• Et, là, stupéfaite, j'entendis alors, un énorme éclat de rire!!! - Alice

    image gratuite sur Pixabayimage gratuite sur Pixabay

    Et, là, stupéfaite, j'entendis alors, un énorme éclat de rire!!!

     

    En arrêt maladie jusqu'à … !!!

    Dès mon réveil, allongée sur mon lit, j'écoutais en boucle, une symphonie. J'écoutais toujours le même CD de musique classique, toujours la même face... J'avais pris un cahier et j'écrivais... J'écrivais et ... de nombreux souvenirs me revenaient alors en tête … A l'heure du repas du soir, je descendais et invariablement, je m'effondrais en larmes dans les bras de Pierre. Il m'accueillait tout en se sentant bien impuissant devant ce flot de larmes qui, de jour en jour, ne se tarissait pas.. J'ai rempli un premier cahier. Je l'ai déchiré et j'ai recommencé sur un autre cahier...toujours avec la même musique. Et chaque jour ressemblait au précédent. Parfois, je me disais : « Bon, Alice, ça suffit, prends-toi par la main et secoue-toi » mais … rien ! 

    J'avais l'impression que tous mes ressorts étaient cassés. 

    Puis ce fut les vacances au bord de la mer, l'occasion de revoir mes frères et sœurs. Ils et elles se sont déplacé.es, se passant le tour. Puis les enfants sont aussi arrivés. Mon fils me disait tout doucement : « Tu sais, maman, nous t'avons offert un coffret de 4 CD, donc lorsque tu as fini d' en écouter un, tu peux alors en écouter un autre ! » Il m'a fallu combien de mois pour enfin réussir à écouter le 4ème et dernier CD de ce coffret !!! 

    Un soir, me réfugiant sous les draps et dans le noir complet de la nuit, me blottissant sur l'épaule de mon grand-petit homme, cachant ma tête, j'ai essayé de regrouper tout ce qui pouvait me rester de courage pour lui dire dans le creux de son oreille... Et, là , Stupéfaite, j'entendis un énorme éclat de rire !!! Non, vraiment ! Ce que je venais de lui dire n'avait pas matière à rire !!! Mais il me dit : « Alice, si tu penses cela, c'est que tu vas mieux ! »

    C'est alors que je compris son énorme éclat de rire, ma parole était une délivrance tant attendue. Après des jours et des jours, Pierre voyait enfin une lumière au bout du tunnel. Et cet éclat de rire eut pour effet immédiat de stopper mes larmes. Cet éclat de rire m'a sauvée. Cet amour, de Pierre et de tous mes proches, m'a sauvée mais je n'étais pas encore guérie pour autant. Il m'a encore fallu beaucoup de temps pour guérir. 

    Je disais alors :

    «  mes ressorts n'étaient pas cassés comme je le croyais . Ils étaient simplement décrochés et il m'a fallu du temps pour les raccrocher un par un. » 

    Il m'a encore fallu du temps pour les raccrocher tous ! Mais le jour où j'ai pris rendez-vous avec ma dentiste, j'ai dit : « ça y est, je suis enfin guérie. »

    Et cette guérison, je la dois à tous ceux, toutes celles qui m'ont aimée avec une infinie patience durant tout ce temps !!!

    Un grand MERCI à Pierre, enfants, frères, sœurs et beaux-frères, belles-sœurs, les ami.es... 

    Que ceux ou celles qu vivent auprès d'une personne dépressive comprennent qu'il est inutile de vouloir secouer cette personne malade. Elle a besoin de tout notre amour, d'une énorme patience !!!

    Alice !

    Le 25/10/2019

    -----------------------------

    Articles récents
    « Homélie 31ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE - 3 novembre 2019Archives de l'ECHO - Bulletin -Famille Franciscaine »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :