• Homélie du 4ème dimanche du Carême -10 mars 2013

    Homélie du 4ème dimanche du Carême (10 mars)

    Abbé Jean Compazieu

     

    Soyez dans la joie


    Textes bibliques : Lire


    Ce 4ème dimanche du carême est appelé dimanche de la joie. C’est l’invitation d’Isaïe à l’entrée : « Réjouissez vous avec Jérusalem. Exultez avec elle vous tous qui l’aimez. Avec elle, soyez dans l’allégresse, vous tous qui portez son deuil. » Cette joie c’est avant tout celle de celui qui reçoit la miséricorde de Dieu. L’Evangile nous présente précisément l’amour du Père miséricordieux. Dans la seconde lecture, Saint Paul nous en parle aussi : Dieu s’est réconcilié le monde dans le Christ. Le premier texte biblique nous a rappelé l’entrée du peuple hébreu dans la Terre promise. Pour eux, c’est la fin d’un long chemin à travers le désert. Tout au long de ces années, Dieu n’a jamais cessé de leur faire miséricorde.


    Le livre de Josué nous a donc rapporté une étape importante dans la vie des Israélites : Il s’agit du passage du Jourdain. Jusque là, ils étaient nomades. Désormais, ils deviennent des sédentaires ; ils passent d’une civilisation à une autre. Cela n’ira pas sans danger : risque de l’idolâtrie, risque également de mélanger la révélation divine avec des valeurs nouvelles. Ce passage comporte aussi des appels : c’est un pas en avant ; c’est la fin du déshonneur des l’esclavage d’Egypte. De plus, ils ne seront plus dépendants de la manne que Dieu leur fournissait. Ils pourront désormais faire produire la terre que Dieu leur donne. C’est par leur travail qu’ils trouveront la nourriture dont ils ont besoin. Dieu les accompagne mais autrement. Il ne gouverne plus le monde par des miracles. Il attend des hommes qu’ils soient libres et responsables.


    En lisant ce texte très ancien, nous pouvons penser aux profondes mutations qui ont marqué notre monde, notre civilisation et notre Eglise. Nous connaissons tous les dangers de ces changements. Mais le plus important c’est de rendre grâce pour les pas en avant de notre humanité. Nous pouvons laisser de côté les éternels boudeurs. Nous devons plutôt voir ceux qui prennent à bras le corps ce monde nouveau pour lui révéler l’Evangile. Le Seigneur est là au cœur de nos vies et sa présence est pour nous source de joie.


    L’Evangile nous dit précisément l’amour du Père pour chacun de ses enfants. Mais le premier dimanche du Carême, nous avons vu que le tentateur cherche à nous en détourner. Georges Bernanos nous le dit à sa manière : « Le diable, voyez-vous, c’est l’ami qui ne reste jamais jusqu’au bout. » Ce jeune homme ne réalise pas la joie qu’il a d’être fils du Père. Mal conseillé par le démon qui l’entraîne loin de la tendresse paternelle, il finit par se trouver dans une situation dramatique. Puis une fois détruit, ruiné et miséreux, le démon l’abandonne. Cet homme se retrouve dans la pire déchéance pour un juif : il doit garder les cochons. N’oublions pas que pour un juif, ces animaux étaient considérés comme impurs d’après la loi.  


    Nous remarquons également que le retour de ce fils vers le Père n’est pas dû à une vraie contrition mais à la faim qui le tenaille. Il espère trouver auprès de lui au moins une place de serviteur. Alors il se lève pour prendre la route du retour. Il réfléchit à quelques phrases qui pourraient attendrir un père justement irrité : « Je lui dirai : Père j’ai péché contre le ciel et contre toi. Je ne mérite plus d’être appelé ton fils ; prends-moi comme un de tes ouvriers. » En fait, c’est l’amour qu’il recevra, un amour qui va jusqu’au pardon. Il retrouvera sa place de fils dans sa famille. Ce fils redécouvre à quel point l’amour de son père est gratuit et démesuré.


    Quant au frère aîné, il ne s’est situé que comme serviteur. « Il  y a tant d’années que je te sers et jamais tu ne m’as donné un chevreau pour festoyer avec mes amis. »  Il refuse de reconnaître le 2ème fils comme un frère. Ce fils c’est celui qui juge et qui condamne son frère au lieu de l’accueillir. Au premier abord, il a raison : son frère a fauté ; il a déshonoré sa famille. Il doit assumer les conséquences de ses actes.


    A travers cette parabole, le Christ s’adresse aux scribes et aux pharisiens qui ne comprennent pas son accueil des pécheurs. Il voudrait  les associer à la joie du Père qui retrouve son fils perdu. C’est important pour nous aussi. Nous sommes souvent un peu comme le fils aîné. C’est ce qui se passe quand nous estimons qu’on ne peut pas fréquenter n’importe qui, quand nous pensons qu’il faut écarter les brebis galeuses. On se dit parfois que l’Eglise devrait être plus intransigeante. Mais c’est précisément pour répondre à l’appel du Christ que l’Eglise s’efforce d’atteindre les incroyants, les pauvres, ceux qui sont loin. Et le Père veut nous associer tous à sa joie chaque fois qu’un pécheur est réconcilié.


    C’est aussi ce que nous rappelle saint Paul dans la 2ème lecture. Il nous invite à accueillir l’amour miséricordieux du Christ. C’est le Seigneur lui-même qui fait appel à des hommes pour leur confier le ministère de la réconciliation. Le carême est un moment favorable pour ce retour vers le Père à travers le sacrement du pardon. Cette rencontre avec l’amour miséricordieux du Père est source de joie. Cette joie c’est celle du pécheur pardonné mais aussi celle de Dieu.


    Ensemble nous faisons monter notre prière vers Dieu notre Père : toi qui as accueilli avec joie le retour de l’enfant prodigue et qui as réconforté le fils aîné animé de jalousie, fais de nous des témoins et des messagers de ta miséricorde. Toi qui n’as jamais cessé de nous aimer, garde-nous fidèles à ton amour. Amen


    Sources : Revues Feu Nouveau, Signes, Dimanche en Paroisse, L’intelligence des Ecritures (MN Thabut), Lectures bibliques des dimanches année C (Albert Vanhoye), Commentaires du missel communautaire (Père André Rebré), A l’écoute de la Parole de Dieu (L. Soulié)

    Source http://dimancheprochain.org

     

    Autres dossiersHomélie

    « Pour une écologie de l'esprit - BrunoUne journée au Musée d’Israël : l’archéologie et le Nouveau Testament - InterBible »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :