• Homélie - 28ème dimanche du temps ordinaire - 10 octobre

    28ème dimanche du temps ordinaire - 10 octobre

    Abbé Jean Compazieu

    Seigneur-1.jpg C’était un Samaritain…

    Textes bibliques : Lire

    L’évangile de ce dimanche commence par nous montrer Jésus en marche sur les chemins de la Galilée et de la Samarie. C’est très souvent que nous le voyons ainsi avec ses disciples : « Un jour, il dira : « Je suis le chemin… Personne ne va au Père sans passer par moi ». Ainsi donc, les chemins sont des lieux de circulation pour aller d’un endroit à l’autre. Mais aujourd’hui, nous voyons surtout qu’ils sont un lieu de rencontre. C’est ce qui se passe avec les dix lépreux dont nous parle l’évangile de ce jour.


    A plusieurs reprises, la Bible nous rappelle la situation tragique de ceux qui sont atteints par cette terrible maladie. Ils sont exclus de leur communauté. Ils doivent aller sur les chemins et se tenir à l’écart de ceux qui passent. Le lépreux est donc un homme fini ; tous ses amis se sont éloignés de lui ; il se retrouve avec ses compagnons dans la misère la plus complète. En lisant cet évangile, nous pensons aux lépreux d’aujourd’hui mais aussi à tous les exclus que nous croisons sur notre chemin. Ils sont nombreux ceux et celles qui sont rejetés par leur famille, leur communauté, ceux et celles qui sont considérés comme infréquentables à cause de leur passé et leurs erreurs.


    Mais voilà que les pas de ces pauvres malheureux les conduisent vers ce Jésus dont tout le monde parle. Ils pensent sans doute qu’à force de tendre les mains, il ne les rejettera pas. C’est sans doute la distance qui les pousse à crier pour être entendus. Mais ce cri révèle leur désarroi, leur souffrance physique et morale. En venant à lui, ils demandent seulement un peu de douceur. Or voilà que Jésus leur a parlé. Il n’a pas détourné son regard. Il a suffi de quelques mots d’autorité : « Allez-vous montrer au prêtre. » Et voilà qu’en cours de route, ces hommes sont purifiés.


    Nous, chrétiens d’aujourd’hui, nous sommes appelés à suivre Jésus sur le chemin qu’il nous montre. Et sur ce chemin, nous rencontrons les lépreux de notre temps, des exclus, des gens qui crient leur souffrance, leur désarroi. Ces hommes, ces femmes et ces enfants sont animés par un grand désir de vivre. Certains se retrouvent dans une situation familiale compliquée et se sentent rejetés par l’Eglise. Bien sûr, nous n’aurons pas de solution toute faite pour tous les problèmes des uns et des autres. L’Evangile de ce jour nous invite simplement à nous mettre à l’école de Jésus et à prendre le temps de voir et d’entendre comme lui les gens que nous croisons sur notre chemin. Nous connaissons tous ce chant : « La route est courte, ce serait dommage de se croiser sans se rencontrer… sans se regarder. »


    En ce jour, l’évangile nous conduit à faire un pas de plus avec le dixième lépreux. En cours de route, tous se retrouvent purifiés. Mais le dixième ne peut aller vers le prêtre car il est samaritain. Il se serait fait renvoyer car il ne peut rejoindre la communauté des croyants. Alors, il revient vers Jésus en rendant gloire à Dieu : « Acclamez le Seigneur, terre entière, chantez au Seigneur un chant nouveau, car il a fait des merveilles. » Cet homme n’a plus besoin de garder ses distances. Il va jusqu’à Jésus et se prosterne devant lui. A travers ce samaritain, c’est la terre entière qui se prosterne et chante la gloire du Seigneur. En ce dimanche, nous nous unissons à cette prière d’action de grâce. La Parole de Dieu continue à traverser nos histoires d’hommes. L’amour du Christ nous rejoint pour opérer des merveilles d’une tout autre ampleur. Des hommes, des femmes, des enfants qui étaient très loin de Dieu se sont mis en route et ont progressé dans la foi.


    La bonne nouvelle de ce dimanche, nous la trouvons aussi dans cette parole du Christ : « Relève-toi ; ta foi t’a sauvé. » Tout au long des évangiles, nous trouvons des gens qui ont été « relevés » par Jésus, des malades guéris mais aussi des pécheurs pardonnés. C’est la même puissance qui a ressuscité Jésus d’entre les morts. C’est aussi la même puissance qui nous relève et fait jaillir en nous l’action de grâce. Au jour de notre baptême, nous avons été plongés dans la mort de Jésus. Nous avons été immergés dans cet amour qui est en Dieu Père, Fils et Saint Esprit. Désormais, c’est la vie de Jésus qui coule en nous comme un fleuve. Rappelons-nous : « Si nous sommes morts avec lui, avec lui nous vivrons ». C’est toute notre vie qui est appelée à devenir louange du Seigneur en actes.


    En ce dimanche, nous sommes venus à Jésus pour lui rendre grâce. Le chemin de l’étranger nous indique celui qui doit être le nôtre quand nous venons à l’église. Il s’agit de glorifier Dieu et de lui rendre grâce. Oui, Seigneur, donne-nous un cœur comme celui du Samaritain. Pour tous les pardons reçus, pour ta miséricorde inlassable, béni sois-tu. Amen

    D’après diverses sources


    Source http://dimancheprochain.org

    Homélies précédentes ici

    « VIDÉO - Claire & François d'AssiseJe n'ai rien vu - Interbible »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :