• Le Baptême du Christ. Gérard David, c. 1502-1508. Retable aussi appelé Triptyque de Jan des Trompes.
    Huile sur panneau de bois, 127,9 x 96,6 cm (partie centrale). Musée Groeninge, Bruges (Wikipedia).

    Un Évangile en diptyque

    Béatrice BérubéPATRICE BERGERON | BAPTÊME DU SEIGNEUR (C) – 9 JANVIER 2022

    Annonce du Messie et baptême de Jésus : Luc 3, 15-16. 21-22
    Lectures : Isaïe 40, 1-11 ; Psaume 103 (104) ; Tite 2, 11-14 ; 3, 4-7
    Les citations bibliques sont tirées de la Traduction liturgique officielle.

    C’est un diptyque que la liturgie nous sert comme évangile en ce dimanche du baptême du Seigneur. Je rappelle ce qu’est un diptyque en art : une œuvre composée de deux panneaux peints ou sculptés, reliés et pouvant se refermer l’un sur l’autre. Le premier panneau est tiré du cycle de Jean Baptiste (Lc 3,15-16), le second appartient à une nouvelle section de l’évangile qui braque le projecteur sur l’identité de Jésus (Lc 3,21-22). En reliant habilement ces deux courts extraits, on comprendra la leçon que la liturgie dominicale cherche à induire chez l’auditeur : décliner la juste identité des deux personnages.

    Jean et Jésus, en compétition ?

    Fait indéniable, Jean le Baptiste et Jésus furent, à la même époque, des maîtres populaires attirant les foules, initiateurs de mouvements qui se poursuivront au-delà de leur mort. De cela, nous avons des preuves historiques en dehors des écrits du Nouveau Testament. Au début de l’Église, les premières communautés chrétiennes seront donc, un certain temps, en compétition avec les communautés se réclamant de Jean, continuant de pratiquer son baptême de conversion et voyant leur maître comme le Messie promis. Pour ajouter à la confusion, une donnée historique que les premiers chrétiens n’ignoraient pas : Jésus, avant son ministère public, a bel et bien côtoyé le cercle des disciples de Jean, se faisant même baptiser par lui dans le Jourdain. Fait quelque peu embarrassant pour les premiers chrétiens pour deux raisons : ce baptême reçu de Jean semble donner à ce dernier une position de supériorité par rapport à Jésus. De plus, comment Jésus a-t-il pu s’immiscer dans cette foule de pécheurs venant vivre au désert un baptême de conversion, lui qui était sans péchés?

    Mettre les choses au clair…

    Il est donc impératif pour chacun des évangélistes en début d’œuvre – et c’est le cas de Luc ici – de dissiper tout doute quant à l’identité des personnages : tout en donnant une position d’honneur à Jean, il faut affirmer la supériorité de Jésus – c’est lui le Messie! Quelles seront les stratégies de l’évangéliste Luc dans cet exercice? Il use de plusieurs astuces et, pour s’en convaincre, une comparaison avec les textes parallèles des autres évangiles s’avère éloquente.

    Je ne suis pas digne…

    La première astuce étant de placer dans la bouche même de Jean l’affirmation de son infériorité par rapport à Jésus. En cela, Luc n’est pas original, les quatre évangélistes rapportent la même auto-humiliation de Jean, disant ne pas être digne de poser un geste d’esclave sur celui qui vient, le déchaussant de sa sandale. Là où Luc se distingue de ses pairs, c’est qu’il retranche deux mots aux paroles du Baptiste. En effet, les trois autres recensions de cette même affirmation de Jean parlent de celui qui vient après moi (Mt 3,11 ; Mc 1,7 ; Jn 1,27). Luc omet les mots après moi, afin d’éviter toute mauvaise interprétation de ceux-ci, leur conférant par exemple un sens hiérarchique plutôt que chronologique.

    Pour lire la suite c'est ICI

    -------------------------

    Articles récents

    votre commentaire
  • Abraham et les trois anges. Marc Chagall, 1966. Huile sur toile, 190 x 292 cm. Musée Chagall, Nice (WikiArt).

    La théophanie de Mamré

    Martin BelleroseMARTIN BELLEROSE | 10 JANVIER 2022

    Le texte que nous abordons aujourd’hui est connu comme la théophanie de Mamré (ou Mambré, dépendamment des translitérations), c’est-à-dire lorsque le Seigneur Dieu d’Israël apparut à Abraham sous la forme de trois visiteurs au chêne de Mamré. Ici, nous traitons ce texte comme le prototype de l’hospitalité chrétienne. Bien entendu, elle est aussi considérée comme prototype de la compréhension juive de l’hospitalité, mais ici j’écris en tant que chrétien et conscient que ces deux perspectives sont convergentes. Bref, la vision chrétienne de l’hospitalité ne prend-elle pas racine dans celle du judaïsme?

    Ce que je vous propose est de revisiter le texte de Genèse 18,1-15, sur la théophanie de Mamré, par le biais du prisme de la théologie de la migration. Il s’agira d’en ressortir ce qui s’avère être pour nous des caractéristiques fondamentales d’une pratique chrétienne de l’hospitalité.

    « L’aller-vers » et la réciprocité     -  Pour lire la suite ICI

    source http://www.interbible.org/

    ----------------------------------------------

    Articles récents

    votre commentaire
  • Christophe Lafontaine 11 janvier 2022

    Une étude de l'Université de Tel Aviv a déterminé qu'il y a près de 3 000 ans, la vallée de l'Arabah devint un centre de premier plan de l'industrie du cuivre, grâce aux hautes compétences locales et non pas égyptiennes


    L’Arabah, vallée située entre la mer Morte au nord et le golfe d’Aqaba au sud, est bien connue pour avoir été dans l’Antiquité un centre d’extraction de cuivre. Elle serait même devenue il y a environ 3 000 ans, d’après une nouvelle étude de l’Université de Tel Aviv, le centre de fusion le plus grand et le plus avancé technologiquement dans le monde antique. Et ce, grâce « à des compétences de gestion avancées et à une créativité technologique impressionnante » de la part de la population de l’Arabah, a annoncé l’université dans un communiqué hier.

    Dans l’Antiquité, le cuivre était important car considéré comme un composant majeur du bronze qui s’obtient par la fusion complexe du cuivre et de l’étain. Le nouveau métal est vite apparu plus malléable que le cuivre pur mais avec les mêmes propriétés quant à sa solidité. La fabrication du bronze a naturellement conduit au développement de toutes sortes d’outils et d’armes.

    L’étude a été menée et rédigée par David Luria, étudiant diplômé de l’Université de Tel Aviv, rattaché en son sein au département Jacob M. Alkow d’archéologie et des cultures anciennes du Proche-Orient et à l’institut d’archéologie Sonia & Marco Nadler. Son travail a été publié le 20 décembre dans la revue Plos One.

    Une région minière convoitée…

    Le travail de David Luria s’est concentré sur les deux principales zones minières, où se laissent apercevoir encore parfois des roches bleues-vertes, qui ont fait la réputation industrielle de l’antique vallée, d’ailleurs évoquée dans la première phrase du premier chapitre du Livre du Deutéronome. Il y a d’abord Timna, au nord d’Eilat dans l’actuel Israël, et ensuite à 130 km au nord, Feynan aujourd’hui en Jordanie. Les mines de Timna ont longtemps été associées au roi Salomon et au royaume d’Israël. Des fouilles à la fin des années 1960 ont cependant révélé un petit temple égyptien, dédié à Hathor, la déesse de l’amour et de la beauté. Ce temple fut vite considéré comme la preuve que l’activité minière était plutôt liée à l’Egypte et remontait au XIIIe siècle avant J.-C., soit quelque 200 ans avant le roi David.

    Des recherches antérieures à l’étude de David Luria ont longtemps soutenu que le haut niveau de technologie utilisé dans la vallée de l’Arabah a été rendu possible grâce aux savoirs et aux technologies que les Egyptiens avaient apportés dans la région lors de l’expédition du pharaon égyptien Sheshonq Ier en 925 av. J.-C., cinq-six ans après la mort du roi Salomon.

    Lire aussi >> Pourpre royale : rare découverte de tissus teints datant de l’ère de David et Salomon

    Cette théorie avait été renforcée en 2014 non seulement après la découverte d’un artéfact en forme de scarabée portant la figure de Sheshonq à Feynan, mais aussi grâce au développement d’une nouvelle modélisation scientifique en 2019 qui estimait qu’un saut technologique inopiné avait eu lieu à l’époque du séjour du pharaon.

    Il est cité comme « roi d’Egypte » dans la Bible sous le nom de Shishaq. « La cinquième année du règne de Roboam, Shishaq, roi d’Égypte, monta contre Jérusalem. Il s’empara des trésors de la maison du Seigneur et des trésors de la maison du roi ; il s’empara de tout ; il s’empara aussi de tous les boucliers d’or qu’avait faits Salomon », peut-on lire au chapitre XIV du Premier Livre des Rois.

    Cependant pour David Luria, l’expédition de Sheshonq dans la vallée minière « n’avait pas pour but de s’emparer physiquement des mines de cuivre de l’Arabah, mais plutôt de formuler un accord à long terme avec le peuple de l’Arabah afin de renforcer la production locale et ainsi augmenter les exportations de cuivre vers l’Egypte, qui souffrait de difficultés dans sa production locale à l’époque », a-t-il déclaré. En écho, le Jerusalem Post explique que des archéologues de l’université de Tel Aviv avaient recommencé à creuser à Timna en 2013 ; et le journal d’expliquer que « la datation au radiocarbone de la matière organique a prouvé que l’activité la plus intense du site s’est produite vers 1 000 avant notre ère, à l’époque de David et Salomon, lorsque l’Égypte n’était plus puissante ».

    … et fer de lance d’une industrie high-tech

    David Luria qui soutient que le grand succès économique et technologique de l’industrie du cuivre dans l’Arabah n’a pas été lié aux compétences et connaissances d’une Egypte à l’époque dans le besoin de cuivre et moins robuste, mais plutôt au talent de la population autochtone. « Il apparaît, dit-il, que le secret du succès de l’ancienne industrie du cuivre dans l’Arabah réside dans les compétences et les capacités de gestionnaires efficaces, qui ont été assistés à chaque étape de leur prise de décision par des experts technologiques talentueux. »

    La réflexion du chercheur a pu être nourrie grâce une analyse minutieuse des dépôts laissés dans les zones minières. « Ces découvertes sont les résidus de production de cuivre qui se sont accumulés sous forme de tas de déchets qui peuvent être datés, et dont la taille permet d’évaluer le volume de production à un instant donné. De plus, en procédant à une analyse chimique de la teneur en cuivre restant dans les déchets, nous pouvons déterminer la qualité de la production ; lorsque la quantité de cuivre dans les déchets diminue, nous pouvons conclure que le processus est devenu plus efficace. »

    Lire aussi >> Route romaine au bord du Néguev, l’archéologie ouvre la voie

    David Luria affirme également que les traces détectées sur ces sites montrent que tout au long de la période de production, l’équipe de gestion a pu fermer des mines peu opérantes et en ouvrir de plus efficaces. Il a dans ce sens fait remarquer que les déchets d’une période antérieure produits avec des procédés moins efficaces ont été réutilisés pour extraire les grandes quantités de cuivre qu’ils contenaient encore, plutôt que d’utiliser le minerai brut. Ce qui montre un haut niveau de compétences technologiques et la capacité de vérifier la quantité de cuivre présente dans le matériau.

    Cela n’aurait pas pu être mis en place et étudié, dit l’auteur de l’étude, « sans une excellente équipe technique qui a soutenu les décisions de gestion par des tests technologiques réguliers ».

    Pour lui, « la leçon importante à tirer de ce succès technologique est que les individus avertis en matière de haute technologie – des personnes instruites et énergiques qui ont vécu ici au premier millénaire avant notre ère – ont réussi, tout comme aujourd’hui, à provoquer une énorme révolution dans l’économie locale ». Un clin d’œil à la start-up nation qu’est l’Israël d’aujourd’hui. Autrement dit, « il n’y a rien de nouveau sous le soleil », conclut, espiègle, David Luria.

    source  https://www.terresainte.net/

    ---------------------

    Articles récents

    votre commentaire
  •  

                 - JUSTICE SOCIALE

    Le plaidoyer : une responsabilité

    Renaude Grégoire     RENAUDE GRÉGOIRE | 17 JANVIER 2022

    Victime d’une tentative d’assassinat en octobre 2012 alors qu’elle est dans l’autobus pour se rendre à son école au Pakistan, Malala Yousafzai est invitée sur plusieurs tribunes pour présenter son plaidoyer. Défenseure des droits des enfants et particulièrement des filles, elle milite entres autres pour que tous les enfants puissent fréquenter l’école. Dès 2009, elle exprime ses revendications sur un blogue. Elle n’hésite pas à visiter des enfants dans des camps de réfugiés. En juillet 2013, Malala prononce un discours [1] devant des membres des Nations Unies à New York. Son plaidoyer, sur le fait de ne pas laisser tomber les millions d’enfants sans école, peut se résumer par cette phrase si marquante de son discours qu’elle a reproduite sur un des murs du Centre des Visiteurs des Nations Unies à New York : Un enfant, un professeur, un livre et un crayon peuvent changer le monde.

    En 2021, des bénévoles ont tenu des activités mensuelles de plaidoyer pour l’équité en matière de santé, de nutrition et d’inclusion économique, afin de faire reculer les inégalités causées par la pandémie. Le plaidoyer du personnel et des bénévoles de Résultat Canada, avec 280 lettres publiées dans les journaux, des rencontres et d’entretiens téléphoniques auprès des parlementaires canadiens, a connu des résultats positifs afin que le Canada investisse dans des initiatives mondiales pour la vaccination et l’éducation des enfants.

    Le plaidoyer est l’une des dimensions de la justice sociale. L’UNICEF le définit comme suit :

    Le plaidoyer c’est faire quelque chose pour soutenir, recommander, ou prendre des mesures relatives à une idée ou à une cause qui vous préoccupe. Le plaidoyer c’est faire entendre des voix, car souvent les idées ou pratiques que nous souhaitons changer affectent les personnes les plus vulnérables dans la société. Le plaidoyer utilise cette voix collective pour défendre et protéger les droits, pour soutenir des initiatives ou des causes [2]

    Le plaidoyer dans la Bible     La suite ICI

    source http://www.interbible.org/

    ----------------------------------

    Articles récents

    votre commentaire
  • Capturer pour rendre la vie

    YVAN MATHIEU 5E DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE (C) – 6 FÉVRIER 2022

    Jésus appelle ses premiers disciples : Luc 5, 1-11
    Lectures : Isaïe 6, 1-2a.3-8 ; Psaume 137 (138) ; 1 Corinthiens 15, 1-11
    Les citations bibliques sont tirées de la Traduction liturgique officielle.

    Dans les trois premiers évangiles, après avoir été baptisé par Jean Baptiste, Jésus est mené par l’Esprit au désert pour être tenté par le diable, puis il revient victorieux en Galilée. Chez Marc et Matthieu, il appelle immédiatement des disciples à sa suite. Mais pas chez Luc, qui nous montre Jésus agissant seul au début de son ministère, d’abord à Nazareth (Lc 4,16-30) puis à Capharnaüm (Lc 4,31-44).

    Jésus, prisonnier des foules

    Dès le début de son ministère, Jésus est victime de son succès. À Capharnaüm, on voulait le retenir, alors que sa mission devait plutôt le mener dans tout le pays des Juifs (Lc 4,44). Aujourd’hui, la foule se pressait autour de Jésus pour écouter la parole de Dieu, tandis qu’il se tenait au bord du lac de Génésareth (Lc 5,1). Pressé par la foule, comment pourra-t-il lui annoncer la parole de Dieu ? Il risque d’être écrasé (voir Mc 3,7.9). Ceux qui sont loin de lui risquent de ne pas entendre la parole.

    Jésus, l’homme pratique

    Il vit deux barques qui se trouvaient au bord du lac ; les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets. Jésus monta dans une des barques qui appartenait à Simon, et lui demanda de s’écarter un peu du rivage. Puis il s’assit et, de la barque, il enseignait les foules (Lc 5,2-3). Jésus avait résolu son problème. Le rivage servait d’estrade où pouvait s’asseoir la foule. La barque de Simon servait de scène. L’eau du lac portait sa voix et lui servait d’amplificateur. Il pouvait maintenant annoncer librement la Parole.

    Simon accepte l’invitation  .. pour lire la suite c'est ici

    source http://www.interbible.org/

    ---------------------------------

    Articles récents

    votre commentaire
  • ODETTE MAINVILLE | 14 FÉVRIER 2022

    Découvrir Luc : une série d’articles où Odette Mainville examine l’œuvre de Luc (évangile et Actes) pour en présenter les grands thèmes. L’importance de la prière dans l’œuvre de Luc est soulignée dans ce qui suit.

    La prière de Jésus est un thème caractéristique du troisième évangile. Non seulement Luc nous présente-t-il un Jésus qui prie, mais il nous montre aussi un Jésus qui enseigne et exhorte à prier.

    Dans quelle circonstance et à quel endroit Jésus prie-t-il ?

    Dans l’évangile de Luc, c’est à la suite de son baptême que l’on retrouve Jésus en prière pour la première fois. Alors que Marc (3,9-11) et Matthieu (3,13-17) apportent des précisions sur le lieu et les circonstances du baptême de Jésus par Jean, Luc ne fait qu’informer qu’à l’instar de « tout le peuple (qui) était baptisé, Jésus baptisé lui aussi, priait » (3,21). Bien qu’implicites, ces précisions sont effectivement absentes en Luc. L’information voulant que Jésus soit priant dès qu’il fût baptisé ne manque toutefois pas d’intérêt considérant que son baptême marquera le début de sa mission (4,14), ce, après qu’il aura vaincu Satan au désert (4,1-13).

    La deuxième occasion où on retrouve Jésus en prière, c’est dans la montagne à ce moment crucial où il s’apprête à appeler ses disciples (6,12-16). À noter d’ailleurs l’insistance de Luc pour souligner l’importance de cet appel : « Jésus s’en alla dans la montagne pour prier et il passa la nuit à prier Dieu » (6,12). Or, dans les deux autres synoptiques, il n’est pas question de prière de Jésus précédant l’appel des Douze.

    Un autre moment où on retrouve Jésus priant sur la montagne est juste avant la transfiguration. Cet épisode relaté par les trois évangiles synoptiques informe unanimement que Jésus s’y était retiré avec Pierre, Jacques et Jean, mais Luc est le seul à faire mention de la prière de Jésus. Cette fois encore, son insistance est remarquable : « Jésus (…) monta sur la montagne pour prierPendant qu’il priait, l’aspect de son visage changea et son vêtement devint d’une blancheur éclatante » (9,28-36). Il se peut qu’en introduisant le motif de la prière de Jésus, Luc ait voulu faire état de sa prédisposition psychologique à l’évènement qui va suivre, mais qu’il ait voulu aussi, par le sceau de la transfiguration, attester de son union parfaite à Dieu dans la prière.
               
    L’Évangile de Luc comporte cinq autres occurrences qui lui sont propres montrant un Jésus priant. Tout d’abord, dans un endroit indéterminé, il prie juste avant d’enseigner aux disciples à prier, eux-mêmes, selon les paroles du Notre Père (11,1). Il s’agit d’un épisode émanant de la Source que Luc partage avec Matthieu (6,9-13) et pourtant ce dernier ne le fait pas précéder de la prière de Jésus.

    À la Cène, lors de ce dernier repas pris en compagnie de ses disciples, Jésus informe Pierre qu’il a prié pour lui « afin que (sa) foi ne disparaisse pas » (22,32). Or, cette parole adressée à Pierre précède immédiatement l’avertissement au sujet de son reniement (v. 34); comme si Jésus avait voulu lui signifier que cette horrible faute ne lui sera pas impardonnable.

    Luc insistera encore sur l’importance de la prière de Jésus dans le cadre de la Passion. Tout d’abord, au Jardin des Oliviers, après avoir exhorté ses disciples à prier pour ne pas entrer en tentation, il se retire à l’écart, « se met à genoux et prie : ‘Père si tu veux écarter de moi cette coupe… mais que ce soit ta volonté et non la mienne qui se réalise’ (…) Pris d’angoisse, il priait plus instamment » (22,41-42.44). Et enfin, sur la croix, il pria pour ses bourreaux : « Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font » (23,34). Puis au moment de rendre le dernier souffle, Jésus adresse cette dernière prière au Père : « Je remets mon souffle entre tes mains » (23,46).

    Ainsi, dans l’Évangile de Luc, chaque moment important de la vie de Jésus est précédé ou accompagné de la prière, ce qui révèle la relation étroite qu’il entretient avec le Père. Certes, l’exemple du Jésus priant se fait en soi enseignement sur la manière et la nécessité de prier; mais à cet enseignement implicite de la part du Maitre s’ajoutera encore celui explicite à l’intention de ses disciples et des foules qui l’écoutent.

    L’enseignement de Jésus sur la prière

    Si les épisodes relevés plus haut au sujet de la prière de Jésus sont exclusivement de l’évangéliste Luc, les suivants concernant son enseignement aux disciples sont en majorité traditionnels, c’est-à-dire qu’ils se retrouvent également dans l’un ou l’autre des évangiles synoptiques ou même dans les deux autres.

    Le premier exemple de cet enseignement sur la prière s’inscrit dans le prolongement du discours sur les béatitudes alors que Jésus exhorte les auditeurs à aimer même leurs ennemis : « Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent, bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous calomnient » (6,27-28). Ces exhortations qui préconisent de rendre le bien pour le mal pourraient, de prime abord, sembler contre nature. Elles se basent pourtant sur un principe à double volet, celui voulant que le mal engendre le mal et que le bien engendre le bien. Ainsi, rendre le mal pour le mal ne contribuerait qu’à perpétuer le courant destructeur, alors que rendre le bien pour le mal peut non seulement freiner ce courant destructeur, mais aussi susciter une réflexion positive, voire réparatrice, dans le cœur du malfaiteur, possiblement désarçonné par l’accueil bienveillant de l’offensé. Autrement dit, le fait de rendre le bien pour le mal peut se faire initiateur d’un courant susceptible d’orienter sur une voie constructive.

    Les autres exhortations à la prière sont à la fois nombreuses et diversifiées quant aux intentions qui les sous-tendent. On se limitera ici à les énumérer :  Pour lire la suite c'est ICI

    source http://www.interbible.org/

    -----------------------------

    Articles récents

    votre commentaire
  • 9. Ce que Paul apprend aux missionnaires d’aujourd’hui

    ROLAND BUGNON, CSSP | 21 FÉVRIER 2022

    Cette série s’inspire de l’invitation pressante faite par le pape François à tous les baptisés : devenir des disciples missionnaires de l’Évangile de Jésus Christ. Dans ce texte, l’auteur met en relief deux attitudes missionnaires de saint Paul : l’égalité et la dignité accordées à tous les membres de la communauté. Il souligne également la primauté de la foi en Jésus, Christ et Seigneur.

    En ce jour où j’écris ces lignes, l’Église célèbre « la conversion de Paul » (25 janvier). C’est une fête, car ce moment unique, quelques années après la mort de Jésus, aura une importance capitale pour la vie d’une jeune Église cantonnée jusqu’alors à Jérusalem, toujours étroitement liée à la Loi mosaïque et aux rituels du Temple.

    La rencontre de Paul avec Jésus sera pour lui, jeune pharisien fraîchement sorti de l’école de Gamaliel, le point de départ d’une aventure extraordinaire qui commence vraiment le jour où Barnabé vient le chercher à Tarse pour lui demander de venir l’aider à Antioche, la ville administrative la plus importante et le grand port commercial de la côte syrienne. Grâce à sa foi nouvelle, ses connaissances des Saintes Écritures et son dynamisme spirituel, il s’attache, avec Barnabé, à enseigner et à former la communauté qui s’est mise en place. Très vite, il n’exige rien d’autre que la foi en Jésus Christ, de la part des gréco-romains que l’évangile de Jésus Christ intéresse au plus haut point.

    La première caractéristique des futures églises pauliniennes est donnée là : elles sont ouvertes à tous. Juifs et Grecs y trouvent leur place, hommes et femmes, hommes libres et esclaves. Paul a fait sauter les barrières qui séparent généralement les humains, les uns vis-à-vis les autres, en raison de leurs cultures, de pratiques religieuses ou d’organisations sociales différentes. S’asseoir à la même table et manger ensemble la nourriture qui a été préparée, sans avoir peur de consommer quelque chose d’impur… c’est désormais possible. À Antioche, la jeune communauté chrétienne vit dans la liberté de l’Esprit. Ce ne sont plus les formes rituelles ou la pratique stricte de la Loi qui sont essentielles pour le salut de l’être humain, mais la foi en Jésus, Christ et Seigneur.

    Cette conviction prendra de plus en plus d’importance au cours des futurs voyages missionnaires de Paul et sera largement développée dans les lettres qu’il écrira, aux Galates et surtout aux Romains. Par sa pratique et dans ses paroles, Paul libère une population vivant sous le régime de la peur de la divinité et ouvre l’avenir en suscitant dans les cœurs une espérance très forte et un amour sans faille. L’autre, le différent considéré comme un ennemi, l’esclave aux yeux de son maître, deviennent tous des frères en Jésus-Christ. C’est ce que l’on découvre dans un billet que Paul envoie à Philémon en même temps qu’il demande à Onésime, devenu chrétien lui aussi, de retourner chez son maître. Voici le contenu principal de ce billet :

    J’ai quelque chose à te demander pour Onésime, mon enfant à qui, en prison, j’ai donné la vie dans le Christ… Je te le renvoie, lui qui est comme mon cœur.  Je l’aurais volontiers gardé auprès de moi…Mais je n’ai rien voulu faire sans ton accord, pour que tu accomplisses ce qui est bien, non par contrainte mais volontiers.S’il a été éloigné de toi pendant quelque temps, c’est peut-être pour que tu le retrouves définitivement, non plus comme un esclave, mais, mieux qu’un esclave, comme un frère bien-aimé : il l’est vraiment pour moi, combien plus le sera-t-il pour toi, aussi bien humainement que dans le Seigneur. Si donc tu estimes que je suis en communion avec toi, accueille-le comme si c’était moi.  (Phm 11-17).

    À l’époque où Paul écrit ces lignes, l’esclavage fait partie de la structure sociale et personne LA SUITE ICI

    SOURCE http://www.interbible.org/

    ----------------------------- 

    Articles récents

    votre commentaire
  •  

    Un monde nouveau est déjà né

    Alain FaucherALAIN FAUCHER | 4E DIMANCHE DU CARÊME (C) – 27 MARS 2022

    La parabole du fils retrouvé : Luc 15, 1-3.11-32
    Les lectures : Josué 5, 10-12 ; Psaume 33 (34) ; 2 Corinthiens 5, 17-21
    Les citations bibliques sont tirées de la Traduction liturgique officielle.

    En ce quatrième dimanche du Carême, nous contemplons qui est Dieu pour nous et qui nous sommes pour lui. Nous constatons alors qu’« un monde nouveau est déjà né »…

    • Nous le constatons dans la générosité un peu folle du père de la parabole. Elle nous raconte qui nous sommes pour Dieu. Selon les mots de la deuxième lecture, nous devenons justes de la justice même de Dieu…
    • Nous le constatons dans l’autonomie vécue jadis lors de l’entrée en Terre promise : le peuple hébreu put enfin trouver par lui-même ce qui était nécessaire pour sa subsistance quotidienne…
    • Nous le constatons dans la sérénité du psaume, « sans ombre ni trouble au visage » quand on regarde vers le Seigneur…
    • Nous le constatons dans la réconciliation avec Dieu vécue par la grâce du Christ, selon l’insistance de saint Paul…

    La Bonne Nouvelle de ce dimanche provoque donc une prise de conscience fondamentale : Dieu nous croit dignes d’une insertion bienfaisante et féconde dans la famille de ses bien-aimés. Cette appartenance fonde notre autonomie en nous faisant goûter aux bons fruits de la réconciliation. Cette appartenance se consolide pour toute personne qui prend Dieu au sérieux.

    La saison du Carême nous invite à renouer avec notre identité profonde. Cette démarche de centration s’accompagne d’une joie du cœur durable et constructive, car elle est fondée sur les comportements de Dieu à notre égard. Nommer notre appartenance à Dieu nous ouvre sur l’éternité du don de Dieu et sur l’infinie nouveauté d’un monde transformé par ses soins affectueux. À mi-chemin du parcours de Carême, les lectures bibliques de ce dimanche viennent alimenter ce processus identitaire et cette joie à contre-courant.

    À l’évidence, dans la célèbre parabole des deux fils, l’évangile met en lumière les largesses du Père éternel. Mais il y a aujourd’hui au menu plus que cette parabole bien connue. Les autres éléments du parcours biblique évoquent les effets des dons constants du Père éternel. Ainsi sont décrites l’autonomie des bénéficiaires dans la conduite de leur vie et dans leur activité de louange (première lecture et psaume), puis la réconciliation possible au-delà des péchés du passé (deuxième lecture et évangile).

    Il était perdu et il est retrouvé

    Le récit de Jésus est devenu une icône du Carême. Sa représentation en image ou en peinture marque l’imaginaire chrétien depuis bien longtemps. Le père de famille est le personnage central du récit. Bafoué par les prétentions de son plus jeune fils, il attend activement son retour. Il dépasse toutes les limites de la dignité proche-orientale dans ses manifestations de bonté. Son fils aîné a raison de s’étonner devant un tel déferlement de générosité. Selon les critères du temps, le père se déshonore et agit dans l’incohérence la plus complète par rapport à sa dignité de père!

    Pourtant, le père a ses raisons d’agir ainsi. La réponse du père au fils aîné donne le ton de notre dimanche. Il faut porter une grande attention au verset 32 : « Il fallait bien festoyer et se réjouir : car ton frère que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé. » Au terme de notre parcours de lecture, cette déclaration du père de la parabole oriente notre regard vers la personne retrouvée. Même si la générosité appartient au père, le fils perdu et retrouvé est un personnage important : il est le déclencheur de la joie du père. Le fils aîné, morose et revendicateur, est également important dans l’équation. Il provoque la clarification véhiculée dans la déclaration du père. La mauvaise humeur du bon fils permet d’affirmer, en contraste, la joie profonde causée par le retour du frère dépravé. Les gestes extravagants du fils rebelle mettent en valeur le service quotidien assumé par le bon fils.

    Il est fascinant de nous entendre dire qu’aux yeux de Dieu nous sommes réconciliés et réinsérés dans la famille de Dieu. Nous sommes voués à l’autonomie par notre dignité aux yeux de Dieu, car nous sommes réconciliés et réinsérés dans la famille de Dieu. Parce que nous nous découvrons désirés par Dieu, attendus, réconciliés, réinsérés, nous savons davantage vers quelle bonne situation nous nous dirigeons au terme de nos journées, au terme de notre vie. Cette touche de certitude heureuse est bienvenue en ce quatrième dimanche de Carême centré sur la joie du cœur vécue dans le monde morose… renouvelé par Dieu.

    Une nouvelle existence      (LA SUITE EST ICI)

    Source http://www.interbible.org/

    ------------------------

    Articles récents

    votre commentaire