• Homélie du jour de Pâques - 2013

    Homélie du jour de Pâques

    Abbé Jean Compazieu

     

    Le Seigneur est ressuscité, Alléluia

     

     

    toujours vivantTextes bibliques : Lire


    En ce dimanche de Pâques, nous fêtons avec toute l’Eglise la résurrection du Christ. C’est l’événement le plus important de toute l’histoire de l’humanité. Il s’est produit sans que personne ne puisse le voir, le décrire et le contempler. Deux hommes s’étaient occupés du corps de Jésus. Ils l’avaient descendu de la croix et l’avaient déposé respectueusement dans un tombeau. Ce n’est pas très élogieux pour les apôtres. Ces derniers s’étaient cachés car ils avaient peur d’être poursuivis et mis à mort comme leur Maître. Nous n’avons pas à les juger : nous savons bien que dans un monde hostile ou indifférent, nous avons du mal à affirmer notre foi. Mais comme les apôtres, ne craignons pas de reconnaître nos erreurs et nos lâchetés.


    L’Evangile nous montre que Marie-Madeleine a fait preuve d’un plus grand courage. Elle n’a pas eu peur des menaces qui pesaient sur les disciples de Jésus. Mais en arrivant au tombeau, elle voit qu’il est ouvert et vide. Ce tombeau ouvert apparaît comme un immense point d’interrogation. Pierre qui y est entré constate ce que Marie-Madeleine a pressenti : le tombeau est vide. Le corps de Jésus n’est plus là. Il ne voit que les linges pliés. Pierre ne voit pas plus loin. Jean entre à son tour. Il est « le disciple que Jésus aimait. » C’est sa foi et son amour qui l’amènent à croire. Cette foi et cet amour qu’il a envers Jésus lui permettent de lire les signes.


    L’évangéliste ajoute que « jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas vu que d’après les Ecritures, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts. » Avant, ils n’avaient pas su les interpréter. La résurrection de Jésus est l’événement qui a illuminé le cœur et la vie des disciples. Jésus ressuscité est source de lumière et de réconfort. Sa résurrection vient révéler le sens de la Passion. Sans la résurrection, la Passion apparaîtrait comme un drame parmi d’autres. Ce serait la fin d’une grande espérance. Pâques, c’est la victoire de la vie sur la mort ; c’est la victoire de l’Amour.


    Pour les disciples, cette foi en la résurrection s’affermira progressivement avec les apparitions de Jésus. Il deviendra évident que son corps  n’a pas été enlevé par les hommes. Il a été saisi et transformé en corps glorieux. Depuis cette première heure, Jésus est allé à la rencontre d’un nombre incalculable de personnes. Elles ne l’ont pas forcément vu de leurs propres yeux. Mais elles peuvent attester qu’il est vivant. Le même Christ continue à venir à notre rencontre. Si nous savons lui ouvrir notre porte et l’accueillir, c’est toute notre vie qui en sera bouleversée. A la suite de Pierre et de bien d’autres, nous deviendrons des témoins.


    C’est ce témoignage que nous donne Pierre dans le livre des Actes des Apôtres (1ère lecture). Il nous dit que Jésus avait été suspendu au gibet infâmant de la croix. Mais les apôtres l’ont vu vivant. Ils ont mangé et bu avec lui après sa résurrection. Ils ont reçu de lui la mission de continuer son œuvre de pardon et d’amour. Et tout au long des siècles, l’Eglise ne cessera jamais de témoigner de sa foi en Jésus ressuscité. Beaucoup continuent à le faire à le faire au péril de leur vie. Dans de nombreux pays, les chrétiens sont persécutés et condamnés à de lourdes peines. Mais leur foi en Jésus Christ reste inébranlable.


    Cet événement de Pâques nous interpelle. Nous, chrétiens d’aujourd’hui, nous avons à rendre compte de nos raisons de croire. Sur notre route, nous rencontrons des jeunes et des moins jeunes qui s’interrogent et qui doutent. Ils ont besoin de notre témoignage. Mais n’oublions pas : pour témoigner de l’espérance qui nous anime, il nous faut puiser à la source, rencontrer le Seigneur dans la prière, nous nourrir de sa parole et de son Eucharistie.  Le témoignage que nous avons à donner n’est pas le nôtre mais celui du Christ en nous.


    Dans la seconde lecture (Colossiens 3. 1-4), saint Paul nous rappelle que nous aussi, nous sommes appelés à ressusciter avec le Christ. Cela ne sera possible que si nous acceptons la vie nouvelle qu’il nous propose. Le chrétien n’a qu’un objectif : conduire l’univers entier vers le Père. C’est l’humanité toute entière qui est appelée à partager la vie du Christ glorieux. Alors oui, ne soyons pas timides. N’ayons pas peur d’être catholiques. Nous sommes tous envoyés pour témoigner de notre foi. Mais nous ne sommes pas seuls : l’Esprit Saint agira dans le cœur de ceux à qui nous parlons


    En ce jour, nous te supplions Seigneur : mets en nous ton Esprit Saint. Ainsi, nous pourrons proclamer avec force que tu es vivant aujourd’hui et pour les siècles des siècles. Amen

    Sources : Revues Feu Nouveau, Dimanche en Paroisse – Homélies pour l’année C (A Brunot) – Missel communautaire (A Rebré) – Pensées sur l’Evangile de saint Luc (S. Chönborn) -  Lectures bibliques des dimanches Année C (A Vanhoye)

    Source http://dimancheprochain.org

    Autres dossiers

    « Homélie de la veillée pascale - 2013O croix dressées sur le monde, O croix de Jésus-Christ ! - Élisabeth »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :