• Cours sur les Évangiles ou ressourcement spirituel 2 de 6

    RESSOURCEMENT SPIRITUEL

    La vie de Jésus, le Christ
    VOLET II
    LE MILIEU DE VIE DE JÉSUS
     
    La naissance de Jésus marque le début de cette Bonne Nouvelle à laquelle Jésus s'identifie progressivement. Au jour le jour, enraciné dans un pays qui a une histoire, une culture, des coutumes, des valeurs ... , Jésus grandit comme tous les enfants de son âge. Il est véritablement un homme de son âge. Il est véritablement un homme de son temps. »
    Donald Thompson, prêtre, Personne-ressource
     
    Volet 2
    Texte de la conférence.
     
    Dans ce volet, nous aborderons les questions touchant le milieu de vie de Jésus de Nazareth. D'abord un mot sur les sources, puis sur la chronologie et la géographie. Enfin la question des groupes et des institutions qui avaient de l'importance au temps de Jésus de Nazareth.
     
    L'existence de Jésus
     
    Concernant l'existence historique de Jésus, nous possédons des documents païens, juifs et chrétiens. Mais la principale source d'informations qu'on ait sur Jésus nous vient des textes chrétiens. Certes, des auteurs païens ont parlé de Jésus. Par exemple, Tacite vers 116-117 dit ceci: "Pour anéantir cette rumeur infamante que Néron lui-même aurait incendié Rome, il présenta comme coupables et livra aux tortures les plus raffinées des hommes détestés pour leurs forfaits que le peuple appelait chrétiens. Ce nom leur vient de Christos, que sous le principat de Tibère, le procureur Ponce-Pilate avait livré au supplice; réprimée sur le moment, cette détestable superstition perçait de nouveau, non pas seulement en Judée, ou le mal avait pris naissance, mais encore dans Rome, où tout ce qu'il y a d'affreux et de honteux dans le monde afflue et trouve une nombreuse clientèle" (Annales, 15,44).
     
    Tacite affirme donc que le nom des chrétiens vient de "Christ" et que sous le principat de Tibère le procurateur Ponce Pilate avait livré Jésus au supplice. Il est possible que Tacite ait tiré son information de la prédication chrétienne, car un homme cultivé de son temps pouvait connaître l'essentiel de ce qu'elle proclamait. À partir du texte de Tacite, il nous est permis d'extrapoler et de supposer que les sources païennes et les sources juives ne nous apprennent rien de plus que les sources chrétiennes au sujet du personnage historique de Jésus.
     
    Chronologie
     
    Au niveau de la chronologie, l'année exacte de la naissance de Jésus nous est inconnue. Dans les deux premiers chapitres de son Évangile, Matthieu souligne le fait que Jésus est vivant au moment où Hérode règne encore. En effet, autour de la naissance de Jésus, Hérode met à mort les enfants de deux ans et moins. Comme Hérode est mort vers l'an 4 avant l'ère chrétienne et que Jésus est probablement né quelques, années avant la mort d'Hérode, on peut situer la naissance de Jésus autour de l'an 6 ou 7 avant l'ère chrétienne.
     
    Quant à la date de sa mort, celle ,qui est admise de façon courante est le 7 avril 30. Dans ce cas, Jésus serait mort à l'âge de 36 ou 37 ans et aurait vécu sa vie publique entre les années 28 et 30.
     
    Géographie
     
    Quelques mots maintenant sur la géographie de la Palestine. Au temps de Jésus, trois grandes provinces se partagent la Palestine: au Nord la Galilée, pays de Jésus, au centre la Samarie et au sud la Judée. À l'ouest se trouve la Mer Méditerranée et à l'est la vallée du Jourdain qui comprend le lac de Tibériade, le Jourdain lui-même et la mer Morte.
     
    La Judée et la Samarie étaient, comme "ensemble de la Palestine, sous l'occupation romaine; "administration était aux mains d'un procurateur, Ponce Pilate au temps de Jésus. La Galilée, elle, était dirigée par un descendant du vieux roi Hérode mort en l'an 4 avant Jésus, Hérode Antipas. Jésus a vécu à Nazareth puis a voyagé un peu puisqu'il a commencé sa vie publique autour de Jean-Baptiste en Judée; il est allé quelques fois à Jérusalem. Mais la majeure partie de son travail s'est effectué dans une toute petite partie de son pays, au nord, nord-ouest de la Galilée où s'est concentrée son activité. À cet endroit, on retrouve Capharnaüm, Magdala, Chorazaïn, etc ... C'est dans cette portion de pays que Jésus de Nazareth a d'abord et avant tout oeuvré. Bien sûr, Marc nous montrera un Jésus qui pousse une pointe dans la région de Tyr et de Sidon, un Jésus qui traverse le lac de Galilée pour aboutir en terre païenne au pays des Géraséniens, un Jésus qui va en pèlerinage à Jérusalem, en suivant le Jourdain, et en passant par Jéricho où il guérit un aveugle. Mais il est important de noter que, de façon globale, l'activité de Jésus se déroule dans une petite portion de son pays. Dans cette partie du nord de la Galilée vivaient probablement quelques milliers d'habitants, la population que peut sans doute rencontrer une catéchète ou un animateur de pastorale dans une polyvalente moderne. Sans les moyens de communication que l'on connaît aujourd'hui: journaux, radio, télévision, un être humain ne pouvait rejoindre les quelques millions de personnes que comptait le pays. Pour agir, il fallait s'insérer quelque part et c'est ce que Jésus a fait, dans un espace restreint. La Bonne Nouvelle s'est répandue à échelle humaine, de façon très humble et très simple. Peut-être pour cette raison, Dieu s'est-il reconnu en plénitude dans la vie de cet homme Jésus.
     
    Groupes et institutions
     
    Attardons-nous maintenant aux groupes et aux institutions religieuses qui existaient au temps de Jésus. Nous essaierons de clarifier l'identité de chacun de ces groupes et nous soulignerons l'attitude de Jésus vis-à-vis de chacun d'eux.
     
    1 - Les Sadducéens et le temple
     
    D'abord les Sadducéens. Leur origine reste controversée de même que leur identité et leur doctrine. Ils existaient comme groupe au premier siècle avant Jésus et ont, à toute fin pratique, cessé d'exercer une influence importante en Israël à partir de 70 de notre ère, au moment de la chute de Jérusalem et de la destruction du temple. Caste aristocratique, surtout sacerdotale, les principaux officiers du temple en faisaient partie de même que les prêtres et le grand-prêtre qui constituait à la fois "autorité civile, religieuse et politique. Les grandes familles riches et influentes se reconnaissaient aussi dans le mouvement des Sadducéens. Ce mouvement, à l'intérieur du peuple d'Israël, reconnaissait avant tout, comme livre inspiré, le Pentateuque, c'est-à-dire les cinq premiers livres de la Bible: la Genèse, l'Exode, le Lévitique, les Nombres et le Deutéronome. Nous savons que les Sadducéens niaient l'immortalité de l'âme, la rétribution personnelle et la résurrection, s'en tenant à la conception traditionnelle du shéôl. Ces négations expriment le refus d'admettre comme obligatoires des croyances non explicitement révélées dans l'Écriture. Hostiles aux croyances et interprétations scripturaires nouvelles, ils craignaient qu'une libre interprétation de la Torâh par des laïcs ne finisse par porter atteinte à leurs droits et à leurs prérogatives sacerdotales.
     
    Jésus, certes, reste assez loin des Sadducéens. Homme de condition modeste, laïc, ce mouvement lui est assez étranger. Il reconnaît l'autorité des Sadducéens, du grand-prêtre, comme nous pouvons le voir dans les récits de la Passion. Mais ses affinités profondes ne vont pas dans ce sens.
     
    Les Sadducéens contrôlent l'institution religieuse centrale en Israël, le temple. 1/ y a eu deux temples successifs en Israël: le temple de Salomon, détruit au sixième siècle avant Jésus, avait été reconstruit sous Esdras, après l'exil. Mais cette dernière reconstruction ne pouvait en rien être comparée à l'ancienne. Alors Hérode recommença les travaux en 20 avant Jésus et le temple ne fut achevé qu'en 64 de notre ère, c'est-à-dire quatre-vingt-quatre ans plus tard, au début du premier soulèvement contre Rome. En 70, il était complètement détruit par les Romains.
     
    Dans le saint des saints, la partie la plus sacrée de ce temple, le grand prêtre, une fois par année entrait au jour du Yom Kippour. Il offrait en expiation le sang des victimes en prononçant le nom sacré de Yahvé, pendant que les lévites jouaient très fort de la trompette afin qu'on n'entende pas prononcer le nom de Yahvé.
     
    Au service du temple, il y avait donc le grand-prêtre, puis les officiers principaux, chargés de l'administration, des rénovations, des sacrifices, bref, de la bonne marche de cette institution très importante en Israël. De plus, des milliers de prêtres, divisés en vingt-quatre classes, étaient chargés du service du temple. Chaque classe assurait ainsi son service deux fois par mois. À l'intérieur de cet édifice, les lévites assuraient les tâches subalternes du service. Le temple était le lieu de la prière, de la présentation des sacrifices à Dieu. Il jouait un rôle d'intégration à l'intérieur de la société juive. Les prêtres, par exemple, étaient chargés de reconnaître la guérison dans les cas de maladie. Ils pouvaient réintégrer les malades guéris, à l'intérieur de la société. Le temple également jouait un rôle financier important. En effet, tous les Juifs mâles, qu'ils soient à l'étranger ou à l'intérieur de la Palestine, devaient payer au temple une taxe équivalant à deux journées de salaire par année. C'est une somme assez considérable. Aujourd'hui pour un salaire moyen de 15 000 $, il faudrait débourser 130 $. Venant de la part de quelques millions de Juifs répandus à travers le monde, cette taxe assurait des revenus considérables au temple qui peut être considéré comme un centre financier et religieux très important. Cette situation explique pourquoi le Judaïsme a été si fortement ébranlé lors de la destruction du temple.
     
    2 - Les Pharisiens et la synagogue
     
    Un autre groupe important en Israël est celui des Pharisiens. Ce mouvement existait au deuxième siècle avant Jésus. Il s'agit d'une communauté de Juifs pieux qui respectent la loi et insistent sur les règles de pureté rituelle. Les Pharisiens sont en majorité des gens de métier et des personnes respectables. Jésus était proche de ce groupe; il reste critique vis-à-vis de sa communauté mais sympathique. Plus tard, Matthieu sera très dur envers les Pharisiens qui viennent d'expulser du Judaïsme sa communauté chrétienne. Mais Jésus, lui, fréquente la synagogue contrôlée par les Pharisiens. Ces enseignants laïcs font de celle-ci un centre d'études et de prières pour le service du peuple, ce qui a un certain attrait pour Jésus.
     
    La synagogue n'est pas le temple. On n'y offre pas de sacrifices; on y fait plutôt la lecture et l'explication de l'Écriture. Elle est vraiment une institution créée par de pieux laïcs, organisée par des hommes de bonne foi qui veulent contribuer à l'instruction religieuse de leur peuple. Il est intéressant de souligner le fait que Jésus fréquente la synagogue. Cette participation de Jésus à ce type de communauté nous indique son sens de la prière et son amour de l'Écriture.
     
    3 - Les scribes
     
    Nous pouvons maintenant distinguer, à l'intérieur des Sadducéens et des Pharisiens, une catégorie de personnes lettrées qui sont à leur service. En effet, les scribes ne forment pas une autre famille religieuse mais lisent et interprètent les Écritures au service de ces deux communautés, soit celle des Sadducéens, soit celle des Pharisiens.
     
    4 - Les Zélotes
     
    Face à l'occupant romain, les Juifs se divisent entre collaborateurs et résistants. Le zèle pour la Loi, provoque à une résistance violente de la part de ceux qu'à partir de 66 on appellera les Zélotes. Ce groupe n'avait pas au temps de Jésus l'importance politique qu'il aura plus tard. En effet, les Zélotes par leur prise de position très radicale, deviendront les principaux responsables de la révolte qui aboutira au désastre de 70, la destruction de Jérusalem et du temple.
     
    5 - Les Samaritains
     
    Existaient également au temps de Jésus, les Samaritains qui vivaient dans la province entre la Galilée et la Judée. Juifs faisant partie du Royaume du Nord au temps de l'Ancien Testament, ils se sont séparés du Judaïsme officiel à la construction du temple de Garizim vers 330. En effet, la construction du temple de Garizim permettait l'activité de leurs prêtres et préparait ainsi le schisme provoqué par leurs co-religionnaires de la Galilée et de la Judée.
     
    En effet, au deuxième siècle les Juifs de la Judée, en particulier, ont mal réagi. Sichem a été détruite en 128, le temple en 107, et ces événements ont provoqué cette scission irréparable entre les Juifs et les Samaritains, de sorte que les relations étaient devenues très tendues entre les deux communautés. Il est intéressant de noter le fait que les premières missions chrétiennes à l'intérieur du peuple juif se développent d'abord chez eux.
     
    6 - Les Esséniens
     
    Même si nous ne les voyons pas à l'oeuvre dans les évangiles, il existait aussi au temps de Jésus, un groupe de Juifs pieux, les Esséniens. Ce mouvement religieux semble remonter au début du deuxième siècle et l'appartenance des moines de Qumran au groupe essénien peut être considérée comme à peu près certaine. Les retentissantes découvertes des grottes de Qumran nous ont mieux fait connaître cette communauté qui vivait sur les bords de la Mer Morte, dans un célibat complet et l'attente des derniers temps. L'essénisme a pu regrouper des tendances diverses dont les gens de Qumran semblent avoir été l'extrême-droite. Sous la conduite d'un prêtre qu'ils appellent le Maître de justice, ils se sont séparés, vers 150 avant Jésus, des autres Juifs qu'ils jugeaient trop peu fervents, et sont devenus cette communauté qu'on a découverte à la fin des années 40, et dont on retient la vision apocalyptique.
     
    7 - Les Johannites
     
    Non loin de ce site, au temps de Jésus, a commencé à prêcher dans le désert ce personnage bien connu des chrétiens: Jean-Baptiste. Ayant peut-être subi l'influence de la communauté de Qumran, ce dernier a joué un rôle déterminant dans la vie et l'orientation de Jésus de Nazareth. Il fut à l'origine d'un mouvement qui donna naissance à une série de communautés dispersées en Palestine et ailleurs (cf. Ac 19,1 ss).
     
    Conclusion:
     
    Que faut-il retenir de cet exposé? Jésus a été un Juif, un homme de son temps, avec ses connaissances et ses limites. Un homme inséré dans une communauté avec laquelle il se sentait en lien plus étroit, la communauté pharisienne. Un homme qui descendra vers le sud pour rencontrer, comme il le dira lui-même, ce grand homme que fut Jean-Baptiste, déclencheur de la mission de Jésus.
     

     Cours sur les évangiles ou ressourcement spirituel 3 de 6

    Retour à l'accueil

     

    « Cours sur les Évangiles ou ressourcement spirituel 1 de 6Cours sur les Évangiles ou ressourcement spirituel 3 de 6 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :