• Auto-vidange - Donner chaque cadeau - Richard Rohr

    Méditation quotidienne de Richard Rohr

    Du Centre d'action et de contemplation

    Crédit d'image: Grottes d'Ajanta (Peinture murale du Bouddha, détail), Aurangabad, État du Maharashtra, Inde.
    Auto-vidange 

    Donner chaque cadeau


    lundi 14 décembre 2020 

    Mettre l'accent sur le fait de se vider de soi ou de «lâcher prise» peut sembler un appel à l'abnégation ou à «faire avec moins», mais comme le souligne Cynthia Bourgeault dans sa description de l'enseignement de Jésus, cela peut aussi conduire à une générosité radicale et abondance. Lorsque nous nous accrochons à moins - de nos biens et même de nos vies - nous sommes libres de le donner pour le bien des autres.

    L'amour est imprudent; pas de raison.
    La raison cherche un profit.
    L'amour est fort, se consumant, sans vergogne.

    Pourtant, au milieu de la souffrance, l'
    Amour procède comme une meule, à
    la surface dure et directe.

    Morte par intérêt personnel,
    elle risque tout et ne demande rien.
    L'amour jette tous les cadeaux que Dieu accorde. [1]

    Les mots ci-dessus ont été écrits par le grand mystique soufi [Jalal al- Din ] Rumi. Mais mieux que presque tout dans les Écritures chrétiennes, ils décrivent de près la trajectoire que Jésus lui-même a suivie dans la vie. Il nous a certainement appelés à mourir à soi-même, mais son idée de mourir à soi-même n'était pas par renoncement intérieur ou par la protection de la pureté de son être, mais en gaspillant radicalement tout ce qu'il avait et était. Les disciples de Jean-Baptiste étaient horrifiés parce qu'il banquetait, buvait et dansait. Les pharisiens étaient horrifiés parce qu'il guérissait le jour du sabbat et tenait compagnie aux femmes et aux personnes peu recommandables, des gens connus pour être impurs. . . .

    Ce qui semblait déconcertant pour presque tout le monde, c'était la grandeur désordonnée et libre de son esprit. L'abondance et une générosité à la limite de l'extravagant semblent être les signatures à la fois de son enseignement et de son style personnel. . . . Quand il nourrit les multitudes de la mer de Galilée, il n'y a pas simplement assez pour faire le tour; les restes remplissent douze paniers [Jean 6:13]. Lorsqu'une femme oint avec un onguent coûteux et que les disciples se plaignent du gaspillage, il affirme: «En vérité, je vous le dis, partout où cette bonne nouvelle est proclamée dans le monde entier, ce qu'elle a fait sera raconté en souvenir d'elle» ( Matthieu 26:13). Il semble ne pas compter le coût; en fait, il interdit spécifiquement de compter le coût. «N'entreposez pas de trésors sur terre», enseigne-t-il; ne vous efforcez pas et n'ayez pas peur - «car c'est le bon plaisir de votre Père de vous donner le royaume» (Luc 12: 32). Tout viendra de lui-même en temps utile et avec une plénitude abondante, tant que l'on ne cherche pas à accumuler ou à s'accrocher.

    C'est un chemin qu'il a lui-même parcouru jusqu'au bout. Dans le jardin de Gethsémani, avec ses traîtres et ses accusateurs se massant aux portes, il se débattait et s'angoisse mais restait fidèle à sa voie. Ne stockez pas, ne vous accrochez pas - pas même à la vie elle-même. Laissez-le aller, laissez-le être - «Non pas ma volonté mais la tienne soit faite, Seigneur. Entre vos mains, je remets mon esprit. [2]

    Richard encore: Jésus est venu au monde et s'est livré pleinement à une vie pauvre et à une mort humiliante. Comme l'écrit Cynthia, il se «gaspillait» [3], ce qui est vraiment ce que fait toute la Trinité: chacun se vidant dans l'autre! Il a révélé la pauvreté de Dieu, qui donne tout. Pourtant, la plupart d'entre nous ne penseraient probablement pas du tout à Dieu comme pauvre. 

    Passerelle à l'action et à la contemplation:
    quel mot ou quelle phrase me résonne ou me met au défi? Quelles sensations est-ce que je remarque dans mon corps? Que dois-je faire?

    Prière pour notre communauté:
    Ô grand amour, merci de vivre et d'aimer en nous et à travers nous. Que tout ce que nous faisons découle de notre connexion profonde avec vous et tous les êtres. Aidez-nous à devenir une communauté qui partage de manière vulnérable les fardeaux les uns des autres et le poids de la gloire. Écoutez les désirs de notre cœur pour la guérison de notre monde. [Veuillez ajouter vos propres intentions.]. . . Sachant que vous nous entendez mieux que nous ne parlons, nous offrons ces prières dans tous les saints noms de Dieu, amen.

    Écoutez le P. Richard a lu la prière.

    source  https://cac.org/

    ------------------------------------

    Articles récents
    « Homélie du 4ème DIMANCHE DE L'AVENT - 20 décembre 2020EXTRAIT (2) du LIVRE - Méditer au temps du Covid: - Elisabeth »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :