• Homélie du Dimanche des Rameaux et de la Passion - 25 mars 2018

    Préparons Dimanche
    eucharistie : parole et pain

     

    Homélie du Dimanche des Rameaux et de la Passion

     Les lectures du jour

    Entrer dans la Semaine Sainte

    A l'occasion du dimanche des Rameaux, un prêtre donnait son témoignage. Il était allé à Port-au-Prince, en Haïti, l'un des pays les plus pauvres du monde. N'en pouvant plus de voir toute cette misère, il s'est rendu à la cathédrale pour crier à Dieu le désespoir de tous ces pauvres. Mais à sa grande surprise, il n'a pu entrer car elle était bondée de monde. Il se disait que si ces gens devenaient riches, la cathédrale serait désertée comme nos églises de France en cette semaine sainte.

    On l'a dit et redit, cette grande semaine est vraiment le sommet de l'année liturgique. Et pourtant, elle passe de plus en plus inaperçue. Il nous manque ce cœur de pauvres qui nous rendrait plus ouverts au don de Dieu. Cette semaine sainte c'est "l'heure où le Fils de l'homme doit être glorifié" (Jean 12. 23). C'est le triomphe du Christ, le triomphe de l'Amour le Vendredi Saint, en attendant le grand triomphe pascal de la vie sur la mort. Cette semaine s'ouvre par l'entrée triomphale du Christ à Jérusalem. Il arrive sans char ni hommes armés. Il est le Roi "doux et humble de cœur" annoncé par le prophète Zacharie.

    Tout au long de cette semaine sainte, nous serons invités à suivre les différentes étapes du mystère pascal. La mort de Jésus sur la croix est apparue comme un échec. Tous l'ont quitté. Les apôtres se sont enfermés dans leur maison car ils avaient peur. Le seul acte de foi est venu d'un soldat romain, un étranger : "vraiment cet homme était Fils de Dieu". Oui, Jésus est le Roi qu'on attendait. Mais le trône de ce roi c'est la croix. Il est reconnu même par les étrangers. Par sa croix, Jésus est le Messie sauveur.

    Voilà cette semaine sainte. Il ne tient qu'à nous de tout faire pour qu'elle ne passe pas inaperçue. Pour nous, c'est la plus importante de l'année. Nous la vivrons en communion avec les chrétiens du monde entier, en particulier ceux qui souffrent de la persécution, en Irak, en Syrie, et partout dans le monde. Ils ont besoin de notre prière et de notre fidélité. Ensemble, nous lèverons les yeux vers la croix du Christ. C'est pour nous et pour le salut du monde entier que Jésus a livré son Corps et versé son sang. Il nous appartient de tout faire pour que notre réponse soit vraiment à la mesure de cet amour pour nous.

    Quand une personne est malade et inconsciente, on doit parfois lui faire une perfusion. Notre monde malade a besoin d'une perfusion d'amour. C'est cela qui va se passer tout au long de cette semaine sainte. Le Christ est descendu au fond de notre désespérance pour y déposer cet amour qui vient de Dieu. Il est venu ouvrir un chemin qui permet à l'humanité d'entrer dans la gloire du Père.

    Seigneur, donne-nous force et courage pour te suivre tout au long de cette semaine Sainte. Si nous mourons avec toi, avec toi nous vivrons. Si nous souffrons avec toi, avec toi, nous règnerons. "Au-delà de ton calvaire, tu nous donnes rendez-vous ; dans la gloire de ton Père, o Jésus, accueille-nous. Amen

    Sources : revue Signes – Feu Nouveau – Homélies de l'année liturgique B (S. Faivre) – L'Evangile au présent (D. Sonet)

    Jean Compazieu, prêtre 

    Source: http://preparonsdimanche.puiseralasource.org/

    -----------------------------------------------------

     

    « « Je n’oublierai pas »: le pape François évoque son pèlerinage sur les pas du saint Padre Pio Jeunes : « dites tout ce qui vous vient à l’esprit » - Zenit »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 21 Mars à 16:11

    MESSAGE REÇU DE L'ABBÉ JEAN COMPAZIEU:

    Bonjour à tous 
    Je suis désolé de ne vous proposer que des archives 
    Je suis à la clinique Pasteur de Toulouse pour une intervention sur la valve aortique et un pontage
    Touts'est bien passé mais il me faudra du temps pour revenir en forme
    Normalement je sors demain jeudi pour aller dans un centre de remise en forme 
    Merci beaucoup pour vos prières 
      • Mercredi 21 Mars à 16:14

        Nous sommes avec toi Jean, prends le temps qu'il te faut pour retrouver ton énergie

        Union de prière,

        Richard

    2
    Medenel Angrand
    Dimanche 25 Mars à 07:32

    Je veux commencer mes quelques mots de commentaire en remerciant très sincèrement le Père Jean Compazieu pour qui j'ai toujours une grande estime. En lisant et méditant votre Homélie pour ce Dimanche des Rameaux et de la Passion du Christ, votre introduction m'a attiré l'attention, et je cite: "A l'occasion du dimanche des Rameaux, un prêtre donnait son témoignage. Il était allé à Port-au-Prince, en Haïti, l'un des pays les plus pauvres du monde. N'en pouvant plus de voir toute cette misère, il s'est rendu à la cathédrale pour crier à Dieu le désespoir de tous ces pauvres. Mais à sa grande surprise, il n'a pu entrer car elle était bondée de monde. Il se disait que si ces gens devenaient riches, la cathédrale serait désertée comme nos églises de France en cette semaine sainte."  Cherchant le non-dit dans ces lignes, vos lecteurs peuvent facilement croire que les Haïtiens vont massivement à l'Eglise parce qu'ils sont pauvres. C'est vraiment trop injuste ce jugement !!! C'est blessant !!! C'est même pas chrétien !!! Seul Dieu a le pouvoir de juger parce qu’Il connait très bien le cœur de l'homme.

    Alors, je  veux comprendre que ce prêtre dont vous rapportez le témoignage, peut-être,  ne savait rien de la réalité d'Haïti. Alors, il est plus qu'un devoir pour moi de signaler qu'il n'y a pas seulement de gens pauvres en Haïti, mais aussi des gens extrêmement riches comme on en retrouve en France et partout sur cette planète. Et, bon nombre de ces riches sont des pratiquants de la foi et de la religion chrétienne. Il n'y a pas que la misère comme source de motivation du sens religieux chez les Haïtiens, mais il y a tout aussi la foi, la charité et l'espérance qui animent ce peuple qu'on se plaise à appeler l'un des plus pauvres du monde.

    Il est absolument vrai que le peuple Haïtien vit dans l'extrême misère - ce qui aurait dû faire la honte de certains peuples se disant riches, économiquement développés ou industrialisés - mais ce peuple n'est pas plus pauvre que l'actuelle France où  la foi est quasiment rejetée et le sens naturel de la religion que possède tout être humain est perdu. Ce qui fait la richesse des grands de ce monde fait la pauvreté de ce petit peuple portant encore aujourd'hui les cicatrices de l'occupation française et de son esclavage ;  mais, ce qui fait la  richesse d' Haïti ( la foi, l'espérance, le sens de la religion, la connaissance de Dieu, le respect de la sacralité de la vie, la solidarité, les valeurs humaines, morales, chrétiennes et familiales, la richesse culturelle d'Haïti, etc.) fait aussi bien la pauvreté de certains de ces peuples se croyant grands et riches. 

     

    Fort heureusement, en rejetant l'esclavage apporté par des hommes sans cœur, Haïti a embrassé, et encore continue d'embrasser, protéger et porter toujours plus haut le flambeau de la foi chrétienne que l'Europe, via ses missionnaires, nous a laissé en héritage -- un héritage rejeté par la France et qui fait aujourd'hui son grand tourment malgré son extrême richesse matérielle. Car l'Ecriture nous dit: " Voici, je vous ai enseigné des lois et des ordonnances, comme l'Eternel, mon Dieu, me l'a commandé, afin que vous les mettiez en pratique dans le pays dont vous allez prendre possession. Vous les observerez et vous les mettrez en pratique; car ce sera là votre sagesse et votre intelligence aux yeux des peuples, qui entendront parler de toutes ces lois et qui diront : Cette grande nation est un peuple absolument sage et intelligent." (Deutéronome 4: 5-6)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :