• J’étais étranger et vous m’avez accueilli… - fmm

    La famille franciscaine en oeuvre...

    J’étais étranger et vous m’avez accueilli… (Mt.25, 35)


    Depuis près d’un an que je marche, j’écoute, j’accompagne et je catéchise dans deux endroits différents : l’Église Greco-Catholique Melkite, et la mission jésuite. Le Projet–Vie a pour but l’intégration des immigrants à leur situation nouvelle en faisant la conversation dans la langue française. Ces familles syriennes, arrivées à Montréal depuis 3, 6, 9 mois ou même un an, se sentent bien accueillis par les paroissiens et par la mission Jésuite.

    Durant mes visites à plusieurs familles et les cours de francisation, je m’adresse à des adultes débutants qui ne connaissent rien de la langue. J’ai vu leurs défis, leurs déceptions, leur nostalgie de leur pays, de leur famille, de leurs amis. Je vois leur étonnement, j’écoute leur choc culturel et leur découverte. Je touche de près la VIE en eux, mélange de joie et de souffrance, de mort et de résurrection. Avec le groupe MIDADE où nous avons 120 enfants syriens et avec leurs responsables et par les cours particuliers de la langue française, j’ai catéchisé, accompagné et enseigné enfants et adultes,

    Voici quelques-uns des témoignages que je voudrais partager avec vous :

    - Joseph et Ghadir, famille chaldéenne de Kamichli, ont cinq filles, dont deux handicapées mentales et leur fils unique de 30 ans. Papa Joseph n’arrête pas de remercier Dieu d’avoir sauvé ses enfants de cette situation de guerre disant : « En Syrie j’avais des terrains, un immeuble ; j’étais très heureux avec ma famille jusqu’au jour où Daech m’ont menacé d’enlever mon fils pour recevoir une rançon en échange. Ma fille était institutrice dans la banlieue de Kamichli et a été menacée plusieurs fois dans le transport commun pour devenir musulmane et couvrir sa tête ; elle arrivait à la maison mourante de peur. Nous avons tout quitté ; j’ai fermé ma maison à clé, sans rien prendre, et nous avons fui vers le Liban où nous sommes restés deux ans. C’était très difficile. Nous étions logés dans une école. Dieu nous a conduits jusqu’ici. Il ne nous a pas abandonnés. J’ai perdu toute ma richesse, mais j’ai gagné ma famille. La Vierge, notre Mère, marche avec nous. »

    Daad et Lou’ay sont venus d’Alep il y a 9 mois, avec deux enfants de 8 et 13 ans. En novembre 2016, Lou’ay a perdu son frère âgé de 50 ans et son père âgé de 77 ans à 15 jours de différence en Syrie ; sa femme aussi a perdu son père juste avant de quitter la Syrie. Le papa dit : «ce qui me fait souffrir, c’est que je ne suis pas avec ma famille en ce moment de souffrance. Que Sa Volonté soit faite ». Avec tristesse et chagrin, il ajoute : « J’ai quitté ma ville, mon pays à cause de mes enfants et je cherche un lieu sûr, un lieu qui nous offre la paix pour leur avenir. J’ai tout sacrifié pour eux. Ici, grâce à Dieu, j’ai trouvé un travail ; ma femme étudie le français et mes enfants sont à l’école, ils parlent déjà le français et je suis fier d’eux. Moi, plus tard, j’apprendrai la langue ; maintenant, je dois travailler pour assurer les exigences de la vie.» Sa femme Daad nous dit :"J’étais directrice d’une école, j’étais en pleine forme, j’aimais mon travail. Maintenant je ne suis pas heureuse, mon pays me manque beaucoup, ma grande famille aussi. Mon pays, c’est le meilleur pays du monde. Notre culture, nos traditions, notre climat, notre langue,... tout est meilleur dit-elle avec une pointe dans le cœur, mais c’est la guerre, la peur, la destruction, le froid, le manque de mazout, d’électricité, de médicaments, d’alimentation… le manque de TOUT, qui nous a obligés à quitter. C’est le diable qui se déchaîne dans mon beau pays. Je sens que j’ai tout perdu, je ne me retrouve pas". Elle ajoute : « Ici, la société est très différente, oui c’est calme : il y a la sécurité, le pays est organisé, mais je crois que j’ai besoin de beaucoup de temps pour m’intégrer. L'important est que mes enfants soient dans la sécurité et heureux. » Avec les sœurs de ma fraternité de Parc-Extension, nous avons invité cette famille pour leur offrir un temps fort de prière et un repas simple. J'ai préparé la prière des défunts de la liturgie orientale pleine d’espérance et de consolation, et j'ai mis devant l’autel des symboles : du pain, de l’encens et 3 bougies devant les 3 photos de leurs défunts qu'ils ont apportées. C’était un temps de recueillement très fort, un mélange d’émotions. A la fin de la prière, nous avons rompu le pain et nous avons partagé en chantant pour que leur mémoire soit éternelle.

    Puis autour de la table, en partageant notre repas, nous sommes devenus des amis. Ils se sentaient accueillis, écoutés, soulagés. Temps de sourires et de larmes, moment vécu dans la vérité où le papa a pu dire, pour la première fois, qu'au Canada, ma famille et moi nous avons rencontré des personnes chaleureuses et joyeuses… il a ajouté: "Je n’ai personne dans ce pays, vous êtes plus que mes sœurs, je me sens très proche de vous comme un frère. " Avant de quitter, la famille a insisté pour que toutes les sœurs les visitent dans leur maison.

    Bouchra, une dame de 30 ans, a trois enfants, elle vient d’Alep. Durant notre conversation, elle a dit : «Ma sœur j’ai décidé d’être heureuse et d'être toujours positive, car la vie ici est très belle : tous les horizons sont ouverts devant mes enfants, mon mari et moi-même ; cela m’aide énormément dans mon intégration». Les jeunes adultes Micheline, Hilda, Ghaiith, Ghazal, Weam,Yolla, Majed, Afaf, Razan, Rama et tant d’autres familles apprécient beaucoup la liberté, la sécurité, l’organisation du pays. Ils disent : "Malgré la neige, les routes sont toujours déblayées, les moyens de transport fonctionnent jour et nuit, et nous pouvons circuler. Le métro et les bus sont toujours à l’heure. Le climat ! Nous ne sommes pas encore habitués : quand il fait froid ce n’est pas une blague, c’est très froid. Mais partout, c’est chauffé : les appartements, les moyens de transport, les écoles…. et surtout, la générosité de vos sœurs et des gens qui nous ont aidés matériellement à mieux améliorer notre vie.

    Le grand défi pour toutes les familles, c'est comment garder et transmettre leurs valeurs et leurs principes de vie à leurs enfants. Portons cette réalité vécue par nos frères et sœurs syriens dans nos cœurs et dans nos prières. Unissons- nous à eux pour demander la Paix.

    Antoinette el Haibe, fmm

    source : Revue Sans Frontières Août 2017 des FMM

    --------------------------

    Articles récents- OFS-Sherb

     

    « Le pape en Colombie pour aider à « aller de l’avant » vers la paix - ZenitLe Pape François visite la Colombie, pays à la foi solide - RV »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :