• Existe-t-il encore des prophètes en notre temps? 1 de 2 - InterBible

     

    Des prophètes aujourd’hui?

     

    QuestionUne partie importante de la Bible hébraïque est consacrée aux écrits prophétiques. Existe-t-il encore des prophètes en notre temps? (Sylvain)

    RéponseAvant de répondre plus directement à cette question, j’aimerais m’attarder quelque peu sur ce mot « prophète ». Que signifie-t-il? Comment est-il compris aujourd’hui? Notons tout de suite qu’il peut prendre deux significations qui n’ont pas grand-chose de commun entre elles, mais que l’on retrouve dans le texte biblique.

    prophete-copie-1.jpg

    Les soldats se moquent de Jésus (détail), 1865
    Édouard Manet (1832-1883)
    Huile sur toile, 190,8 x 148,3 cm
    Art Institute, Chicago

    1. Qu’est-ce qu’un prophète?

         En Luc 22,64, Jésus est la risée des soldats qui l’ont arrêté. Ils lui ont voilé le visage et le frappent en lui disant : « Fais le prophète! Qui t’a frappé! » Le mot est utilisé ici dans un sens plus usuel – durant l’Antiquité – de « devin ». C’est alors l’homme qui est sensé être en contact avec la divinité et qui peut connaître l’avenir et le prédire. C’est l’homme que l’on vient consulter avant d’entreprendre un grand projet, un voyage, une guerre. Les rois avaient l’habitude de s’entourer de ce type de prophètes-devins auxquels ils demandaient de leur prédire l’avenir, de les conforter dans leurs décisions ou de décrypter un songe particulier. C’est ainsi que Joseph voit son destin changer du tout au tout parce qu’il se montre capable d’interpréter les songes du pharaon, avec ses vaches grasses et ses vaches maigres (voir Gn 41 et 42). Aujourd’hui, les devins ont pris d’autres noms. On trouve leur adresse dans les revues populaires : ils disent l’avenir en faisant votre analyse astrologique, le lisent dans les lignes de votre main ou le marc de café... Comme autrefois, des hommes et des femmes cherchent le moyen d’échapper à l’angoisse qui les poursuit face à l’avenir. Chacun de nous aimerait tellement être certain de faire le bon choix dans sa propre vie et de trouver le vrai bonheur... Malheureusement, la réalité est rarement ce que l’on voudrait qu’elle soit.

         Pour nous, le mot « prophète » revêt une autre signification lorsqu’on le comprend en rapport direct avec la Bible où se trouvent précisément les livres attribués à des prophètes particuliers dont les noms sont connus. Isaïe, Jérémie, Ezéchiel sont les noms des  trois « grands » prophètes en raison de leur influence en leur temps et de l’importance des écrits qui leur sont attribués. À côté d’eux, la Bible répertorie une douzaine de « petits » prophètes, d’Osée à Malachie. Leurs écrits sont moins volumineux et traversent une période historique de plus courte durée. Pour bien comprendre qui sont ces hommes en qui la Bible voit d’authentiques prophètes, par opposition aux faux prophètes, prenons le cas d’Amos qui prophétise dans le royaume de Samarie, vers 740 av. J.-C. C’est une période agitée durant laquelle les meurtres et les prises de pouvoir se succèdent. Amos est venu à Bethel, un temple royal et se voit interdit de parole par le prêtre du lieu Amacya. Il s’explique alors et raconte pourquoi il est là (voir Am 7,14-16a).

    Amos répondit à Amacya : Je n'étais pas prophète, je n'étais pas fils de prophète, j'étais bouvier, je traitais les sycomores; mais le Seigneur m'a pris de derrière le bétail et le Seigneur m'a dit : Va, prophétise à Israël mon peuple. Maintenant donc, écoute la parole du Seigneur...

         Ce texte est intéressant parce qu’il permet de comprendre la spécificité du prophète biblique. Dans ce texte, pas plus que dans les autres récits de vocation prophétique, il n’est question de jouer les devins ou les adulateurs du pouvoir en place. Amos est bien conscient de n’être rien par lui-même. Il est bouvier ou agriculteur, mais dit-il, le Seigneur l’a pris de derrière son bétail pour faire de lui son porte-parole en Samarie : dénoncer la corruption du pouvoir en place, l’iniquité des juges, la rapacité des marchands, l’hypocrisie religieuse de ceux qui viennent prier et l’oubli total de la loi du Seigneur. En même temps, il avertit ses interlocuteurs. L’irrespect de la loi de Dieu conduit Samarie à sa perte.

    Les rôles des prophètes bibliques

         On le voit bien dans ce texte, le prophète de l’Ancien Testament exerce toujours deux rôles bien distincts. D’une part, il dénonce le comportement de tout un peuple oublieux du chemin sur lequel Dieu l’a appelé, lui préférant les dieux cananéens. Les célébrations en l’honneur de Baal, le dieu de la fertilité, semblaient prometteuses de davantage de richesses que le culte d’un Dieu sans visage qui ne veut pas que l’on fasse une image de lui et qui demande une fidélité et le souci pour la justice envers les plus petits. Les prophètes de cette époque en appellent sans cesse à un retour au Dieu de l’alliance qui seul libère de l’esclavage. D’autre part, si la parole prophétique vient réveiller brutalement des consciences endormies, elle prend à d’autres moments les accents d’une tendresse inouïe pour s’adresser à un peuple meurtri par la guerre ou la dureté de sa situation. Elle rappelle alors que Dieu ne l’oublie pas, il l’accompagne en exil à Babylone et il organise un nouvel exode qui ramène les exilés vers Jérusalem. Le prophète biblique est habité par une parole intérieure qu’il ne peut taire et dans laquelle il reconnaît la voix de Dieu qui parle à travers lui. Le récit fait par Jérémie de sa propre vocation est sur ce point édifiant (Jr 1,4-10). La parole du prophète ne lui appartient pas. Elle vient de plus loin que lui, de ce Dieu qui se met en colère contre son peuple, dénonce ses infidélités; mais dans le même temps ne cesse de l’appeler à revenir à lui de tout son cœur et lui propose une alliance nouvelle qui s’accompagnera de l’effusion de l’Esprit de Dieu sur lui. La parole prophétique dénonce avec force l’infidélité, mais en même temps, elle encourage et annonce la « sortie du tunnel »; elle va faire se lever une grande espérance dans le peuple d’Israël. Ce qu’il est incapable d’accomplir par lui-même, le peuple d’Israël le recevra de la main de Dieu lui-même qui lui enverra son messie.

    Jésus comme prophète

         À l’époque de Jésus, l’attente de l’Envoyé de Dieu est très forte; lorsque Philippe s’en vient vers son frère Nathanaël, après une nuit passée auprès du rabbi de Nazareth, il lui dit : « Celui de qui il est écrit dans la Loi de Moïse et les Prophètes, nous l’avons trouvé. C’est Jésus, le fils du charpentier de Nazareth. » (Jn 1,45) Dans son évangile, Luc situe le début de la mission de Jésus avec l’épisode qui se déroule à Nazareth, lorsque Jésus fait la lecture, un jour de sabbat, dans la synagogue de son village (voir Lc 4,16-21). Il proclame un texte d’Isaïe disant : « L’Esprit du Seigneur est sur moi... pour annoncer la Bonne Nouvelle aux pauvres, proclamer aux captifs la libération, aux aveugles le retour à la vue... renvoyer les opprimés en liberté... » Au  terme de sa lecture, il ajoute en refermant le livre : « Aujourd’hui cette écriture est accomplie pour vous qui l’entendez. » L’annonce prophétique trouve en lui-même, son accomplissement. Cette reprise d’Isaïe est importante pour nous. Elle définit ce que l’on peut mettre sous l’expression « vocation prophétique » et nous fournir des pistes pour aujourd’hui.

         Les termes utilisés par Jésus explicitent le sens de sa propre mission. Il est le prophète attendu, l’envoyé de Dieu et le peuple sur lequel a été répandu son Esprit est appelé à son tour « peuple de prophètes », l’Église du Seigneur, chargée de continuer la mission de Celui qui est à son origine et dont la Parole est le pôle de référence pour l’ensemble de son comportement. On trouve à ce niveau les éléments de réponse à la question du début.

    Roland Bugnon

    Source www.interbible.org

     

    Autres dossiers

    « Histoire de l’OFS et de sa Règle (15)Le privilège de ne pas avoir de privilège - revue MESSAGE »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 31 Janvier 2013 à 21:24

    Merci mon frère... peut-être le suis-je, mais j'en doute... UDP

    2
    Jean Michel Joffres
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 20:02

    Richard, tu annonces sur ton blog la parole de Dieu, tu es un prophète. Chaque fois que nous annonçons la Parole, nous sommes prophètes.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :