• Histoire de l’OFS et de sa Règle - CIOFS (2)

    Histoire de l’OFS et de sa Règle

    La “novitas” francIscaInE. La trilogie franciscaine.

    Magistère des Papes sur l’OFS 

     

       Benedetto Lino, OFS

     

    La Novitas Franciscana *

     

    François d’Assise constitue dans la vie de l’Eglise et du monde une Novitas que nous n’avons pas encore suffisamment considérée et scrutée. Nous devons en être pleinement conscients pour tenir pleinement notre rôle de disciples.

    Ecoutons quelques témoins nous parler de la grandeur de cette Novitas.

     

    « Nous n’avons encore jamais suffisamment réfléchi à la providentielle et explosive nouveauté introduite par François dans l’Eglise et dans le monde, et le manque de compréhension du dynamisme innovateur de la Novitas franciscana par ses compagnons et disciples devrait être pour nous un avertissement durable. Une telle incompréhension s’exprime de fait dans les nombreuses, successives et multicolores proliférations de caractère purement institutionnel nées au sein du franciscanisme, qui ne sont pas toujours restées fidèles à la spiritualité primitive et à la mission ecclésiale »

    (La Novitas Franciscana, Andrea Boni)

     

    « Depuis le christianisme, le mouvement franciscain est la plus grande oeuvre populaire dont l’histoire se souvient ». (E. Renan, Nouvelles études d’histoire religieuse, Paris 1884).

     

    «Saint François fait faire un pas de géant au christianisme, un pas qui n’a pas été suffisamment relevé : il a réussi à introduire le peuple dans la religion ».

    (Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe 1803-1846).

     

    « Saint François a sauvé l’Eglise du XIIIème siècle, et son esprit est resté extraordinairement vivant jusqu’aujourd’hui. Nous avons besoin de lui. Si nous sommes capables de le vouloir, il reviendra. » (Paul Sabatier, Etudes inédites sur st. François d’Assise, Paris 1932)

     

    Parlant de à cette Novitas, p. Luciano Canonici n’hésite pas à définir l’OFS comme le «chef-d’œuvre de l’oeuvre de reconstruction morale et sociale opérée par Saint François» (Studi e testi sul TOF, Roma 1967).

     

    Nous devons commencer à parler de cette Novitas avant tout, parce que là se trouvent nos racines, racines qui pour nous Franciscains séculiers sont d’une certaine manière lointaines”, à cause des vicissitudes historiques dont nous avons été l’objet, qui ont culminé dans ce que nous appelons l’obédiencialité” qui, en nous maintenant liés au tronc de la Famille, a contribué à nous faire perdre le sens de propre et authentique de notre mouvement au sein même de la Famille Franciscaine et de l’Eglise.

     

    Le premier enseignement sur l’Ecclésiologie de Vatican II nous a montré comment le Concile Vatican II a remodelé la théologie de l’Eglise, la reportant à la pureté des origines, et en même temps, la projetant dans le 3ème millénaire. La réflexion conciliaire sur l’Eglise, avec l’affirmation de l’appel universel à la sainteté indistinctement pour tous les disciples du Christ, a rétabli l’identique dignité de tous les christifideles fondée sur l’ontologie de la grâce baptismale. Cela a permis une réélaboration innovatrice de la théologie des laïcs, avec la clé de lecture de l’ecclésiologie totale et de communion, qui reconnaît les fidèles laïcs comme sujets pleinement responsables dans le contexte de la mission de l’Eglise, ouvrant des perspectives encore largement inexplorées.

     

    Ces éléments d’ecclésiologie et ces pratiques étaient déjà à la base de la nouveauté explosive (la Novitas Franciscana précisément) introduite par François dans l’Eglise et dans le monde du 13ème siècle, sous l’inspiration de Dieu!

    François a pour ainsi dire anticipé le contenu du Concile Vatican II, précisément parce qu’en puisant à la pureté évangélique des origines, il a restauré et renouvelé l’Eglise, donnant pleine citoyenneté à toutes les composantes de la famille humaine et ecclésiale (clercs, religieux et laïcs, hommes et femmes) par un engagement de responsabilités dans la diffusion tous azimuts de l’Evangile du Christ.

     

    Avec lui est inaugurée une nouvelle forme de vie religieuse, la vie apostolique, qui ajoutée aux formes de vie existantes (monastique, érémitique et canonique), confère complétude et solidité aux expressions de la vie religieuse.

    La vie apostolique de Saint François et de ses premiers compagnons démarre de leur expérience de "conversion"qui s’exprime dans un engagement personnel de transformation intérieure et un don d’illumination pour les autres: se convertir et prêcher la conversion. Se convertir intérieurement signifie pour François reconnaître la paternité universelle de Dieu sur tout le créé et reconnaître la fraternité universelle de l’homme avec toutes les créatures. Initialement ces premiers sont connus sous le nom de "Pénitents d’Assise".

    Avec François, la vie contemplative monastique féminine trouve, à travers Claire d’Assise, une nouvelle expression, l’expression "franciscaine", marquée par la pauvreté absolue comme véritable imitation du Dieu qui se donne tout entier.

    Avec lui, le mouvement de la pénitence retrouve une nouvelle force, une énergie nouvelle et un charisme exceptionnel, celui de saint François, pour remplir de l’Evangile du Christ tous les coins de la terre et toutes les activités humaines.

    Ainsi naît la trilogie franciscaine, parfaite anticipation de la théologie du Concile Vatican II : la Famille Franciscaine.

     

    François revient en arrière pour mieux aller de l’avant. Il retourne à la pureté de l’Evangile et à la première expérience apostolique, pour rétablir l’éternelle nouveauté de l’Evangile du Christ, toujours tentée par les supra-structures humaines où ce qui est contingent tend à étouffer l’essentiel.

     

    Il rend à la Profession religieuse sa valeur de pacte d’alliance sponsale individuelle, contracté personnellement avec le Christ, à la place d’une simple adhésion à des structures d’institutions humaines. "La Novitas franciscana rénove et re-propose dans l’Eglise cette même forme de vie que le Christ a indiquée aux Apôtres, les appelant à sa suite, chacun par son nom"[1]

     

    L’itinérance de l’annonce renaît, et tel un autre Christ revenu dans le monde avec ses disciples, François parcourt les routes du monde avec ses premiers compagnons.

     

    La Fraternité comme valeur évangélique essentielle pour qui se met sincèrement à la suite du Christ, est choisie par François avec ce caractère d’absolue centralité fondateur, revêtue des éléments qui l’ont caractérisée dans l’expérience existentielle de Jésus et de ses Apôtres.

    Les paroles du Card. Roger Etchegaray, prononcées à l’occasion du grand Jubilé Franciscain à saint Jean de Latran le 9 Avril 2000, sont lumineuses:

     

    « … éduquer l’humanité à une vie véritablement fraternelle fut le rêve fou, le projet audacieux, le programme obstiné de François et de ses premiers compagnons. François a témoigné par sa vie comment la fraternité évangélique, loin d’être une utopie, peut être vécue jour après jour: des hommes de condition diverse habitent ensemble, libres de tout rapport de domination. … Le contact immédiat avec l’Evangile, un Evangile appliqué “à la lettre et sans glose”, a provoqué autour de Saint François une explosion de fraternité contagieuse et de joie vibrante.

    La fraternité franciscaine est apparue comme l’image prophétique d’une humanité dans laquelle tous se reconnaissent pleinement frères; avec elle l’Evangile a retrouvé un souffle messianique, jubilaire, il est redevenu l’espérance du monde…

    Rien ne donne autant la mesure de son horizon fraternel que le Cantique des Créatures qui élargit la fraternité humaine jusqu’à la fraternité cosmique, révélant non seulement un sentiment écologique, mais une réelle consanguinité avec toute la Création…

    Jamais le charisme franciscain n’a été plus actuel pour offrir le Christ total à un monde éclaté qui a peur d’une fraternité solidaire de tous les hommes sans exclusion. A fraternité universelle, solidarité universelle et non sélective selon les intérêts propres et les commodités: on choisit les amis mais non les frères et les soeurs, ce qui, par son caractère indélébile, donne à la fraternité sa grande valeur. »

     

    A la structure décentralisée de la vie religieuse existante (ermites, moines, chanoines), François associe la structure centralisée franciscaine (ministre général, ministres provinciaux, gardiens) directement au service de l’Eglise universelle : une Fraternité apostolique pour le monde entier, non liée au territoire, et directement dépendante du Souverain Pontife.

     

    L’annonce de la Parole est confiée tant aux clercs, qu’aux laïcs.

     

    "Nous commençons ainsi à comprendre ce qu’est cette Novitas Franciscana. C’est une chose grandiose que nous n’avons pas encore compris dans toute sa réalité.

    Tous les ordres fondés après le Concile de Latran IV (1215), à quelques petites exceptions près dans le monde monastique, tous dépendent de la règle franciscaine".[2]

     

    Le Crucifix de saint Damien investit François d’une mission: François, va et répare mon Eglise, qui, tu le vois, est tout en ruine”. Et afin que François puisse accomplir la mission qui lui est confiée, le Christ opère en lui “une œuvre merveilleuse”, se l’assimilant à Lui-même dans la vie et dans la mort (FF 1240); et pour la poursuivre dans le temps, il lui inspira de donner vie à une triple milice (FF 1031).

     

    ARTICLE PRÉCÉDENT ICI



    [1] Andrea Boni OFM, La Novitas Franciscana dans son être et son devenir.

    [2] Andrea Boni OFM, Rapport au Congrès OFS du Lazio, 19 janvier 2001

     

    Novitas veut dire nouveauté.

    Cette Novitas se réfère à tous les éléments nouveaux introduits pas François d'Assise dans la vie de l'Eglise (ecclésiologie), dans la vie spirituelle et dans la vie religieuse. François a introduit des éléments de grande nouveauté qui ont constitué un apport fondamental à l'Eglise. Il a anticipé de 800 ans le Concile Vatican II !

    François fonda (sans le vouloir mais en obéissant aux impulsions de l'Esprit Saint) une famille de 3 Ordres qui sont complémentaires pour accomplir la même mission en recevant le même charisme. La Famille Franciscaine reste encore aujourd'hui la seule dans l'Eglise avec ces caractéristiques.

    Franciscana est le mot latin qui correspond à franciscaine.

    Donc, Novitas Franciscana veut dire la Nouveauté Franciscaine. On laisse les mots en latin car la définition latine caractérise precisement les concepts que je viens de résumer.

     

    Autres dossiers

    « L'écologie, même en vacances! - Zenit"Foire aux vocations" de Rio 2013 : ouverture des inscriptions - Zenit »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :