• Homélie de NOEL 2011

    NOEL 2011

    Abbé Jean Compazieu

    Bonne nouvelle

    creche-sur-la-place.jpg

    Textes bibliques : Lire


    « Le peuple qui  marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière. » Ces paroles du prophète Isaïe valent aussi pour nous aujourd’hui.  Nous sommes de ce peuple souvent envahi par les ténèbres, ténèbres de la guerre, de la violence, des scandales en tous genres, de l’exclusion. Les pauvres y deviennent de plus en plus pauvres et de plus en plus nombreux. Cela, nous le voyons tous les jours. Mais au milieu de ces ténèbres, une lumière a resplendi : ce sont les restos du cœur, Médecins sans frontières, les enfants qui visitent les personnes âgées dans les maisons de retraite. A travers ces gestes de solidarité  des uns et des autres, c’est un peu plus de lumière qui vient éclairer notre monde.


     

    En cette nuit (ce jour) de Noël, nous entendons cette bonne nouvelle : « Une Lumière a resplendi, un enfant nous est né. On proclame son nom : Merveilleux conseiller, prince de la Paix. » L’Eglise a vu dans cette parole prophétique une annonce de la venue de Jésus. C’est lui le vrai prince de la paix qui a porté au monde la Lumière de Dieu. Il est celui qui a tendu la main aux petits, aux pauvres, aux exclus, aux blessés de la vie. Il nous présente Dieu comme un Père aimant, toujours prêt à accueillir le fils prodigue et à pardonner. Il est le bon Berger, toujours soucieux de la plus faible de ses brebis. Avec lui, plus rien ne peut être comme avant.


    La bonne nouvelle c’est que Jésus est « Emmanuel », c’est-à-dire « Dieu avec nous ». Jusqu’alors, on le considérait comme « Dieu au dessus de nous » ou encore « Dieu en face de nous ». Désormais, il est « Dieu avec nous » dans notre nature, avec nous dans sa grâce, avec nous dans notre faiblesse et notre misère. Il est avec nous par sa miséricorde, sa tendresse et sa compassion. Il est devenu semblable à nous, prenant tout ce qui est nôtre et nous donnant tout ce qui est sien. C’est cela le message de Noël, Dieu avec nous, Dieu pour nous.


    Cette bonne nouvelle est confirmée par le nom donné à Jésus : nous n’oublions pas que ce nom signifie « Le Seigneur sauve ». C’est très important pour nous : il y a en effet beaucoup de ratés dans le passé et le présent de notre humanité : nous pensons à la violence gratuite, l’exploitation des petits, l’indifférence des puissants. C’est dans notre monde tel qu’il est que Jésus vient. II continue à vouloir le sauver de la perdition. Les petits ont la première place dans son cœur. Chacun y est accueilli comme un frère, une sœur en humanité. Il fait de nous des enfants de Dieu. Voilà ce chemin que Jésus offre à notre monde pour être sauvé.


    Quelqu’un a dit que Jésus apparaît aussi comme « sauveur de Dieu ». Voilà une réflexion qui peut apparaître un peu paradoxale. Dieu aurait-il besoin d’être sauvé ? Et pourtant, quand nous y regardons de plus près, nous voyons bien à quel point il continue à être malmené. Son image a été déformée et souvent caricaturée. On a fait de lui un tyran, un juge impitoyable, un contrôleur sévère, ou encore un magicien, un chef d’armée. Cette fête de Noël nous révèle que le vrai Dieu n’est rien de tout cela. Elle nous montre un Dieu qui s’est fait petit enfant. Dans ce monde plein de violence et de haine, il est Celui qui apporte l’amour, la Lumière. Seuls les pauvres de cœur peuvent comprendre ce message.


    C’est ainsi que Noël est un jour de joie. Dieu vient demeurer chez les hommes. L’Evangile nous dit qu’il n’y avait pas de place pour son Fils dans la salle commune. Ce constat est toujours actuel : dans le monde entier, on fête Noël, on réveillonne, on offre des cadeaux. Mais ils sont de plus en plus nombreux ceux et celles qui oublient l’origine de cette fête. Et pourtant, le Christ veut demeurer chez nous. Il veut être « Emmanuel », Dieu avec nous. Trouvera-t-il une place dans nos cœurs ? Il n’enfonce pas la porte. Il attend que nous lui disions d’entrer.


    Si le Christ souhaite venir chez nous et en nous, c’est pour nous combler de son amour, un amour qui dépasse tout ce que nous pouvons imaginer. Vivre un vrai Noël, c’est accueillir Jésus, c’est le suivre et lui donner la première place dans nos cœurs. C’est avec lui que nous trouverons la vraie joie. Cette joie de Noël, nous pourrons la partager avec tous ceux et celles qui nous entourent, les membres de nos familles, les enfants, les personnes malades ou seules. Cette présence et cet amour de Dieu, c’est comme un trésor qu’il nous faut accueillir et partager.


    Noël, c’est Jésus qui vient et qui nous invite à travailler ensemble à la construction d’un monde plus juste et plus fraternel, un monde d’amour. Avec Jésus, nous apprenons à regarder ce monde avec le regard même de Dieu, un regard plein d’amour. En cette nuit (ce jour), nous nous tournons vers toi, Seigneur. Tu fais sans cesse le premier pas vers nous. Tu fais de nous des messagers de ta paix et de ton amour. Nous te prions : « Toi qui es Lumière, toi qui es l’amour, mets en nos ténèbres ton Esprit d’amour ». Amen


    Sources : http://dimancheprochain.org

    Autres dossiers

    « Le suicide du roi Saül - InterBibleMarc Ouellet nomme des « théologiens » et des « apologètes », selon un vaticaniste - PROXIMO »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :