• Homélie du 2ème dimanche de l’Avent - 7 déc. 2014

    Homélie du 2ème dimanche de l’Avent

    Abbé Jean Compazieu

    Le Seigneur vient

    2 Avent

     Textes bibliques : Lire

    Les textes liturgiques de ce dimanche nous lancent un appel à l’espérance. C’est important car nous vivons dans un monde souvent désespérant. En de nombreux endroits, c’est l’escalade de la violence,  haine et du malheur. Et c’est là que la Parole de Dieu intervient. En ce temps de l’Avent, elle vient nous annoncer le « Messager de la Paix ».

     

    « Consolez, consolez mon peuple » dit le prophète Isaïe dans la première lecture. Le peuple en question se trouve en exil en terre étrangère. Il a été écrasé, humilié. Mais la situation est en train de changer. L’oppresseur est lui-même battu par l’armée de Cyrus. Et c’est là que le prophète intervient  pour apporter un message de réconfort. Le temps de l’épreuve est terminé. Dieu va sauver son peuple. Chacun est invité à se redresser et à se reprendre vigoureusement en main. Il s’agit de collaborer ensemble au projet de Dieu qui veut sauver son peuple et lui manifester sa gloire. L’Eglise d’aujourd’hui nous invite à maintenir le cap sur Dieu. Avec force et parfois avec angoisse, elle reprend le cri des prophètes : « Voici votre Dieu qui ne cesse de vous aimer. »

    La seconde lecture est de l’apôtre Pierre. Il s’adresse à des chrétiens qui trouvent que le jour du Seigneur « a du retard ». Il lance une vigoureuse mise en garde contre l’affadissement de l’espérance. Le délai qui nous est laissé doit être accueilli comme un signe de l’infinie patience de Dieu. Il laisse à chacun la possibilité  de se convertir. Si le Seigneur prend du temps, c’est pour laisser à l’humanité le temps de murir. Mais une chose est sûre : le jour du Seigneur viendra inexorablement et de façon imprévisible. C’est ce message que vient nous rappeler ce temps de l’Avent. L’important, c’est de se tenir tendu vers la pleine réalisation du projet de Dieu.

    L’Evangile de saint Marc nous présente le « commencement de la bonne nouvelle de Jésus Christ Fils de Dieu ». C’est donc Dieu lui-même qui vient en la personne de Jésus. Cet Evangile s’ouvre par la prédication de Jean Baptiste : « A travers le désert, une voix crie… et Jean Baptiste parut dans le désert ». Alors, on peut se poser la question : pourquoi avoir choisi le désert pour annoncer cette bonne nouvelle ? Pourquoi n’avoir pas choisi un lieu de passage des foules ?

    En fait, il y a plusieurs raisons : dans le monde de la Bible, le désert, c’est un lieu symbolique très fort. C’est le lieu de la rencontre avec Dieu. C’est dans cet espace dépouillé qu’il parle au cœur de l’homme pour l’inviter à se convertir : « Préparez les chemins du Seigneur, aplanissez sa route… » Nous voici donc mobilisés. Nous devons nous arracher à nos fauteuils confortables, retrousser nos manches et mettre la main à la pâte. Se convertir, c’est sortir de nos habitudes sclérosées et de nos lamentations stériles. Jean Baptiste nous recommande d’aplanir la route. Il s’agit d’enlever tous les obstacles pour que le Seigneur puisse passer et que nous puissions le rejoindre.

    Le désert est aussi le symbole de l’aridité de nous cœurs. Nous le voyons bien tous les jours : nos cœurs ressemblent souvent à cette terre aride, altérée et sans eau. Pensons à tous ces déserts d’humanité où l’homme est devenu pire qu’un loup pour l’homme, déserts de dignité dans lesquels des hommes et des femmes sont traités comme du matériel qu’on utilise et qu’on jette. Et nous n’oublions pas les nombreux déserts de solitude, les déserts d’amour  de ceux qui ne savent pas aimer et ne se sentent pas aimés. Dans tous ces déserts, nous voyons des hommes qui n’arrivent pas à se comprendre ni à se supporter.

    Or c’est là que le Christ nous rejoint pour venir nous chercher. L’Evangile commence dans les déserts de nos vies. Dans le sable du désert, il n’y a pas de vie. Mais dès qu’il pleut, le sol se recouvre de végétation et de fleurs. De même, sans la présence du Seigneur, nos vies sont desséchées. Mais Dieu ne nous abandonne pas. Ce qu’il sème en nos cœurs ne meurt jamais. A la première occasion favorable, il se révèle pour transfigurer notre vie.

    Et puis, il y a un dernier point qu’il ne faut pas oublier : le désert n’est pas ce lieu de rêve qu’on choisit pour goûter la tranquillité. Bien au contraire, c’est le lieu de tous les combats, c’est le lieu où l’on meurt de soif et de chaleur. En choisissant le désert, Jean Baptiste annonce qu’il y aura un combat, une lutte. Jésus commence son ministère en affrontant le démon au désert. Tout au long de son ministère, il sera combattu par ses adversaires. Ces derniers finiront par l’arrêter, le condamner et le mettre à mort sur une croix. Notre vie chrétienne est une lutte contre les forces du mal. Aujourd’hui comme autrefois, de nombreux chrétiens sont persécutés et mis à mort. Mais avec le Christ ressuscité, c’est l’amour qui triomphera.

    C’est de cette espérance que nous avons à témoigner dans le monde d’aujourd’hui. Cela commence en donnant la première place au Christ dans notre vie. Il n’est pas possible de l’annoncer aux autres si nous ne l’accueillons pas en nous. Noël c’est Jésus qui vient à nous. Vivre Noël, c’est d’abord accueillir cette venue du Sauveur dans notre vie. Il est la source qui vient irriguer nos déserts ; il fait revivre ce que l’on croyait mort. Aujourd’hui, nous te prions, Seigneur, toi qui es le Sauveur et l’Ami des hommes, donne-nous d’être les témoins de ton amour auprès de tous ceux et celles que tu mets sur notre route. Amen

    Sources : Revues liturgiques Feu Nouveau, Signes, Dimanche en Paroisse, Homélies Année B (A Brunot), Guide Emmaüs des dimanches et fêtes, Reste avec nous quand vient le soir (Laurette Lepage)

    source http://dimancheprochain.org

    Articles récents

     

    « VIDÉO - Laissons-nous bercer par un: MAGNIFIQUE * Ave Maria à la flûte de Pan *Daniela de SantosAUDIO - La Perle du Jour : L'ami importun et l'efficacité de la prière - Suzanne »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :