• Article qui introduit mon projet pour l'année.... - Élisabeth

    Article qui introduit mon projet pour l'année.... - ÉlisabethVoici en premier article, une introduction, qui introduit mon projet pour l'année....

    Cette année je propose un partage de lecture des paraboles du Christ à partir de ma réflexion et cheminement personnel puisés au creuset de ma « conversion ». Il y en une quarantaine. Certaines d'entre elles se retrouvent chez deux ou trois évangélistes et d'autres ne sont rapportées que par un seul d'entre eux.

    Jésus christ (messie), enseignait ses disciples et la foule qui le suivait à l'aide de paraboles. Le mot parabole vient du grec « parabolé » qui signifie juxtaposition, comparaison. En hébreu, une parabole s'appelle un « mashal », mot qui signifie aussi, fable, proverbe, comparaison. Ce mot est construit sur la racine trilitère, « m sh l » du verbe mashal qui signifie régner, dominer, allégoriser.

    Le mashal est l'une des méthodes d'enseignement de l'exégèse rabbinique dans le Talmud. Le maître habille l' idée qu'il veut exposer, l'élève doit ensuite pour la saisir totalement la déshabiller, lui ôter tous ses vêtements. Par ce procédé, il entre dans une compréhension plus profonde, plus intime et personnelle. Il va avoir recours à son vécu, à son imagination plus qu'à un savoir. Le christ est à son époque pour beaucoup un rabbin, « rabonni », mon maître, ses disciples l'appellent adon, mot qui signifie à la fois maitre et seigneur, comme le seigneur d'un château de qui on serait le vassal et à qui on prêterait allégeance.

    La tradition des maîtres d'Israël enseigne que pour comprendre l'essence d'un mot, il faut chercher dans la Torah, la première fois qu'il a été employé. Ici, c'est en Genèse 1 verset 8. Dieu vient de créer le soleil et la lune et Il les place dans l'espace céleste pour rayonner sur la terre et « pour  régner le jour et la nuit... » Gouverner non pas pour tyranniser mais pour éclairer les hommes en tout temps, qu'il fasse jour ou qu'il fasse nuit. Une autorité qui est un service, un don d'amour pour la vie.

    Par le procédé interprétatif de la permutation des lettres à l'intérieur d'un mot pour l'ouvrir à d'autres niveaux de lecture, nous allons voir où nous entraine le mot mashal.

    Trois lettres, « m, sh l, » soit en hébreu « mèm, shin, lamèd ». Ces trois lettres écrivent les mots shalem entier, achever ; shilem payer. Sur cette racine se construisent le mot connu de Shalom paix, et le mot simla robe ou tunique.

    Le Christ, est celui qui est la Paix, celui qui donne la paix, un être entier qui n'a aucune dette envers personne, au contraire, il est celui qui paie nos dettes, par le don du pardon accordé à tous en lui. Il est celui qui se donne en sacrifice expiatoire pour nous racheter. Il est tout entier paix, rachat, tunique à revêtir, notre vêtement de noce pour entrer dans la salle du « festin ».


    Dans la Paix du Christ

    Élisabeth

    -----------------------------------

    Les nouveautés - OFS-Sherb
    « Le pape François à Assise le 20 septembre - Journée de prière pour la paixL’évangile du néo-libéralisme. - Bruno »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    2
    denise
    Samedi 20 Août 2016 à 13:27

    Elizabeth bonjour,

     

    Que je suis heureuse de votre projet et qu'il se rende jusqu'à nous via Richard.  J'aimerais lire Annick de Souzenelle, mais vous lire dans un court article régulièrement m'attire encore plus.

     

    Mille bénédictions

    1
    eésoj-eiram
    Samedi 20 Août 2016 à 12:19

    C'est extraordinaire que nous ayons une Élisabeth dans notre communauté. Rendons grâces à Dieu!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :