• Homélie du 1er dimanche de l’Avent - 29 novembre 2015

    Homélie du 1er dimanche de l’Avent

    Abbé Jean Compazieu 

    Fais paraître ton jour

    Image hébergée par servimg.com

    Tympan de l’abbatiale de Conques (Aveyron)

     Textes bibliques : Lire

    Depuis quelque temps, nous voyons que les rues et les commerces prennent un air de Noël. Malgré les événements tragiques du 13 novembre, on se dit que la vie doit continuer. Mais à ce jour, ce n’est pas encore Noël. Il nous faudra attendre quatre semaines. Le temps de l’Avent, c’est précisément cela. C’est le temps de l’attente de celui qui vient. 

    Cette période de l’Avent, nous en parlons comme d’un temps de joie. Mais cette joie ne vient pas d’abord de la naissance d’un enfant, ni même de son attente. Le grand message de Noël c’est que « Dieu est avec nous ». Il nous rejoint dans nos tribulations. Il est avec nous pour nous sauver, pour nous guider sur le chemin de la vie. C’est pour cette bonne nouvelle que nous sommes dans la joie en ce temps de l’Avent.

    Nous allons donc à fêter la naissance de Jésus. Mais les textes bibliques de ce dimanche nous invitent à regarder plus loin. Ce Jésus dont nous fêtons la naissance est aussi celui qui reviendra. C’est à cette grande rencontre que nous nous préparons tout au long de notre vie. Ce sera un événement heureux. Nous sommes invités à nous y préparer en vivant dans la joie et l’espérance. Ce Dieu que nous attendons est fidèle à sa promesse de bonheur ; il est toujours « Dieu avec nous « .

    C’est déjà cette bonne nouvelle que le prophète Jérémie annonçait à son peuple angoissé. Très éprouvé par la défaite et la misère, ce peuple était complètement démoralisé. Or voilà que le prophète vient lui annoncer un avenir merveilleux. Au nom de sa foi, il rappelle à tous que le Seigneur est un Dieu de justice. Le droit et la justice doivent être les maître-mots de la vie des croyants. C’est là qu’ils trouveront le bonheur. Dieu n’abandonne pas son peuple blessé. Il suscitera un « germe de justice » pour balayer le malheur présent. Il veut vraiment le bonheur de son peuple.

    La lettre aux Thessaloniciens (2ème  lecture) nous parle également de la  « venue » du Seigneur dans la gloire. Nous sommes invités à nous y préparer dans l’espérance en vivant d’une manière digne de Dieu. Les exhortations de Paul ne visent pas au redressement mais au progrès. Il s’agit de progresser dans la foi et l’amour. Le Seigneur est là, avec nous. Il nous pousse chaque jour à vaincre les records de la veille dans le domaine de l’amour fraternel. C’est cela la dynamique de l’Avent : « faites encore du progrès » nous dit saint Paul. Comme lui, il nous faut « oublier le chemin déjà parcouru et courir vers le but (Phil. 3, 14). Ce but c’est le Christ.

    Dans son Évangile c’est saint Luc qui nous nous parle, pas de la fin du monde mais du retour du Christ dans la gloire. Cet Évangile a été écrit pour des chrétiens persécutés et découragés. Son intention est de faire renaître l’espérance en criant plus fort le message des prophètes : Dieu est maître de l’histoire. C’est lui qui aura le dernier mot. Ce triomphe de Dieu sur le mal ce réalisera.

    Saint Luc nous parle d’un chaos qui s’abattra sur l’univers pour créer un « monde nouveau ». Les étoiles qui « tombent du ciel », le soleil qui ne « donne plus sa lumière », c’est une manière de dire que Dieu est vraiment le maître. Il ne faut pas oublier que les peuples anciens adoraient les astres qui dominaient le monde et déterminaient le destin des hommes. C’est ce qui se passe avec le succès actuel des horoscopes et de l’astrologie. Cet évangile nous invite à revenir au cœur de la foi et à remettre le Christ au centre de nos vies. C’est lui le seul vrai Seigneur.

    Le grand message de cet évangile, ce n’est pas d’abord la fin du monde, mais le retour du Christ dans la gloire. L’ancien monde disparaîtra. Un monde nouveau surgira. Lui seul survivra. Cela ne se fera pas sans souffrance. Les bruits de guerre, les catastrophes, les bouleversements, sont d’une actualité brûlante. La tentation serait de baisser la tête en attendant des jours meilleurs. Or c’est exactement le contraire que le Seigneur vous recommande.  « Quand ces événements commenceront, redressez-vous et levez la tête car votre rédemption approche. » C’est vrai, le Seigneur est toujours là ; il nous devance dans l’épreuve. Nous ne devons pas douter de lui, même s’il ne laisse pas encore voir sa grande puissance et sa grande gloire.

    En attendant cette rencontre, nous sommes tous invités à la vigilance. Si nous n’y prenons garde, nous risquons d’être « chloroformés », empoisonné et étouffés. La société de consommation nous entraîne au confort et à la jouissance immédiate. Ce temps de l’Avent nous est donné pour nous tenir en éveil. Ne vous endormez pas, restez éveillés, « priez en tout temps » nous dit Jésus.

    Avec l’eucharistie qui nous rassemble, c’est le Seigneur qui vient à nous. Il est la source de toute sainteté. Il nous révèle son alliance. Célébrons-le dans l’espérance. « Fais paraître ton jour et le temps de ta grâce ! Fais paraître ton jour, que l’homme soit sauvé ! »

    Sources : « pour la célébration de l’eucharistie » (J. Feder) – homélies pour l’année C (Amédée Brunot) – heureuse de faiblesse (André Louf) – parole de Dieu pour chaque dimanche (Noël Quesson) – revues signes et feu nouveau

    --------------------

    Source http://dimancheprochain.org/
    ------------------------------------------------

    Les nouveautés - OFS-Sherb

     

     

    « Quel est le livre découvert par Josias? - InterBibleLe Bonheur en balade… Revue Message »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :