me propose son aide !!! Alors je découvrirais l'esprit de pauvreté.  

    « Viens, j'ai besoin de toi ! » Quel acte d'amour formidable !!!

    En ce lundi de Pâques, il fait un temps superbe. Je décide d'aller chez ma fille pour arracher des orties et couper des ronces. Ma petite-fille de 5 ans vient me voir à l’œuvre puis retourne s'occuper ailleurs... La voici à nouveau. Elle me dit simplement : « Mamie, as-tu besoin de quelque chose ? »

    Je suis émerveillée. Décidément, c'est le jour !!! « Oui, répondis-je aussitôt, un verre d'eau » Et de partir, aussitôt, heureuse comme tout, avec un sonore : « D'accord, mamie ! » Et la voilà revenue avec un verre rempli et une petite bouteille d'eau!!! Et après avoir bu, nous avons discuté un moment ensemble.

    Lorsque j'ai une trouvaille, j'écris et j'envoie à qui voudra le lire (?) Je suis « riche » de ma découverte mais j'ai aussi besoin de commentaires. Combien de fois ai-je réclamé ces commentaires !!! non pas ce simple remerciement « merci » ou un simple acquiescement. J'ai soif, j'ai besoin de commentaires pour m'aider à continuer à marcher ensemble sur la route humaine.

    J'ai besoin de vous, vous qui lisez ce petit texte. A l'avance , MERCI .

     

    Dans la Joie, l'Espérance et la Paix du Christ, fruits de l'Amour !

    Alice, le lundi 23/04/2019

     

    P.S. , ce matin, mardi, à nouveau, joie au réveil !!!

    J'ai cette fois, en tête, pour me réveiller «  Bienheureuses les personnes qui aiment, elles vivent dans l'esprit de pauvreté, elle ont besoin des autres »  (Mt 5 )

    JOIE ! JOIE ! JOIE ! Merci, Seigneur !

    Alice, le mardi 24/04/

    -----------------------

    Articles récents

    4 commentaires
  • Le pardon

    PARDONNER415099662400895013_n.jpg

    image empruntée d'un article récent de Bruno (Alice)

    Père, pardonne leur, ils ne savent pas ce qu'ils font !

    Je me souviens d'une réflexion du père Guy Gilbert, prêtre des loubards : « Si vous ne pouvez pas pardonner à une personne qui vous a blessé.e, alors demandez à Dieu de lui pardonner. »

    Génial Guy Gilbert ! Si je n'arrive pas à pardonner,si je bloque, alors demander à Dieu de le faire, c'est une 1ère étape qui me permet d'avancer sur le chemin du pardon. Cela me permet de me mettre en situation et d'essayer de trouver l'étape suivante.

    Accepter de pardonner c'est accepter de se placer dans un état d'esprit qui peut me rendre capable de pardonner. Vivre de cet état d'esprit, n'est-ce pas une chose douce, merveilleuse ? !!!

    Savoir ne pas voir ou oublier. Quand a cherché Adam et Ève dans le jardin, à leur peur, Il a compris qu'ils avaient goûter le fruit défendu. Donc, Il avait su ne pas voir ou oublier cet acte.

    Lorsque j'étais gamine, à l'école du village, j'étais une enfant sage, la 1ère de la classe mais, un jour, je n'avais pas appris ma leçon d'histoire. La maîtresse a écrit un mot sur le cahier. Je n'ai pas osé le montrer aux parents alors j'ai signé à la place de mon père. (Quel drôle de raisonnement met-il passer par la tête pour aggraver à ce point mon cas !!!). La maîtresse l'a vu immédiatement et a écrit un 2ème mot. Je n'en menais pas large lorsque j'ai montré mon cahier à mes parents. Papa tournait et retournait la page pour lire ce 2ème mot et voir la signature. Il répétait « Je ne comprends pas » et moi, je ne disais rien. Je ne comprenais pas qu'il ne comprenne pas ! Il savait bien qu'il n'avait pas signé le 1er mot et donc que quelqu'un avait imité sa signature !!! Enfin, il dit : « Bon !!!». Il signa et me rendit le cahier. Je l'ai vite pris et suis montée rapidement me coucher ! J'ai commencé à parler de ce geste qu'en ce début d'année, comprenant enfin l'évidence : « mes parents avaient su ne pas voir !!! Véritable, formidable pardon ! Véritable geste d'amour ! Et je me sais aimée !!!

    Alice

    « Si quelqu'un veut être le 1er ... »

    Les disciples se disputaient pour être le 1er dans le Royaume des cieux...  « Si quelqu'un veut être le 1er, qu'il soit le dernier et le serviteur de tous »... Omniscient et patient...La réponse de Jésus montre 2 choses : la 1ère, c'est qu'il sait tout... Il voit nos combats, nos tentations, jusqu'à l'intime de nos pensées. La 2nde, c'est qu'il est aimant et patient... Jésus ne reproche pas à ses disciples leur attitude mais il leur ouvre un chemin, un chemin d'humilité. Et ce chemin ne répond pas à la raison humaine. Il désigne un enfant qui, à cette époque, était considéré comme insignifiant, sans importance : « Quiconque accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c'est moi qu'il accueille. »

    Dieu renverse les logiques : Lui, le Tout-Puissant, se fait serviteur et vulnérable. Il vient s'offrir, mendier l'amour de ses créatures et s'expose même à un refus ou à leur indifférence. Mais si nous ne sommes pas trop encombrés de nous-mêmes, nous pouvons l'accueillir, tout recevoir de Lui, comme un enfant reçoit tout de ses parents. Et réjouir son divin cœur.

    Stéphanie Combe A Publié dans « La Vie » du20/09/2018

    ----------------

    Articles récents- OFS-Sherb

    votre commentaire
  • La Paix soit avec vous !

    Résultats de recherche d'images pour « La Paix soit avec vous ! »

    Que l'Amour inonde la terre, inonde nos cœurs !

    Que chaque personne puisse découvrir à quel point Dieu l'aime inlassablement et inconditionnellement !

    « Qu'importe ce que tu as fait hier, je n'ai pas de mémoire, l'important c'est demain. »
    (nous n'avons pas trouvé la source de cette phrase.)

    Hier, c'est du passé, n'en parlons plus ! Aujourd'hui est un jour nouveau, il faut redémarrer.

    Qu'ensemble, nous nous respections mutuellement !

    Qu'ensemble, nous puissions restaurer en l'autre sa dignité humaine, en acceptant nos différences, en laissant l'autre vivre sa vie sans ... juger ses choix... !

    Qu'ensemble, nous puissions vivre dans la liberté, la fraternité-sororité, dans le respect des êtres et de la nature !

    Ne nous lavons pas mutuellement la tête, mais lavons-nous mutuellement les pieds, soignons-les bien pour marcher ensemble, en ne laissant personne sur le bord de la route.

    Que, dans notre marche ensemble, nous puissions grandir, nous construire, devenir des personnes libres et heureuses !

    Que, dans notre marche ensemble, nous trouvions le chemin de la camaraderie, de l'amitié, de la solidarité, du partage, de la fraternité-sororité, de respect, de dignité, de justice, de liberté, de l'aide et du don, de l'accueil, du salut !

    Qu'ensemble, nous puisions à la Source vive de l'Amour, de l'accueil, du don, du partage, de l'union et que nous rayonnions une telle chaleur et une telle lumière que la Paix, fleur si fragile, puisse enfin éclore !

    Que nous puissions ensemble retrouver le marigot, ce petit coin paisible en cet instant où toutes les bêtes se retrouvent pour se désaltérer !!!

    Aujourd'hui est un autre jour ! Levons- nous, marchons ensemble inlassablement en faisant des petits miracles d'amour et émerveillons-nous, dans la confiance et la paix !!!

    Aimons ! Aimons ! Aimons !

    Alice

    ------------------------

    Articles récents- OFS-Sherb

    1 commentaire
  •   Qu'est-ce qui me fait vivre?

                        Qu'est-ce qui me fait vivre? - Alice                      Qu'est-ce qui me fait vivre? - Alice

     

    (ou autre chose)

     Il m'arrivait parfois, voyant l'église ouverte, de pénétrer et de m'asseoir un moment, ne pensant plus à rien. J'étais là et j'étais bien. Un jour, je me suis demandée ; « Mais pourquoi moi qui ne vis pas bien lorsque j'assiste à un enterrement ou un mariage, je me trouve bien, dans cette église, lorsque je suis seule ? Je n'ai pas cherché de réponse. J'étais bien et cela me suffisait !

    En prenant le chemin de la sortie, je découvre ce message : « Nous sommes un petit groupe, nous nous réunissons le jeudi soir pour prier, rejoignez nous. » J'y ai vu un signe, une réponse à ma question et j'ai donc sauté le pas. J'ai été bien accueillie et j'ai appris plusieurs chants religieux. Il y a si longtemps que je ne prends plus ce chemin !!!

    Un soir, une religieuse a clôturé la réunion par :

    « Merci, Seigneur, car tu me nourris chaque jour, de ton eucharistie. » Je répliquais aussitôt :

    « Merci, Seigneur, car tu me nourris à chaque instant dans mes rencontres avec l'autre, avec les autres . »

    Éclat de rire général. L'atmosphère était à la joie. J'ai tenu un moment mais j'ai renoncé aussi à participer à ce groupe de prière. Les chants comme : « Seigneur, Tu es grand, ... » ne me suffisent pas...

    Mais ce souvenir m'a profondément marquée.

    Les sacrements institués par l’Église sont, pour moi, vides de sens. Mais si j'étais la seule !!! Lorsque j'entends une personne me dire : « J'allais tous les dimanches à la messe, sans aucune exception. Il s'est passé telle chose, depuis je ne vais plus à la messe. » Cette réflexion me fait mal car cette personne ne semble pas en souffrir, cela veut aussi bien dire qu'aller à la messe n'avait aucun sens pour elle, que c'était une coquille vide. Tous ces rites ancestraux ont-ils encore un sens pour nous ?...

    Mais en disant : « Merci, Seigneur car Tu nous nourris, à chaque instant, dans nos rencontres avec l'autre, avec les autres » , c'est mon sacrement qui me nourris à chaque instant. Il me donne la force d'aimer encore et encore !

    Voir en toute personne, le Christ vivant, aimant, guérissant les malades, souffrant, défiguré, transfiguré, crucifié, ressuscité !!!

    Ou voir la personne comme une personne réelle, en chair et en os, souffrante, épuisée ou heureuse, la voir telle qu'elle est,

    et aller vers elle, avec amour, partager cet instant de vie dans une rencontre fraternelle, sororale, Voilà pour moi, le pain de notre vie !!!

    Merci, Seigneur, car Tu nous nourris, à chaque instant, de ton pain de vie, la rencontre avec l'autre, avec toute autre !!

    Alice

    -----------------------

    Articles récents- OFS-Sherb

    2 commentaires
  • A Abu Dhabi, le Pape s’offre le plus grand stade du pays avant son départ. François termine ce mardi sa visite historique aux Emirats arabes unis par une messe en plein air, inédite dans un pays qui tolère la pratique de la foi chrétienne à condition qu’elle reste discrète.
    Plus de 2.000 bus ont convergé vers la capitale ce mardi, transportant gratuitement des fidèles de tout le pays jusqu’à Abou Dhabi pour la messe prévue à 10h30 locales dans un stade. Le pape est lui-même arrivé vers 10 heures en saluant une foule enthousiaste. Un organisateur a avancé sur haut-parleur la présence de quelque 170.000 personnes – un rassemblement public inédit aux Emirats arabes unis – assistant à l’événement à l’intérieur et à l’extérieur du « Zayed Sports City », le plus grand stade du pays, placé sous haute sécurité. Le chiffre de 135.000 tickets distribués avait été annoncé plus officiellement avant l’événement.

    Un hommage aux travailleurs immigrés

    Selon les médias locaux, ce rassemblement est en tout cas le plus important jamais organisé dans le petit pays du Golfe. Attendant sagement l’arrivée du pape dans sa célèbre « papamobile », petits drapeaux jaunes et blancs, couleurs du Vatican, entre les mains, le public a explosé en voyant apparaître le pape dans le stade. « Pope Francisco », ont-ils scandé.
    François a salué presque exclusivement des travailleurs immigrés, dont une écrasante majorité de Philippins et d’Indiens en habits colorés. Lui-même fils d’immigrés italiens ayant grandi dans une Argentine multiculturelle, Jorge Bergoglio se dit toujours très sensible aux difficultés des personnes déracinées de leurs pays. Les Emirats comptent une population composée à plus de 85 % d’expatriés. Les ressortissants originaires de pays asiatiques constituent environ 65 % de cette population et ils sont employés dans tous les secteurs, du bâtiment aux services en passant par l’hôtellerie. Environ un million de catholiques vivent aux Emirats arabes unis, soit près d’un habitant sur dix. Le pays compte le plus grand nombre d’églises catholiques de la région, soit huit.

    Des chrétiens sommés d’être discrets

    Le pape François, dans un long discours lundi devant des responsables de toutes les religions, a encouragé les Emirats arabes unis à « poursuivre son chemin » garantissant la liberté de culte, évoquant « un carrefour entre Occident et Orient ». Dans le même temps, le pape jésuite a insisté sur l’impératif de « la liberté religieuse », qui doit aller au-delà de la simple liberté de culte. Il a également demandé pour l’ensemble du Moyen-Orient « le même droit à la citoyenneté » pour les personnes « de diverses religions ».
    Le pape et le grand imam d’Al-Azhar ont ensuite condamné ensemble toute discrimination contre les minorités religieuses et appelé à la fraternité, dans un document sans langue de bois co-signé lundi soir. Les deux leaders religieux ont publié un texte appelant en particulier à la liberté de croyance et d’expression, à la protection des lieux de culte et prônant audacieusement une pleine citoyenneté pour les « minorités » discriminées.
    Dans ce pays observant un islam plus modéré que ses voisins, la présence de lieux de culte chrétiens fréquentés par des étrangers est tolérée, à condition que ces derniers restent discrets et évitent le prosélytisme. Aucune célébration ne peut toutefois être faite publiquement et la messe de mardi revêt à cet égard un caractère exceptionnel.
     
     
    La vidéo : ICI
     
    ----------------------
     

    votre commentaire
  • Joie en découvrant ce passage d'Arnaud Desjardins !!! (texte ci-joint) Et j'ai repensé aussitôt à un bref dialogue avec un évêque, à la fin de sa conférence, pendant que l'assistance quittait la salle :

    « Dans le Credo que nous récitons, il n'est question ni d'amour, ni des autres ! ''Je crois en Dieu le Père tout puissant, créateur'' » . L'évêque m’interrompt alors : « Vous avez le mot '' Père''  ». Je n'ai pas pu m'empêcher de rigoler !!! Ce mot affublé de « créateur, de tout puissant » !!! Est-ce cela un Père ?

    Mon credo :

    Je crois en l'incarnation du Christ. Dieu le Fils qui s'est incarné, qui a vécu notre vie de tous les jours, au cœur du monde.

    Il nous a apporté la Bonne Nouvelle de l’Évangile : Dieu-Amour, NOTRE Mère-Père qui nous aime inlassablement, sans aucune condition, en qui je peux mettre toute ma confiance.

    Je crois que Dieu-Amour, notre Mère- Père, habite en nos cœurs.

    Je crois que le Christ vit en moi.

    Je peux dire avec saint Paul : «  C'est le Christ qui vit en moi. » et : « je fais le mal que je ne veux pas et je ne fais pas le bien que je voudrais faire ». (Je réunis ces 2 phrases pour rappeler que nous sommes des personnes bien humaines).

    Je crois que l'Esprit- Saint, en moi, m'invite et qui, si je veux, me pousse, me donne la force d'aimer les autres, mes frères et mes sœurs...

    Et j'ai vu des petits miracles d'amour qui m'émerveille et qui nourrissent ma joie et me donnent la paix.

    Joie et Merci !!!

    Alice

    Télécharger «le texte d'Arnaud Desjardins.docx »

    -----------------------------

    Articles récents- OFS-Sherb

    1 commentaire
  • Que restera-t-il ... ?

    En ce début d'année nouvelle , je me suis surprise à penser :"que restera-t-il de ma vie ? et je me suis répondue: " j'ai essayé d'aimer " !!!

    Que restera-t-il ... ? - Alice

    Et en grandissant en âge (et en sagesse), je peux dire que dans ce domaine, je suis toujours ou de plus en plus, en période d’apprentissage !!! Par exemple, je ne sais pas montrer ou dire à mes plus proches, combien je les aime !

    Alors que puis-je souhaiter d'autre pour cette nouvelle année :

    "Que l' AMOUR inonde la terre, inonde nos cœurs!

    Que nous, tous et toutes, nous nous découvrions aimé.e.s et que nous sentions en nous cette Force Vivante de cet Amour !

    Qu'alors nous puissions bien voir les personnes qui nous entourent, être à leur écoute, les respecter et partager,

    Qu' ENSEMBLE, nous marchions sur les routes humaines ...pour un monde plus juste, plus humain, plus fraternel et plus sororal... »

    AIMONS, AIMONS, AIMONS !!!

    Alice, le 08/01/19

    ---------------------

    Articles récents- OFS-Sherb

    1 commentaire
  • Béatitudes pour aujourd'hui

    Béatitudes pour aujourd'hui - Alice

    (crédit image https://nouvellevie.com/eglises/la-prairie/)

    Bienheureuse toute personne qui aime! Ensemble, avec d'autres.

    Elle vit en confiance dans cet Amour. Elle est habitée par un Autre!

    Elle est dépouillée de toute haine, de tout mépris, de toute violence, de tout égoïsme.

    Elle est Lumière, chaleureuse. Son cœur est purifié par le feu de l'Amour, Sa joie illumine son visage. Elle est « pauvre », elle est dépouillée d'elle-même, a besoin des autres.

    Ensemble, avec d'autres, elle vit au jour le jour : en famille, avec des personnes amies, au travail, au chômage ou au foyer, dans les loisirs,en associations, comité, conférence, parti politique, syndicat,en équipe ou en communauté. Elle met « les mains dans le cambouis ». Elle met un peu d'amour dans ce monde réel, lieu vivant de notre existence. Elle œuvre en vue d'une vie meilleure pour tous et toutes, ici-bas. Elle anime la Solidarité pour, qu'ensemble, nous grandissions dans notre dignité humaine.

    Elle vit cet Amour qui s'incarne et se vit dans le Partage.

    Bienheureuse toute personne qui aime!

    Pleine de la tendresse du Père et de la Mère, elle ouvre ses yeux, oreilles, bras, ses mains, son cœur. Elle est remplie de tendresse pour soigner et accompagner les malades. Elle se plie en quatre pour servir, laver, nourrir, soigner, pour écouter et consoler. Elle assure l'autre de son attention par un mot, une parole brève, un petit geste, un timide sourire, une caresse, une légère pression de la main... Elle pleure sur la souffrance des autres, sur les victimes. Elle est Présence auprès des personnes souffrant de solitude, handicapées, cassées de la vie ou âgées pour qui le temps est long...

    Elle est Présence. Elle est Tendresse.

    Bienheureuse toute personne qui aime! Elle éduque l'enfant avec respect et amour.

    Alors, cet.te enfant pourra grandir en confiance et dans la société.

     

    Bienheureuse toute personne qui aime! Dans ses choix de vie, chaque jour, elle agit dans le respect de la terre que nous laisserons aux générations futures.

    Bienheureuse toute personne qui a de l'humour, qui arrive à faire rire ! (sans rire au détriment d'une personne). Elle met de la joie dans le cœur des autres.

    Bienheureuse toute personne qui respire! Elle prend la vie à plein poumons ( bien sûr, je ne parlerai pas ici de la pollution atmosphérique.)

    Bienheureuse toute personne qui aime!

    Elle sait voir en chaque personne un frère ou une sœur à aimer. Elle sait voir l'autre dans sa dignité humaine. Elle a des relations vraies.

    Elle marche et fait « une Visitation » chez telle ou telle personne qui a besoin d'aide ou qui trouve le temps long... Elle se fait accueillir un moment et, en même temps, accueille pleinement en-elle, la vie de ses hôtes.

    Elle accueille, elle ne laisse personne à la porte!

    Elle accueille les personnes immigrées, les étrangères. Elle aime qui ne vit pas comme elle.

    Elle est Écoute, Accueil pour ces personnes d'une autre culture, d'un autre climat, d'un autre mode de vie, d'une autre religion ou athées, d'une autre histoire.

    Elle apprend à Accueillir, Partager, Écouter, Donner et aussi et surtout, Recevoir.

    Bienheureuse toute personne qui aime!

    Elle est affamée et assoiffée de justice et de paix.

    Elle est « debout » face à l'oppresseur. Sa voix est forte et ses gestes mesurés.

    Elle est « petite » avec les humbles. Sa voix est Silence au milieu des personnes opprimées.

    Elle peut prendre un chemin perdu au creux d'une vallée.

    Si elle est obligée de se cacher pour sa sécurité à cause de ses opinions, si elle est humiliée, calomniée, victime d'une cabale,d'un lynchage médiatique ou sur internet, si elle est mise en garde à vue ou jetée en prison sans aucune preuve,

    alors elle obtiendra miséricorde, soutien et Espérance.

    Elle ne juge pas, ne condamne pas, n'excommunie pas, ne menace pas d'excommunier, elle réagit même contre de telles menaces! Elle ne refuse pas de donner le Christ à ceux et celles qui ne suivent pas la voie que certains ont tracée pour eux, pour elles.(Comment peut-on dire à chaque messe: « Heureux les personnes invitées au repas du Seigneur !» et dire en même temps: « Non, toi, tu n'es pas une personne invitée » ?

    Elle n'accepte pas l'inacceptable, comme dit Guy Aurenche. Elle n'accepte pas la torture, les conditions dégradantes faites à d'autres, dans le travail; en prison, pour les personnes immigrées... émigrées...

    Elle n'accepte pas les jugements indignes portés par d'autres personnes. Comment peut-on dire que telle personne est un monstre? (Dans mon enfance, on disait « C'est celui qui dit qui l'est »

    « Il y a des conneries, mais personne n'est con .» 

    Des monstruosités sont faites mais personne n'est un monstre, comme dit et répète l'un de mes cousins.

    Bienheureuse toute personne qui aime et qui reconnaît en chacun sa dignité humaine!

    Bienheureuse toute personne apaisée et qui devient Artisan de Paix.

    Bienheureuse toute personne, Sel de la Terre!

    Le sel est nécessaire à la vie( un peu, mais pas trop). Le sel donne du goût, conserve les aliments. Le sel retient l'eau dans la terre, dans le corps humain.

    Bienheureuse toute personne, Sel de la Terre! Elle est rebelle et donne goût à la vie.

    Bienheureuse toute personne qui a soif et qui marche vers le Christ, source d'Eau Vive!

    Bienheureuse toute personne, Levain dans le pâte! Pour vivre au milieu des autres, elle ne porte aucun signe distinctif: ni croix, ni col romain, ni costume religieux,ni voile.

    Elle se laisse pétrir,mélanger à toute la pâte.

    Elle vit, aime, au cœur du monde. Elle s'incarne pleinement sur cette terre au milieu des autres.

    Bienheureuse toute personne qui aime!

    Elle ose aller, fidèle à elle-même, malgré les mises en garde de ses pairs, malgré les coups de semonce ou de crosse, vers des chemins inconnus, vers des quartiers où les gens « bien » ne vont pas, vers des malades contagieux,vers des personnes présentées infréquentables.

    Elle ose aller vers ceux et celles qui ne vivent pas comme elle, leur foi en l'homme, en la femme.

    Elle ose aller vers ceux et celles qui, dans le respect de l'autre, vivent autrement leur sexualité.

    Elle ose pénétrer dans ces petits mondes fermés, isolés, parfois sordides, pour commencer à vivre avec, à s'incarner au milieu de ces groupes, avec ces personnes, à la manière d'un père de Foucault, d'un abbé Pierre auprès des personnes sans abris et qui a su soulever un immense embrasement lors de l'hiver 54, d'un père Damien auprès des personnes lépreuses abandonnées sur une île, d'une sœur Emmanuelle, d'une Madeleine Delbrêl, d'une Marie-Thérèse Esnault (soignante en prison), ou des prêtres- ouvriers et de tant d'autres, anonymes, autour de nous.

    Elle a Foi en toute personne ! Elle sème à tout vent, des petites graines d'amour.

    Elle marche sur le chemin de la Vérité, de la Lumière, de la Justice, de la Paix et de la Vie.

    Elle trouve la route qui conduit au cœur des autres et de Dieu. (comme dit mgr Thomas.)

    Bienheureuse toute personne qui, habitée par un Autre, prie!

    En relation avec les autres, le cœur dénudé, elle se laisse contempler par Dieu-Amour.

    Elle est Transfigurée!

    Elle fait partie du Corps du Christ, en marche vers le Père. Elle est reflet de Dieu-Amour.

    Elle est Révélation et Espérance. 

    Alice

    --------------------

    Articles récents- OFS-Sherb

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique