• Congo-Brazzaville une Église pleine d’espérance et de force - AED

    Congo-Brazzaville une Église pleine d’espérance et de force

    Longtemps sous un régime communiste, la République du Congo – voisine la RDC – a mis sa foi de côté pendant de nombreuses années. Maintenant, l’Église y reprend des forces afin de surmonter ses problèmes – nombreux – et aller de l’avant. Kinga von Poschinger, responsable des projets pour le Congo-Brazzaville à l’œuvre pontificale de charité Aide à l’Église en Détresse (AED), s’est rendue dans ce pays d’Afrique centrale afin d’évaluer la situation. Elle a accordé un entretien à Monica Zorita pour parler des défis auxquels les Congolais font face, et des futurs projets d’aide que désire soutenir l’AED. 

    Quelles ont été les principales raisons de ce voyage ? 

    La visite au Congo-Brazzaville constitue une priorité pour l’AED, et ce pour différentes raisons. Pendant de nombreuses années, le pays ayant été sous la domination d’un régime communiste ; la foi de sa population y est donc passée complètement au second plan. Maintenant, il y a un besoin de revenir à elle, de la faire sortir de l’ombre et de la raviver. La précédente visite d’un membre de l’AED dans ce pays remonte à 2002. En 20218, par le présent voyage et les nouveaux projets qui vont être réalisés, nous espérons donner une grande impulsion à son Église et sa société.

    Petit garçon durant la messe à Sainte-Brigitte, Epéna, diocèse de Impfondo, Congo.

    Quelle est la situation actuelle de ce pays, également connu sous le nom de petit Congo ?

    Comme beaucoup d’autres nations africaines, le Congo-Brazzaville traverse une situation économique très difficile. Les gens y vivent pauvrement alors que le pays détient de nombreuses richesses. Ainsi, la région où se trouve le diocèse d’Impfondo, dans le nord, est enclavée au milieu de la jungle. Beaucoup de maisons sont bâties en terre glaise. C’est une zone très fluviale dont la végétation exubérante rend la mobilité difficile, sauf si l’on est en canoë ou parfois en voiture, quand les routes le permettent. C’est la zone la plus pauvre. Par contre, dans la région sud – très précisément à Pointe-Noire – il y a beaucoup de pétrole, mais la diminution du prix du baril et la corruption ont plongé le pays dans une crise profonde qui a des conséquences sur tous. Cette situation crée évidemment un sentiment d’inquiétude, mais l’espérance propre au peuple congolais l’emporte, en particulier dans les régions catholiques où règnent une atmosphère très familiale et un esprit d’entraide.

    Quelles sont les religions majoritaires au Congo-Brazzaville ?

    Avant la construction d’un nouveau presbytère, l’ancien prêtre de la paroisse vivait dans cette hutte. Mort il y a quelques années, ses écrits sont toujours là. 

    Bien que la République du Congo soit officiellement un État laïc, une grande partie de la population pratique une religion chrétienne ; une autre grande partie est adepte des croyances animistes locales, et enfin, il y a une minorité de musulmans. La majorité de la population chrétienne appartient à des communautés évangéliques pentecôtistes, et les catholiques représentent de 30 à 35% de la population. Les catholiques congolais ont une foi très vivante et joyeuse. Par rapport à d’autres pays africains, leurs cérémonies sont plus calmes. C’est un point sur lequel insiste beaucoup l’évêque du jeune diocèse de Dolisie, Mgr Bienvenu Manamika Bafouakouahou, qui rappelle aux fidèles l’importance de la prière intérieure et du silence.

     

    L’Église du Congo-Brazzaville compte actuellement neuf diocèses, dont deux ont été créés en 2013. Il est par ailleurs prévu d’en ériger d’autres dans les années à venir, car ils ont de trop grands territoires et il est très difficile de les couvrir avec si peu d’évêques.

    Quels sont les principaux défis auxquels l’Église congolaise est confrontée ?

    Ils sont nombreux ! D’abord, il y a la pauvreté. Puis, il y a une forte augmentation de groupes à caractère sectaire.  Aussi, beaucoup de croyants animistes locaux éprouvent peu de respect – avec leurs fétiches – envers la religion catholique.  Il y a aussi le fait que les paroisses sont tellement éloignées les unes des autres. De ce fait, beaucoup de prêtres se retrouvent très solitaires et risquent parfois de perdre le sens de leur vocation et de leur mission. C’est pourquoi l’AED soutiendra différentes retraites spirituelles et des projets dédiés à la formation des religieux ayant peu d’années de sacerdoce, afin de les fortifier et de leur montrer des modèles dont ils ont besoin.

    Quels autres projets avez-vous définis à la suite de ce voyage au Congo ?

    Dans l’unique grand séminaire du pays, nous voulons réaliser des projets qui soient dédiés au discernement de l’authenticité des vocations.

    Nous avons également vu le manque de moyens pour l’évangélisation qui se reflète à la fois par l’absence de littérature religieuse (par exemple les missels) et de moyens de transport – dans ce cas-ci, de bateaux – pour atteindre toutes les populations. Il est également nécessaire de rénover certaines des maisons des prêtres et des religieux. Beaucoup vivent dans des conditions déplorables ou n’ont pas accès à l’eau potable.

    Farrell, 27 ans: « Je ne veux pas que mon petit frère ne puisse rencontrer, comme moi, un prêtre avant l’âge de 11 ans! » Le jeune homme est en pleine formation pour devenir prêtre.

    Dans le cadre de l’année liturgique, nous venons de vivre la résurrection du Christ. Quel message pascal d’espérance ramenez-vous de votre voyage ?

    Nous avons vu le travail, la lumière, la bonté et l’espérance de gens comme Mgr Manamika Bafouakouahou. Ce dernier est plein de force pour aider son pays à aller de l’avant, à surmonter un par un tous les problèmes auxquels il est confronté. Sa foi est très profonde et ses idées très claires. Il sort volontiers dans la rue pour parler aux gens et a l’habitude d’organiser des Semaines d’évangélisation qui déplacent des milliers de personnes désireuses de l’écouter.

    Quel a été l’un des moments les plus émouvants ou passionnants du voyage ?

    Nous avons vécu une très belle expérience dans le diocèse d’Impfondo où était célébrée la première messe de trois nouveaux prêtres, ordonnés le 6 janvier dernier. Ils ont fait une cérémonie traditionnelle, puis ils ont dansé et chanté avec une joie exceptionnelle. Les prêtres avaient des colliers faits de plantes autour du cou et de la taille, et le reste des fidèles étaient vêtus de costumes traditionnels et dansaient avec un balai fait avec des branches, symbole d’unité, de flexibilité et de résistance. En dépit de tant de difficultés, la joie et la fierté de ce peuple d’avoir trois nouveaux prêtres étaient impressionnantes.

    Soeur Roberta est la directrice de l’école primaire catholique du diocèse de Gamboma. Les religieuses ont peint les murs avec des couleurs joyeuses et elles utilisent les images données par Aide à l’Église en Détresse pour la catéchèse aux enfants (au-dessus d’elle sur la photo). Les religieuses s’occupent également des enfants les plus pauvres, certains arrivant à l’école sans même avoir déjeuné. Le samedi, certains de ces enfants viennent aider les religieuses au jardin. 

    source https://acn-canada.org/fr/

    ------------------------

    Articles récents- OFS-Sherb
    « VIE MONASTIQUE – Initiation à la nature canadienne - E&EBombardements occidentaux en Syrie: l'inquiétude du cardinal Raï - VA »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :