• Dieu est absent de notre vie ? - Élisabeth

    Tous les jeudis soirs, il y a partage d’Évangile au presbytère. Marie-Jo s'y rend régulièrement...

     Selon que ses jambes douloureuses la portent ou non.

    cercle-de-priere.jpg

    Ce jour là, le prêtre  propose de réfléchir sur la présence ou l'absence  de Dieu dans nos vies. Ils sont une dizaine, tous des habitués. Peu d'hommes...Allons, soyons franches, il n'y a que des femmes. De son âge, la soixantaine et plus. Parfois un homme s'égare au milieu d'elles. Ça leur fait toujours plaisir. Elles se sentent alors plus intéressantes et plus fortes aussi surtout vis à vis de leur entourage  qui qualifie leur réunion de « réunion de grenouilles de bénitiers ». Après le temps de méditation silencieuse, elles prennent la parole à tour de rôle. C'est bientôt celui de Marie Jo, elle tente de rassembler ses idées parce que son esprit est embrouillé par tout ce qu'elle a entendu. Elle n'est pas d'accord, elle voudrait pouvoir protester, corriger mais elle ne dira rien. On lui a bien expliqué dès le départ : nous sommes ici pour partager et non pas disputer.


    Ses compagnes sentent toutes l'absence de Dieu dans leur vie, s’en plaignent mais comme de bons petits soldats restent cependant fermes dans leur foi. Sa voisine de droite, une dame un tout petit plus âgé qu'elle et qui a de sérieux problèmes de dos, se plaint plus particulièrement:

     

    - Oui Dieu est vraiment absent dans ma vie. Je ne l'ai pas du tout senti cette semaine. Je  n’ai fait que souffrir ! Je n'en puis plus, mais bon, je continue de prier.

    Ça alors ! N’a pu s'empêcher de penser très fort dans sa tête Marie Jo! Mais comment cette femme peut elle parler ainsi, elle qui est si entourée, si aidée et justement par la bonne âme qui est assise sur le banc à ses côtés. Une paroissienne toujours très prévenante et attentionnée qui la conduit où elle veut, l'aidant à la messe à se lever, à s'asseoir. Comment peut-elle dire que Dieu l'a oublié alors qu'il est  justement aux petits  soins avec elle!

     

    En entrant dans son minuscule mais  douillet petit deux pièces elle rumine encore les propos entendus. Ça la peine et ça la révolte toujours quand les gens parlent de l'absence de Dieu alors qu'il n'y a que lui. C'est nous qui n'y sommes pas.


    C'est avec une pointe de lassitude qu'elle se prépare à dîner dans sa cuisine d'une soupe et d'un yaourt nature. Elle dîne toujours léger. Elle ne se prive pas pour autant de dessert. C'est toujours le même, elle l'appelle sa petite douceur du soir, comme un rituel et c'est allongée dans son lit, un roman à la main qu'elle le prend: un mini gâteau accompagnée d'une infusion à la mente bien sucrée.


    Elle referme le livre qu’elle est en train de lire, elle n’accroche pas étant mécontente d’elle-même, de sa précipitation à juger car après tout,  il n'y a pas si longtemps, elle aussi parlait et pensait  comme toutes ces dames. Elle aurait voulu que la mer rouge s’ouvre pour elle, que Dieu entre d’une manière claire et fracassante dans sa vie, fasse un miracle, la guérisse et la délivre comme d’un coup de baguette magique de toutes ses douleurs, tous ces soucis. Mais rien ! Le silence, la souffrance. Un jour  il lui a été donné de comprendre  son aveuglement mais elle n'a pas osé partager une expérience qui lui paraissait trop intime...


    C'était il y a un an, elle devait subir une importante opération. Elle avait peur. Elle était là dans sa chambre d'hôpital, entourée du médecin, du chirurgien, de l'infirmière, son chapelet à la main, elle priait. Silencieusement, anxieusement, toute enfermée dans ses craintes, toute crispée sur ses, je vous salue Marie, tandis qu'ils se tenaient devant elles, gentils, prévenant, la rassurant de leurs paroles. Son médecin lui a même caressé la main. Mais elle ne les voyait pas, ne les entendait pas,  emmurée dans une prière qui la fermait à tout.


    C'est alors, au cœur même de son obscurité, qu'elle a eu la révélation, que ses yeux se sont dessillés et elle n'a pu que murmurer sans fin:

     - Oh mon Dieu, tu es là, tu es donc là, c'est donc toi! Et je ne te voyais pas! Merci de ton amour, merci, de ta présence, merci de ta tendresse.


    Elle avait compris comme une évidence, que c'était Lui qui prenait soin d'elle à travers ces hommes et ces femmes. Il lui souriait dans leur sourire, Il la caressait avec leur mains....En un délire délicieux de reconnaissance et d’amour, elle n’arrêtait plus de dire merci, merci....des larmes  coulaient de ses yeux, des larmes de joie.

     

    C'est dans l'émotion retrouvée du souvenir que Marie Jo, apaisée plongea dans le sommeil.

     

    Élisabeth

     

    Autres dossiers

    « L'éducateur est créateur de re-naissances Humaines - BrunoLe Vatican sur la défense - E&E »

  • Commentaires

    6
    Struyven
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 20:00

    Bonjour !

    Je suis de nationalité belge.

    Merci pour ce blog qui est magnifique. Je ne sais pas toujours y venir mais le fait chaque fois que je peux.

    En UDP.

    5
    Alice Damay-Gouin
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 20:00

    Joie et Merci! Que de choses remuent en moi! J'aime, j'aime vraiment très beaucoup, même si je ne peux pas avancer le compteur...Merci Elisabeth pour le contenu de ce texte mais pour aussi la douceur ressentie en le lisant, douceur que j'apprécie d'autant plus que je n'en n'ai pas une pareille en moi.

    Il y a un an, je disais: "Tournons-nous vers le Seigneur" --- Mais, Seigneur, de quel côté se tourner? Où es-tu?" L'image qu'a choisie Richard est-elle la bonne? Se tourner vers le Seigneur,est-ce rentrer en soi-même, chacun bien à côté de l'autre sans le/la voir, puisque tête baissée et les yeux fermés. Mais, on peut me répondre, on ne voit bien qu'avec le coeur!!! J'avais vu une photo d'une personne les bras levés et j'avais dit:"dans cette position, je ne trouve pas la place de l'autre." J'ai essayé de participer à un groupe de prière.Mais ne chanter que les louanges du Seigneur sans chercher à me mettre en relation avec l'autre, je n'ai pas pu rester longtemps.

    Merci, NOTRE Seigneur, car Tu me nourris à chaque instant de ton pain d'Amour dans mes rencontres avec les autres. Je peux tT prier aujourd'hui pour cette personne en qui j'ai vu le Christ souffrant , dans la misère de la solitude, d'un manque totale d'éducation, dans la souffrance physique, tout du pauvre misérable de la parabole du bon Samaritain et je me sens démunie pour aller vers elle, l'écouter... Oui, Notre Seigneur, est là sur notre route, là où on ne l'attend pas. Comme la phrase de Benoît XVI, au début de son pontificat m'a fait mal! "Dieu est de moins en moins présent dans le monde". Alors que Dieu est là, présent, en tout lieu, en toute circonstance, en toute personne et Il Nous appelle.Dieu nous parle! A nous de savoir l'entendre dans le silence comme dans le brouhaha!!!

    Alors, je verrais bien une photo de prière, où nous sommes tous et toutes debout (pour les personnes qui le peuvent) mais surtout se donnant la main ou faisant un geste vers l'autre. Toucher l'autre me paraît important, voir l'autre, l'écouter , lui parler, ... Prions avec tout notre corps.

    Un grand merci donc pour ce texte,

    Alice

     

    4
    Luce Beaulieu (Madam
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 20:00

    Merci! Elisabeth

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Struyven
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 20:00

    Cette histoire est tellement parlante ! Dieu ne nous oublie jamais.....c'est nous qui soit, nous en éloignons ou ne savons pas voir. Je ne me crois pas plus intelligente ou croyante que quiconque, je veux simplement exprimer ici mes propres sentiments. Même si je n'ai aucun ressenti, je sais qu'Il est là et un prêtre à Ars m'a confié alors que c'est lorsque l'on tenait bon et dans nos prières faites dans l'aridité, que des pluies de grâces tombaient sur la terre.

    Cela m'a beaucoup aidée, je ne m'arrête plus au "ressenti" mais tout simlement j'accepte son Amour Miséricordieux et moi j'essaie de l'aimer au mieux de tout mon coeur, de toute mon âme et de toutes mes forces........

    BOn carême à tous et toutes !

    2
    Dimanche 24 Février 2013 à 14:13

    Merci et bonne journée

    1
    Samedi 23 Février 2013 à 21:13

    Au nom de tous et toutes, merci Struyven, (de quelle nationalité es-tu)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :