• Flash texte la ''perle du jour'' Joseph assume la paternité légale de Jésus - Suzanne

    Matthieu 1, 18-24 :

    Joseph assume la paternité légale de Jésus.

     

    Joseph- MarieMatthieu se centre sur Joseph, le descendant de David qui reçoit les messages célestes et donne le nom de Jésus à l’enfant de la Vierge.


    Attentive à la Parole de Dieu, Marie l’accueille, même si celle-ci bouleverse ses projets et doit plonger Joseph dans un profond désarroi.


    En effet, Joseph, en homme juste ne veut pas couvrir de son nom un enfant dont il ignore le Père mais, empli de compassion, il ne veut pas surtout dénoncer publiquement Marie et prend la résolution de la répudier « sans bruit ».

    Terrible solitude de Joseph. Lourd fardeau dont la déposition passe par un acte de courage. Silence de l’homme devant Dieu et silence de Dieu vis-à-vis de l’homme. Mais, lorsque l’homme est au plus près du « cœur de Dieu », la communion des silences illumine son cœur. Joseph nous en fournit le plus bel exemple :


    -          La perle du jour  - Mt 1, 20 : « Alors qu’il avait formé ce dessein, voici que l’Ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : ‘Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ta femme : car ce qui a été engendré en elle vient de l’Esprit Saint’ »


    Joseph est l’homme du silence par excellence et du secret partagé, car la Parole reçue lui suffit. Dans l’humilité d’un acte de déposition, il dépasse l’inacceptable aux yeux de la Loi et ainsi, libre de tout regard et de tout jugement humains, devient participant du mystère.


    « Une fois réveillé, Joseph fit comme l’ange du Seigneur lui avait prescrit, il prit chez lui sa femme … » (Mt 1, 24)

    C’est ainsi que Joseph, juste d’Israël, accueille le corps du Seigneur dès avant sa naissance. Par lui, c’est l’humanité qui accueille le Dieu incarné.

    Agir sans bruit, tendre l’oreille vers Dieu, aiguise l’attention et prépare l’âme à devenir calice.

     

    Fraternellement Suzanne

     

    Autres dossiers



    « Homélie du 16ème dimanche du temps ordinaire - 22 juillet 2012Histoire de l’OFS et de sa Règle - CIOFS (1) »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :