•  

     


    votre commentaire
  • Instant précieux

    Instant précieux - Alice

    Dans le fond du magasin, j'entends une voix que je reconnais aussitôt. Je sais qui parle ainsi. Arrivée à la caisse, je le vois. Il discute avec les responsables de ce magasin et la caissière, jeune stagiaire. Apprenant que celle-ci va partir, il lui pose quelques questions et elle ne sait comment répondre.

    Alors, je passe et je dis : - « Oh ! Là ! Là ! En voilà des questions !!!  » Il se retourne et me répond, en plaisantant comme d'ordinaire : -« Vous, je ne vous connais plus ! Je vous parlerais quand je vous verrai à l’Église ! Je ne vous ai toujours pas vue à la messe dimanche  dernier ! » ! Et moi de répondre :- « Vous avez de mauvais yeux ! » 

    Et je vois les responsables du magasin et la caissière rire. Visiblement tout ce petit monde est visiblement plus détendu !

    Quel instant merveilleux que je savoure pleinement !!!

    Mon Église est toute l'humanité en marche, avec ses joies et ses peines.

    Ma célébration eucharistique est là, je la vis en cet instant précieux où, ensemble, détendu.e.s nous avons partagé la joie d'être là....

    Alice

    --------------------

    Articles récents- OFS-Sherb

     


    votre commentaire
  • … Et ne recommence pas.

    … Et ne recommence pas. - Alice

    (photo sur internet)

    Certains matins, je vais de bonne heure, chez ma fille pour m'occuper de 3 de mes petits-enfants et les amener à leur école, primaire ou maternelle. Les deux grands partent plus vite pour retrouver, dans la cour de récréation, copains, copines ou taper dans un ballon, avant l'heure des cours.

    Ces frère et sœurs ont imaginé un rituel. Lorsque j'arrive avec '' la petite puce'', devant le portail de l'école primaire, '' La petite puce'' appelle son frère et sa sœur pour un dernier au-revoir avant de rejoindre son école maternelle. Aujourd'hui, la grande s'est précipitée aussitôt, avec empressement, vers sa petite sœur mais aussi vers sa mamie !

    - « Mamie, j'ai oublié mon cartable. Peux-tu aller le chercher et me le rapporter, s'il te plaît, mamie !... » J'éclate de rire. Mais comment peut-elle oublier un cartable qui habituellement pèse lourd sur ses épaules ?

     S'il te plaît, mamie, dis oui... » Je ris de bon cœur et je pense, je suis vraiment trop bonne, trop ''conne'' même. Mais comment puis-je faire la confusion entre bonté et connerie ? L'amour n' est-il pas un éternel recommencement, sans aucune limite, sans lassitude ?

    Et je lui dis « Eh oui !, je vais aller le chercher et te le rapporter » et je murmure tout doucement ; «  Bon allez ; va et … ne recommence pas. »

    Je comprends alors cette phrase de Jésus à la femme adultère : « Va et ne recommence pas ». Ce n'est un ordre, même pas un souhait mais tout simplement, l'expression.de la tendresse du Christ pour cette femme. C'est une manière affectueuse de dire tout son amour …

    Alice

     

    --------------

    Articles récents- OFS-Sherb

    1 commentaire
  • Fierté


    Fierté - Alice

    J'ai comme amies

    des personnes catholiques,

    des personnes protestantes,des personnes juives,

    des personnes musulmanes,

    des personnes athées,

    des personnes françaises,

    des personnes picardes,

    des personnes bretonnes,

    des personnes étrangères,

    des personnes migrantes,

    des personnes homosexuelles,

    des personnes divorcées,

    des personnes malades,

    des personnes handicapées,

    des personnes en prison,

    des personnes isolées,

    des personnes jeunes,

    des personnes adultes,

    des personnes âgées,

    des personnes dans la mouise

    des personnes ayant besoin d'aide

    des personnes engagées dans la vie associative, familiale,syndicale, politique…

    J'ai des personnes amies un peu partout et

    je suis fière de toutes ces personnes comme je suis fière de mon mari et de mes enfants pour tout ce chemin parcouru ensemble, même semé d'embûches. Je suis fière pour les trésors inouïs d'amour enfouis en chaque personne.

    Trésors qu'il m'a été donné de découvrir avec joie, en certaines de ces personnes...

    Alice

    ----------------------------------------------------

    Repris sur le compte Facebook de Nahiza Bouzidi

    J’ai des amis catholiques et j’en suis fière. J’ai des amis flamands et j’en suis fière. J’ai des amis gays et j’en suis fière. J’ai des amis juifs et j’en suis fière. J’ai des amis musulmans et j’en suis fière. J’ai des amis noirs et j’en suis fière. J’ai des amis un peu partout et j’en suis fière. J’ai des amis tout simplement et j’en suis fière! L’extrémisme doit être combattu, même – et surtout – par les partisans de la démocratie et de la liberté d’expression! Si vous partagez un jour un seul de mes posts, j’aimerais que ce soit celui-ci ! Merci.

    --------------------

    Articles récents- OFS-Sherb

    votre commentaire
  • Dignité

    « Que de fois ne faisons-nous l’expérience dans notre chair, ou dans notre famille, à travers nos amis ou nos voisins, de la douleur qui naît de ne pas voir reconnue cette dignité que nous portons tous en nous! Que de fois n’avons-nous pas dû pleurer et regretter de ne nous être pas rendu compte que nous n’avons pas reconnu cette dignité dans les autres! Que de fois – et je le dis avec douleur – ne sommes-nous pas aveugles et insensibles devant le manque de reconnaissance de notre propre dignité et de celle d’autrui ! »

    Pape François à Ecatepec (Mexique), Homélie le 14/02/2016

     

    Merci à François, pour ce texte,  nous invitant à prendre conscience de notre dignité, de la dignité de chaque personne. Merci de nous faire comprendre que nous avons à œuvrer pour que l'autre découvre sa propre dignité humaine. Mais qui nous incite à agir de la sorte ?

    Le discours de l’Église n'est-il pas autre ?

    Le 03/03/2016, soit une quinzaine de jours après ce texte, dans l'homélie du pape François, je lis : « Si tu ne te sens pas pécheur, tu es mal parti ». Quel contraste !!! Se sentir pécheur, est-ce la bonne nouvelle de l'évangile ? Pierre et Judas se sont sentis pécheurs. Mais Judas est-il bien parti ??? !!! L'essentiel n'est-il pas dans le fait de se sentir aimé.e, se sentir pardonné.e ? Judas ne s'est pas senti aimé tandis que Pierre a reçu ce message d'amour de Jésus lui-même. « Jésus le regarda et Pierre sortit en pleurant ».

     

    Quand reviendrons-nous à cette homélie faite à Ecatepec ? Quand aurons-nous l' obsession de l'amour ? Quand chercherons-nous à voir en toute personne sa Dignité ?

    Et je découvre une réflexion de Bernadette à Lourdes : « Elle m'a regardée comme personne ». Bernadette n'a-elle pas ressentie sa dignité dans le regard de Marie ?

    Comment dans notre amour rendons-nous à l'autre sa dignité ?

    Aimer,

    C' est un long apprentissage qui dure toute la vie.

    C'est respecter l'autre et le ou la préférer à soi-même.

    C'est lui faire confiance, partager (non seulement écouter mais aussi s'exprimer, non seulement donner mais aussi avoir besoin de lui, d'elle.)

    C'est faire grandir l'autre.

    C'est marcher ensemble, s'épaulant l'un, l'une, l'autre.

    C'est prendre conscience de la dignité de chaque personne.

    C'est être fier.e de chaque personne.

    Je suis fière de mes enfants (mais je ne le leur dis pas assez souvent). J'admire leur chemin parcouru et j'ai découvert en eux des trésors merveilleux d'amour. Oui, je suis fière de mes enfants et je m'émerveille...

    Aimer, c'est faire ou voir des petits miracles d'amour et c'est s'émerveiller !!!

    C'est avoir le cœur léger, découvrir la Liberté

    dans la Joie, la Confiance, l'Espérance, l’Émerveillement et la Paix.

    J'aime et je sens fondre en moi une carapace que j'avais endossée, me croyant alors protégée. Cette carapace s'effrite et je me sens bousculée dans mes certitudes, plus à proximité des autres.  !

    Joie et Paix

    Alice

    -----------------------

    Articles récents- OFS-Sherb

    votre commentaire
  • B é n é v o l e

    Pour ce dont je me souviens, je suis bénévole depuis mon entrée dans la vie active en 1958. Je suis partie enseigner bénévolement au Tchad. J'allais pour donner de mon temps , de ma personne … et je suis revenue en disant avec joie : « J'ai beaucoup reçu !!! » 

    J'ai continué à être bénévole car certaines idées sont importantes pour moi. Mais j'ai aussi appris à me donner une ligne de conduite : « être bénévole dans tel groupe ou telle activité

    si je ne prends pas la place d'une personne salariée

    ou être bénévole dans telle activité pour mettre en évidence un besoin pour la population ».

    Ainsi, lorsque j'ai su la volonté de former un groupe de bénévoles pour créer une bibliothèque municipale, je me suis présentée comme volontaire et lorsqu' une quinzaine d'années plus tard, j'ai arrêté ce bénévolat, je partais heureuse d'avoir participé à la création d'au moins l'équivalent de 2 emplois à plein temps dans cette bibliothèque. 

    A la fête des bénévoles du Centre Social,

    « Racontez, sur un post-it, un moment de votre bénévolat qui vous a marqué.e » 

    J'ai été sollicitée par J.L. le directeur d'alors de ce centre social, pour faire partie du conseil d'administration et même du bureau. Après un refus spontané, j'ai réfléchi et j'ai fini par accepter... Mais j'avais tout à apprendre sur le but, la fonction de ce centre et sur mon rôle de trésorière !!!

    Lors d'une rencontre, une personne me dit : « Ma maman s'ennuie le dimanche après-midi. Elle vient avec nous mais lorsque nous faisons notre marche, elle attends dans la voiture. Elle rêve de jouer à la belote, » Avec l'accord du bureau du Centre Social, je propose l'ouverture du centre pour l'activité « jeux de société », le dimanche après-midi. Très vite, j'ai dit qu'il fallait que j'apprenne à gérer le caractère de tous ces vieux-là, de toutes ces vieilles-là ! Mais je découvrais aussi la chance que j'avais de connaître plusieurs jeux et aussi ma faculté de rire et de faire rire. Ma joie lorsque j'ai entendu, la 1ère fois : « On ne vient pas ici pour gagner mais pour rire »  !!! 

    Et puis, je voudrais parler de Marie. Elle s’ennuyait chez elle, regardait par sa fenêtre pour voir un peu de vie... J'avais proposé l'apprentissage du rummicub. Bien sûr elle était-là. Au bout d'un moment, j'entends une autre dame : « Mais elle ne comprend rien. Elle ne saura jamais y jouer »....Je ne sais que dire ! Un an plus tard, cette dame revient et elle est stupéfaite ! « Mais, non seulement elle sait jouer mais en plus elle sait expliquer à sa voisine ce qu'elle peut jouer !!! 

    Une autre fois, avec ces 2 mêmes personnes, il y a 2 personnes en trop pour l'apprentissage du tarot.Je prends donc Marie avec moi. A la fin de la séance, cette dame, toujours aussi discrète, dit : «-- Je n'aurai jamais fait ce que vous venez de faire. -- Quoi ? Qu'est-ce que j'ai fait ? -- Vous avez passé ces 4h à jouer aux dominos avec elle et cette dame riait, riait... ! »

    Oui, elle était heureuse et elle riait de bon cœur mais nous pouvions aussi échanger quelques mots ... 

    Enfin, toujours avec Marie, nous jouions, le dimanche après-midi et une autre personne lui faisait constamment des réflexions. «  Tu devais jouer... » J'étais mal à l'aise et je ne savais pas comment réagir. Je cherchais comment aider Marie mais je ne trouvais pas. Mais un dimanche, à la 1ère réflexion, j'ai vu Marie prendre son souffle et dire d'une voix claire : « arrête de m'embêter ». Et les remarques cessèrent ! Joie !!! Je cherchais comment l'aider mais en fait, Marie avait pris confiance en elle et elle avait trouvé la force et le moyen de réagir.

    Oui, ce fait est important pour moi. Il m'a fait comprendre que trop souvent, notre réaction est d'aller aider, faire à sa place au lieu de donner à l'autre confiance en elle-même et lui laisser la possibilité d'agir.

    Alice

    -------------------------

    Articles récents- OFS-Sherb

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique