• Editorial : Assise 2011 - EECHO

    EECHO= Enjeux de l’Étude du 

    _______________________ 

    novembre 2011

     

     Christianisme des Origines

     

    Editorial : Assise 2011

    Une rue d'Assise         Le Pape Benoît XVI vient de renouveler l’initiative de son prédécesseur Jean-Paul II à Assise, en l’étendant fort judicieuserment. Y ont été invités en effet, parmi trois cents autres, quatre représentants des « religions séculières » (selon l’expression par laquelle Raymond Aaron et d’autres après lui ont désigné les idéologies laïcistes). Des textes ont été lu par des participants, puis il y a eu un moment de recueillement dans une chapelle, sans confusion. Le thème attendu de la paix n’était pas coupé de celui de vérité. On a eu droit aux inévitables couplets sur « les religions qui ne doivent pas être des facteurs de guerre », ce qui sonne bizarrement au moment où des guerres meurtrières sont menées au nom de la démocratie (voir ce bulletin).


             Cette rencontre, sans doute plus accomplie que celle qui a eu lieu il y a vingt-cinq ans autour de Jean-Paul II, évoque irrésistiblement l’image d’un père qui tenterait de réunir ses enfants qu’il voit divisés par des oppositions irréconciliables. D’où la justesse de faire intervenir des représentants même de la franc-maçonnerie ; et ceci a cassé le concept frelaté - frauduleux, faudrait-il dire - « des religions », un concept qui, selon son acception moderne, prétend englober dans un même ensemble des phénomènes tels par exemple que l’hindouisme et l’Islam, qui n’ont concrètement rien de commun, et pour cause : l’un est d’origine pré-judéochrétienne, et l’autre est fondamentalement et radicalement post-chrétien. De plus, ce pseudo-concept est une fabrication de la pensée laïciste par laquelle celle-ci s’est affirmée face à ce qu’elle a présenté comme l’ensemble irrationnel et subjectif des « fois religieuses ». Désormais, grâce à Assise 2011, il faudra placer le laïcisme dans ce concept même des « religions », ce qui donne paradoxalement un vague contenu à ce concept : l’ensemble des opinions diverses voulant donner un certain sens à la vie humaine. Voilà qui remet les choses en place : il n’y a plus lieu de vouer davantage d’admiration par exemple au bouddhisme qu’à l’athéisme, selon une pensée magique qui voudrait que Dieu « Se serve » du premier et non du second. À la vérité, Il ne Se sert ni de l’un, ni de l’autre. Exit la désastreuse « théologie des religions » qui a tant contribué à noyer la foi chrétienne dans le relativisme depuis cinq décennies.

           Les rencontres « religieuses » s’enracinent fondamentalement dans le désir d’unité porté par les chrétiens qui, moins que jamais, ne devraient se définir selon une appartenance ecclésiale par opposition à une autre (en vertu le plus souvent de tristes aléas de l’histoire). Ce qui doit définir chaque Communauté ecclésiale, c’est tout simplement celui des Apôtres qui l’a fondée, et rien d’autre. À part Saint Jacques le Juste, cousin de Notre-Seigneur (qui n’a pas quitté Jérusalem) et Saint Jean (qui a reçu une mission spéciale à la croix), tous les Apôtres présents à la Pentecôte ont fondé une ou plusieurs Eglises de par le monde, avec l’aide de leurs disciples. C’est cela qu’il faut regarder : l’apostolicité de l’Eglise est normative de la foi et de la vie des chrétiens.


             Une telle conviction, qui est la base de l’activité d’EEChO, se répand très heureusement. C’est vraiment la fraternité chrétienne qui s’est exprimée depuis trois ans lors des concerts interecclésiaux que nous avons organisés, réunissant toutes les Communautés apostoliques de Paris et de la région parisienne ; cet exemple a fait son chemin comme en témoignent ces deux initiatives très constructives.


             Le 1er novembre, l’émission religieuse présentée sur France 2 par Thomas Wallut (de 10 h à 11 h) présentera les chorales ou solistes des Eglises Arménienne, Copte, grecque Melkite, Syriaque, éthiopienne, Maronite, Chaldéenne et russe Byzantine qui chanteront leur foi en Dieu et dans la Vie après la Mort. Le site de Thomas Wallut, chrétiensorientaux.eu rassemblera toutes ces émissions.


             De son côté, l’Oeuvre d’Orient diffuse un magnifique CD, Qaraqosh, les communautés d'Irak chantent :  28 chants interprétés en arabe, syriaque, chaldéen, soureth selon les différentes traditions liturgiques – et trois Evêques interprètent ensemble l’un des chants. Un beau témoignage d’unité ! Précédemment, le spectacle pour les enfants, organisé à Paris le 15 octobre à l’initiative d’un membre d’EEChO, a permis à l’Oeuvre d’Orient de soutenir les enfants d’Irak. 


             Le site international romain H2Onews présente ici les principales Eglises du Proche-Orient structurellement unies à Rome dans un reportage sur 14 églises chrétiennes de Terre Sainte, l'Eglise arménienne catholique, et la communauté catholique hébraïque d'Haïfa. Nous essaierons d'y faire connaître toutes les Eglises.

     

    Source http://eecho.fr/

    Autre dossiers

    « Livre - Croire au dialogue pour la paixUn exorcisme assez particulier - InterBible »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :