• Haïti – Églises et institutions attaquées (...) et l’indifférence du monde

     
     
     
     
     
    Haïti – Églises et institutions attaquées alors que le pays subit la violence des bandes armées et l’indifférence du monde.
     

    Ce petit pays antillais vit une situation sans précédent. Le poste de président étant vacant depuis l’assassinat de Jovenel Moïse en juillet 2021, et en l’absence d’une date pour de nouvelles élections, la lutte pour gouverner le pays et le manque de leadership ont déclenché des manifestations, le chaos et une violence extrême dans les rues, dans un pays en proie à la pauvreté et aux catastrophes naturelles.

    « La lutte est assez horrible et c’est le peuple qui en souffre le plus. La ville est aux mains des gangs. Les gens ont faim. Les écoles sont fermées. Il n’y a pas de travail. Les hôpitaux ferment parce qu’ils n’ont pas de carburant pour les générateurs. Il est impossible de vivre dans ces conditions », déclare Sœur Marcella à l’œuvre de charité internationale Aide à l’Église en Détresse (AED-ACN).

    Soeur Marcella, missionnaire en Haïti.

    Cependant, pour cette religieuse arrivée en Haïti en 2006, le plus douloureux est l’indifférence du monde : « Le pire, c’est que personne ne parle de nous. Personne ne sait ce qui se passe. Les gens ne se soucient pas de ce que nous vivons dans ce pays. »

    « L’Église est également attaquée », affirme la missionnaire. Le 25 juin 2022, Sœur Luisa Dell’Orto, une religieuse italienne qui était en Haïti depuis 20 ans, a été assassinée. « Elle était plus qu’une amie pour moi. Quand on m’a annoncé la nouvelle, la douleur de cette terrible perte m’a fait tomber à genoux », se souvient-elle. « On ne sait pas encore pourquoi elle a été tuée. Au début, on nous a dit que c’était une tentative de vol, mais je suis convaincue que quelqu’un a payé pour qu’elle soit tuée dans la rue. C’est vraiment une horreur », explique-t-elle d’une voix lente et sereine, malgré le drame qu’elle décrit.

    Deux semaines plus tard, la cathédrale de la capitale haïtienne a été attaquée. « Ils ont mis le feu à la cathédrale et ont essayé de tuer les pompiers qui venaient éteindre les flammes. Puis avec un camion, ils ont essayé de détruire les murs de la cathédrale », explique la religieuse de la Fraternité missionnaire franciscaine dans sa conversation avec l’AED.

    Toutefois, des agressions et attaques d’édifices religieux et d’organisations religieuses ont eu lieu non seulement dans la capitale, Port-au-Prince, mais aussi dans d’autres parties du pays. « À Port-de-Paix, Aux Cayes et dans d’autres villes du pays, les gangs ont attaqué les bâtiments de la Caritas, emportant tout ce qu’il y avait, toute l’aide humanitaire qui arrive, et en détruisant les bureaux de ses employés. »

    Sœur Marcella se trouve en Italie depuis le mois d’août, où elle était en visite lorsque les attaques se sont intensifiées. Cette situation l’empêche de retourner en Haïti et la remplit de douleur : « On m’avait demandé de ne pas y retourner — qu’il valait mieux attendre un peu. Entre autres parce que Sœur Luisa avait été tuée deux mois plus tôt et ils ne voulaient pas d’une autre sœur martyre dans ce pays. C’est à cause de ça que j’ai continué d’attendre. Il est très difficile pour un missionnaire de rester en dehors de son pays de mission. C’est très difficile. Mais je suis certaine que le Seigneur me le demande. »

    Un orphelinat dans un bidonville.
     

    D’après la sœur, la situation est indescriptible, s’aggrave de jour en jour et a également affecté la mission de cette religieuse qui dirige un orphelinat dans un des bidonvilles les plus dangereux au monde. « Il y a environ un mois, on a mis le feu à la chapelle de notre mission. Tout a été incendié. Nous n’avons plus d’autel, de bancs… il n’y a plus rien. Le Saint-Sacrement est à l’abri, car par mesure de sécurité, quand je pars je le place dans un autre endroit plus sûr. Je remercie Dieu qu’il y ait été. »

    Sœur Marcella est la seule religieuse de la mission. La sœur qui avait commencé avec elle a dû retourner en Italie parce qu’elle a subi un choc énorme après le tremblement de terre de 2010, où elles ont tout perdu. Les conditions dans lesquelles vit la religieuse sont extrêmement difficiles. Le bidonville est né il y a 20 ans sur la décharge de la capitale, et aujourd’hui, plus de 100 000 personnes y vivent dans des cabanes en zinc, sans eau ni électricité.

    « Moi, depuis un an maintenant, je ne peux pas sortir pour aller à la messe le matin, parce que les groupes ferment le quartier et nous empêchent d’entrer ou de sortir. Donc je ne peux même pas aller à la messe. C’est une douleur, une douleur énorme », répète la religieuse.

    « Il semble que dans le monde, personne ne s’intéresse à ce qui se passe en Haïti. Bien sûr, il y a beaucoup d’autres problèmes dans le monde. Les gens, surtout en Europe, observent avec beaucoup de peur ce qui se passe en Ukraine et en Russie. Cependant, nous ne devons pas oublier les autres populations du monde, comme à Haïti, qui ont vécu une situation de guerre, non pas seulement de quelques années, mais toute leur vie. » Sœur Marcella demande aux bienfaiteurs de l’AED de ne pas les oublier : « S’il vous plaît, prions pour Haïti. Nous allons demander au Seigneur de protéger tous les Haïtiens et de donner la paix à ce peuple. Je demande des prières pour les enfants dont j’ai la charge. Ils sont 150. Le plus jeune a deux mois, le plus âgé 18 ans. Compte tenu de la situation actuelle en Haïti, il n’y a pas d’avenir pour ces enfants. Nous allons prier et demander à Dieu que le bien qu’Il a préparé pour eux puisse se concrétiser, et que les désirs que ces enfants portent dans leur cœur s’accomplissent. »

     
    Le père André Sylvestre, martyr des ”gangs”, tué en 2021.
     
    ----------------------------

    « Homélie du 30ème dimanche du temps ordinaire -- 23 octobre 2022Quel Dieu prions-nous ? - InterBible »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :