• De la pauvreté à la sainte Trinité, avec la Vierge Marie

    De la pauvreté à la sainte Trinité, avec la Vierge Marie

     

    Gros plan sur la Trinité. Cimabué, Vierge en majesté, Trinité et prophètes. 1285-1286. Tempera sur bois. 385 × 223 cm. Galleria degli Uffizi. Florence. Wikimedia CC.

     

     trinite-Marie.jpg

    Claire a gardé le testament que François d'Assise a donné aux clarisses : le Christ et Marie sont les modèles à suivre aussi bien pour Claire que pour François d'Assise :

     

    "Puisque par inspiration divine vous vous êtes faites filles et servantes du Très haut et souverain roi, le Père céleste, et que vous avez épousé l'Esprit saint en choisissant de vivre selon la perfection du saint Evangile, je veux et je promets d'avoir toujours, par moi-même et par mes frères, un soin affectueux et une sollicitude spéciale pour vous comme pour eux. [...] Moi, frère François, tout petit, je veux suivre la vie et la pauvreté de notre très haut Seigneur Jésus-Christ et de sa très sainte mère et persévérer en cela jusqu'à la fin ; et je vous prie, mes dames, et je vous donne le conseil de vivre toujours dans cette très sainte vie et pauvreté. Et gardez-vous bien de vous en éloigner jamais en aucune façon, sur l'enseignement ou le conseil de qui que ce soit."[1]

     

    Ce que le saint d'Assise avait dit au sujet de la Mère du Seigneur[2], sainte Claire l'attribue aux sœurs. En elles, émergent les qualités et les fonctions de Marie : filles et servantes du Père très haut, épouse de l'Esprit Saint et disciples fidèles du Christ.

     

    C'est l'inspiration divine qui amène les sœurs à consacrer leur propre vie au Père dans la pleine conformité sponsale avec l'Esprit Saint et la suite du Christ.

    L'Esprit, celui-là même qui donna à Marie la capacité de concevoir dans la foi le Fils de Dieu, pousse sainte Claire à suivre Jésus qui s'est fait pauvre pour enrichir celui qui le suit.

    Comme Marie, la personne qui se consacre devient envers Dieu une fille, servante, mère, épouse, dame et reine.

    C'est ainsi que sainte Claire appelle Agnès de Prague :

     

    "A la fille du Roi des rois, servante du Seigneur des seigneurs, épouse très digne de Jésus-Christ et pour cela reine très noble, dame Agnès." [3]

     

    " ...Puisque vous avez préféré le mépris du siècle aux honneurs, la pauvreté aux richesses temporelles, enfouir des trésors dans le ciel plutôt que dans la terre, là où ni la rouille ne ronge ni la mite ne détruit, ni les voleurs ne saccagent ni ne volent, votre récompense est très copieuse dans les cieux, et vous aurez dignement mérité d'être appelée sœur, épouse et mère du Fils du Père très haut et de la glorieuse Vierge."[4]

     


    [1] Sainte Claire, Règle § 6, dans Ecrits, Sources chrétiennes 325, Cerf Paris 1985, p. 145

    [2] Marie était saluée par François d'Assise comme «Fille et servante du Roi Très-Haut et Souverain, le Père céleste, Mère de Notre très saint Seigneur Jésus-Christ, Épouse de l'Esprit Saint» Saint François d'Assise, Ecrits, dans SC 285, Le Cerf, Paris 1981, p. 291.

    [3] Sainte Claire, 2e lettre à Agnès de Prague, §1, dans Ecrits, Sources chrétiennes 325, Cerf Paris 1985, p. 93

    [4] Sainte Claire, 1e lettre à Agnès de Pragues, § 19-24 dans Ecrits, Sources chrétiennes 325, Cerf Paris 1985, p. 89


     

    Lire plus sur saint François d'Assise...

     

    S. CECCHIN,

    Maria Signora Santa e Immacolata nel pensiero francescano,

    PAMI, città del Vaticano, 2001, p. 60-61, extraits présentés par F. Breynaert

     

    Autres dossiers

    « La perle du jour - audio - Jésus ressuscite la fille de Jaïrus - SuzanneClaire et François d’Assise, un binôme spirituel ! - La Croix »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :