• Histoire de l’OFS et de sa Règle (4)

      Histoire de l’OFS et de sa Règle

    La “novitas” francIscaInE. La trilogie franciscaine.

    Magistère des Papes sur l’OFS 

         Benedetto Lino, OFS


     

    Le temps de François et les débuts de l’Ordre des Pénitents de Saint François

     

    Le contexte historique de l’Eglise et du monde au temps de François nous montre comment tous les pénitents n’étaient pas parfaitement “consonants” avec l’Eglise hiérarchique. La corruption du clergé, la “temporalité” excessive de l’Eglise hiérarchique, les mœurs relâchées et prévaricatrices du clergé etc., provoquaient des réactions qui fréquemment aboutissaient à une véritable dissociation de l’Eglise hiérarchique, si ce n’est carrément une hérésie.

    François va à contre-courant. Il est un pénitent qui cherche Dieu de tout son cœur et qui désire une conversion avant tout personnelle. François voit dans l’Eglise le Corps du Christ, et il ne se met pas en attitude de critique, mais en attitude de filiale obéissance. François va trouver le Pape et chemine avec l’Eglise. François restaurera l’Eglise non par voie de critique mais par voie de sainteté.

     

    François, maintenant que le Pape lui a confirmé qu’il peut vivre selon la forme du saint Evangile, commence sa  prédication publique et les résultats sont bouleversants :

     

    “On entendait partout que la louange de François et actions de grâce à son propos ; aussi beaucoup de gens, délaissant la course aux biens de ce monde, selon l’enseignement et à l’imitation du Bienheureux Père François, apprirent à connaître, aimer et respecter leur créateur. Sous la notion de l’inspiration divine beaucoup d’hommes, nobles ou non, clercs ou laïcs, vinrent trouver François parce qu’ils désiraient servir jusqu’à la mort sous ses ordres et sous sa direction. Le saint les inondait de grâces célestes dont il était comme le canal débordant, et dans le champs de leurs cœurs il faisait épanouir les fleurs de la vertu. Hommes et femmes suivirent ses exemples, sa règle et ses enseignements ; ainsi fut-il, et c’est son titre de gloire, l’incomparable artisan de la réforme de l’Eglise du Christ et de la victoire remportée par la triple milice des élus. Il a donné à tous une règle de vie et, selon la condition de vie d’un chacun, indiqué le vrai moyen de se sauver. »(1Cel 37. Lire également ce qui précède et ce qui suit ces péricopes).

     

    S. Bonaventura fait écho à Celano :

     

    “Héraut de l’Evangile, il parcourait cités et bourgades, annonçant le Royaume de Dieu, non pas dans le docte langage de la sagesse humaine, mais par la vertu de l’Esprit Saint. Il semblait un homme d’un autre monde, lui qui avait l’âme et le visage sans cesse tournés vers le ciel et tendait sans cesse à élever tous les coeurs plus haut que la terre. Dès lors, la vigne du Christ se mit à pousser des bourgeons parfumés, à produire des fleurs de suavité, d’honneur et de sainteté, et à porter des fruits.

    Il en vint beaucoup, en effet, qui, enflammés par l’ardeur de sa prédication, s’imposaient les nouvelles règles de pénitence conformément à la formule mise au point par l’homme de Dieu qui décida de nommer ce genre de vie :“l’Ordre des Frères de la Pénitence”.

    Et comme il n’y a pas d’autre voie possible, à tous ceux qui tendent au ciel, que la voie de la pénitence, on y admit les clercs et es laïcs, les célibataires et les gens mariés. (Legenda Major 5,6)

     

    Pour ne citer que ces deux auteurs.

     

    Les historiens constatent une augmentation exponentielle immédiate de ceux qui s’unissent aux lois de la pénitence à partir de 1215 et ce n’est pas un hasard s’il s’agit de l’année où l’on peut remonter à la première Forma Vitae que François donne à ses pénitents (la Recensio Prior [première rédaction] de la Lettre aux Fidèles, Prologue de notre Règle actuelle).

    François suit de près et amoureusement ses pénitents, et pas de façon sporadique. Le Premier Ordre (1209) et le Deuxième Ordre (1211) ont déjà fleuri dans ses mains et le troisième (1215) commence à prendre forme.

    François n’avait aucune intention d’instituer des Ordres religieux. Et dans l’ordination de ses trois Ordres S. François s’est uniquement laissé guidé par l’Esprit du Seigneur. Il a accueilli cette réalité au fur et à mesure qu’elle a fleuri  dans ses mains, sans aucun “projet” préétabli. François s’est seulement rendu compte que ces trois Ordres (chacun dans sa propre condition) se rapportaient à sa mission apostolique de restauration de la maison du Seigneur. Et “…le Tiers Ordre, né des enseignements de François, est né juridiquement pleinement autonome par rapport au Premier et au Deuxième Ordre.”[1] 

    Dans l’optique de cette pré ordination apostolique, les trois Ordres Franciscains ne se rapportent pas entre eux en terme d’une évaluation hiérarchique mais, au niveau institutionnel, ils recouvrent la même importance, dans la nécessité de se reconnaître interdépendants spirituellement et nécessiteux d’entraide.

    Il a voulu confier à ses trois Ordres, dans la fidélité à leur vocation, la coresponsabilité associée d’une aide réciproque et fraternelle, dans leur chemin vers le Seigneur.[2] 

     

    “La fondation du Tiers Ordre Franciscain a été réalisée par S. François sur la base des dispositions du droit pénitentiel de l’époque, sans la nécessité d’une  approbation constitutive spécifique de la part du Saint Siège.

    Les documents officiels ont été successivement disponibles, mais on ne peut absolument pas penser que l’on a obtenu “l’approbation constitutive” du Tiers Ordre Franciscain avec la Bulle “Supra Montem” du 18 août 1289 de Nicolas IV, car  rendue possible par la promulgation de la Nouvelle Règle du Tiers Ordre Séculier de S. François, sans d’autres intentions d’Ordre juridique.

    C’est dans le sens d’une approbation, survenue sur la base de principes juridiques en acte, que doit également être compris le témoignage de la Légende des trois Compagnons, qui font allusion à l’approbation des trois Ordres Franciscains et qui s’exprime en ces termes :  Chacun de ces trois Ordres fut, en son temps, confirmé par le Souverain Pontife. (LTC 60).

     

    Il s’agit dune approbation pontificale qui a été en même temps directe et indirecte: elle a été indirecte, dans la mesure où ces trois Ordres sont nés  conformément et avec force avec ce qui avait été établi par le droit commun de l’Eglise, et elle a été directe, dans la mesure où le Siège Apostolique a renouvelé ces trois Ordres et leur  a accordé des mesures et des privilèges en partie nouveaux et en partie renouvelés[3].

     

    La Règle di Nicolas IV, après le Memoriale Propositi, donnera une ligne législative commune à toutes les fraternités de pénitents Franciscains.

     

    En définitive, François n’a certainement pas fondé l’Ordre de la Pénitence en tant que tel. Il a été le réanimateur de ce qui existait déjà et il a été, intentionnellement  le fondateur authentique (institutor) du mouvement de ses pénitents (Ordre Franciscain des Pénitents), c’est-à-dire de ceux qui désiraient le suivre et, en suivant ses enseignements et ses actions, ils s’associaient à sa mission de restauration de l’Eglise, en coordination avec le Premier et le Deuxième Ordre.

    Les attestations de François comme fondateur de sa trilogie (la première et, aujourd’hui encore, la seule à être coordonnée avec un projet apostolique commun) sont nombreuses et ont du poids car elles nous proviennent d’auteurs contemporains, non seulement provenant du monde franciscain mais aussi de différences provenances religieuses. Voilà une simple liste des sources, en laissant à chacun le soin de rechercher les textes en vue d’un approfondissement personnel, si nécessaire.

     

    • Thomas de Celano – Vita Prima (1228/29)
    • Grégoire IX – Caput Draconis (1228)
    • Julien de Spire – Office liturgique de Saint François (1231/32)
    • Henri d’Avranches – Legenda Sancti Francisci (1232/34) non Franciscain
    • Julien da Spire – Vita Sancti Francisci – (1232/35)
    • Bonaventure de Bagnorea – Legenda Major (1260/63)
    • Anonyme de Pérouse (1266/70)
    • Legenda monacensis (Légende monastique) (1275) non Franciscain
    • Bernard de Besse (1276)
    • Légende de trois compagnons (1290)
    • Légende de Pérouse (1311)
    • Fioretti (ou Petites Fleurs) (1327)

     

    La Règle “Supra Montem” de 1289 atteste, et cela de manière incontestable, en tant que document officiel de l’Eglise, que sa valeur est absolument fiable. Elle commence ainsi :

     

    «In nomine Domini. Incipit regula et modus vivendi fratrum et sororum Ordress continentium sive de pénitentsa, institutus a beato Francisco anno Domini MCCXXI. Et bullatus per dominum Nicholaum Papam quartum anno Domini MCCLXXXIX, XV kalendas septembris, pontificatus sui anno secundo».


    Saint François est donc effectivement le fondateur du Premier «Tiers Ordre».

     

    Pour conclure :

    ·      L’expérience pénitentielle franciscaine, prend bien entendu racine dans l’Ordre des Pénitents, mais ces nouveaux pénitents ont voulu lier leur renouvellement pénitentiel au nom de S. François.

    ·      A partir de l’engagement pénitentiel renouvelé de ces nouveaux pénitents l’Ordre des Pénitents Franciscains a pris corps et âme.

    ·      Les «Pénitents Franciscains» sont des christifideles laici évangéliquement engagés dans leur condition de vie, pour une réponse pleine à l’appel à suivre le Christ humble, pauvre et crucifié. Ce ne sont pas des «religieux» (dans le sens étroit du terme), mais ils s’unissent à l’apostolat du Premier Ordre Franciscain et à l’immolation contemplative du Deuxième Ordre Franciscain dans le témoignage de la nouveauté salvatrice de l’Evangile.[1] 


    Extrais du Manuel de formation des formateurs pour la FORMATION INITIALE OFS

    [1] A. Boni, Tres Ordines Hic Ordinat, pag. 127


    [1] “Tres Ordines Hic Ordinat” (TOHO), Andrea Boni OFM, pagg. 27 e 158)

    [2] TOHO, pag. 27

    [3] TOHO, pagg. 38-39

    ----------------------------------------

    Autres dossiers

     

    « Ce précieux cahier où ma vie s'écrit - Bruno"Dans vos prières ne rabâchez pas comme les païens - Alice »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :