• Je rêve d’une église au service des plus pauvres - Bruno

    Je rêve d’une église au service des plus pauvres.

    eglise--pauvres.jpg

     

    Oui, je rêve d’une église où les plus petits d’entre nos Frères et Soeurs seraient reçus tels des amis de la Famille. Nous devons là où nous sommes, là où nous vivons, faire apparaître ce visage d’une justice d’Amour pour tous et toutes. Les Jeunes ont soifs de l’Amour du Christ.

     

    Ah ! Oui, une église faite pour les plus pauvres, les plus meurtris, les plus blessés de la Vie.

     

    Je ne dis pas cela par esprit de polémique mais, par un constat cruel. Qui va dans les Temples ? Sinon, les bons bourgeois qui ont une culture biblique et dont je fais partie. Ne nous voilons pas la face, Frères et Soeurs, quelle serait notre attitude, si toutes les prostituées venaient et si tous les délinquants se mettaient à prier. Nous aurions la réaction du rejet. Rejet de personnes n’appartenant pas à notre Communauté, à notre horizon habituel. Et cela, est psychologiquement naturel.

     

    On rejette toujours la personne vivant d’une façon différente de la nôtre. Pour nous protéger de mauvaises influences. Et pourtant, je connais des Pasteurs qui vont vers les plus petits et les accueillent, tels des Frères.

     

    Pourquoi ? Parce que Dieu en eux leur a fait dépasser ce stade purement psychologique du refus et donné Son Esprit de sagesse qui accueille autrui. Seule la prière nous permettra de transcender nos différences.

     

    Oui, je rêve d’une église où les plus petits d’entre nos Frères et Soeurs seraient reçus tels des amis de la Famille. Nous devons là où nous sommes, là où nous vivons, faire apparaître ce visage d’une justice d’Amour pour tous et toutes. Les Jeunes ont soifs de l’Amour du Christ. Ils ont soif de Sa Présence. Et le recours aux drogues est une preuve de leur mal-être dans une société qui ne les reconnaît plus. C’est à nous, chrétiens et chrétiennes, de tendre la main aux blessés de l’existence. Sinon, qui le fera ? Qui ira vers tous ceux et celles qui souffrent avec pour seule arme, l’Amour ? Nous, Frères et Soeurs, avec l’aide de Notre Seigneur. Il nous faut prier sans relâche et demander à Christ d’avoir son regard. Un regard plein de compassion, de Tendresse et de fermeté. Nous ne pouvons pas continuer à gémir sur notre monde si, à notre échelle nous ne faisons rien. Ouvrons les bras vers ceux et celles qui n’attendent que nous pour se sortir de leurs écueils.

     

    Prions, ayons confiance en un Dieu d’Amour qui nous apportera discernement dans de telles situations. Oui, moi aussi, je rêve d’une église accueillant les plus pauvres et désespérés. Faisons ensemble de ce rêve une réalité et la Lumière brillera sur les endroits sombres de notre société. Ces endroits où l’église ne mettait jamais les pieds, par peur. L’avenir nous appartient, il sera ce que nous en ferons avec le soutien indéfectible de Dieu Amour.

     

    Dépasser les barrières qui détruisent nos relations.

     

    Nos relations sont détruites en grande partie par nos préjugés. Nous cataloguons mentalement les autres et en fonction de leurs caractéristiques, nous les acceptons ou les refusons. Certes, notre coeur est trop petit pour accepter tout le monde. Mais notre Volonté d’Amour doit être dictée par Dieu Seul. Parfois, même sans les mots, un sourire suffit pour éclairer une journée. C’est une façon de dire à l’autre, ta présence ne m’est pas indifférente. Nous devons toujours être brûlant d’Amour, de Tendresse et de Force, lorsque nous rencontrons et parlons à quelqu’un. Peu nous importe de savoir, de quel bord politique ou simplement quelle est sa morale. Nous devons en tant que chrétiens être du levain dans la pâte humaine. Nous sommes le sel de la terre et la lumière du monde, c’est Christ qui nous le dit !

     

    Nous ne devons point aller contre son enseignement ou alors, comment nous prétendre chrétiens ( nes ) ? Je sais, le plus terrifiant des poisons est la peur des autres. Mais, n’est-ce pas nos jugements envers la personne rencontrée qui engendre cette peur ? Malheureusement, je crois bien qu’il faut répondre par l’affirmatif. Que nous le voulions ou non, nous sommes Frères et Soeurs en Christ. Cette affirmation ne peut être contredite par aucun Témoin de Dieu-Amour.

     

    Il est dit dans la Bible que l’Amour détruit toutes craintes. Oui, Frères et Soeurs, comme disait François d’Assise, l’Amour n’est pas aimé !. Si nous aimons en vérité chaque être rencontré, la peur ne saurait nous habiter. Nos relations avec autrui s’en trouvent hautement grandies. Le secret ? Soyons vrais et affirmons nos convictions tout en respectant celles des autres. Et le dialogue s’instaurera au point que nous pourrons nous affirmer et corriger fraternellement l’autre, si nous ne sommes pas d’accord. Nous redire que les relations sont les fondements même de notre société. Nous existons et devons autoriser les autres à exister dans notre regard.

     

    La bonne oxygénation du monde passe par un commerce agréable avec autrui. Certes, il existe des personnes que nous préférons éviter car dans nos critères moraux, ils ne collent pas avec ce que nous sommes. De quel droit portons-nous un jugement sur autrui ?

     

    Nous en sommes tous et toutes là et moi peut-être plus que vous, quand on s’occupe de délinquants, la tendance à porter une étiquette est facile. Alors, la solution est d’entrer dans un silence intérieur pour rejoindre Dieu dans Son infini Amour pour Lui demander de transfigurer notre regard afin de l’emplir de Son Amour face à tout être rencontré. Oui, je rêve d’une église au service des plus pauvres et des laissés pour compte. Puisse Dieu me donner raison dans ce désir profond.

     

    Bruno LEROY.

    Source http://brunoleroyeducateur-ecrivain.hautetfort.com

    Autres dossiers

     

    « Homélie du 6ème dimanche de Pâques - 5 mai 2013Sens de ma vie (2 de 3) - Alice »

  • Commentaires

    7
    Alice Damay-Gouin
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 19:54

    Ce texte de Bruno me plaît et ne me plaît pas ! J'aime son optimisme et son dynamisme, Nous nous retrouvons dans notre foi en Christ et en l'Amour. Mais je n'aime pas le côté "donneur de leçon"  ("Nous devons ...prier beaucoup...") Nous avons peut-être des chemins différents (même pour prier)? Il me semble que , dans nos rencontres vers les autres, ... je pense à la rencontre avec la Samaritaine où Jésus ne dit pas tout de suite qui Il est. Il met la Samaritaine en valeur, Il lui rend sa dignité en lui montrant qu"elle peut faire quelque chose pour lui :"donne-moi à boire". Le christ nous invite peut-être à donner du temps au temps et surtout à découvrir les richesses de l'autre.Le Christ ne reproche pas mes péchés, il me dit"vas, ta foi t'as sauvé(e)". Lors de ses rencontres, Il s'émerveille de la foi du centurion, Il s'émerveille de la foi de la femme qui cherche à toucher son manteau...Jésus, donne-moi Tes Yeux, Ton regard pour m'apprendre à Te découvrir en l'autre, en tout(e) autre

    6
    Jean Michel Joffres
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 19:54

    Les maraudes sont les tournées, faites toujours à deux, destinées à rencontrer les personnes qui vivent dans la rue , les personnes prostituées, etc...pour leur apporter un peu d'espoir, une parole, une main serrée, un peu de nourriture, un café chaud, une couverture,et parfois, quand c'est la police ou le samu social qui les fait, les inviter à venir dormir au chaud...ce que certains refusent car ils ont peur de se faire voler les quelques  biens qui leur restent...

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    5
    Jean Michel Joffres
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 19:54

    Dans ma paroisse et dans la plupart des paroisses parisiennes il y a le mouvement "aux captifs, la libération" qui organise des maraudes, des petits déjeuners, avec possibilité de se laver et de recevoir son courrier, et des prières-rue.Ils sont très dévoués et très appréciés par les gens de la rue, les personnes  prostituées , les malheureux sans abri. Je pense que Bruno les connaît, et qu'il y a l'équivalent àu Canada. La Paroisse organise aussi des goûters-rencontres (conférences de Saint Vincent de Paul). Mais il est vrai qu'aux messes on ne voit pas beaucoup les gens de la rue...J Michel OFS

    4
    Struyven
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 19:54

    Lorsque l'on prend conscience de l'amour de compassion de Jésus-Christ pour nous, et de la tendresse de la sainte Vierge Marie pour ses enfants, il nous est impossible, dès lors, de ne pas avoir la même compassion que Jésus pour nos frères et soeurs de toute race, de toute philosophie ou religion. Recherchant indéfiniment la joie parfaite de l'harmonie. Nous avons tenu une banque alimentaire pendant 7 ans. Nous sommes tous partis de rien, sauf des sacrements et de la prière qui pour nous étaient la source nécessaire. Cependant, il y a un moment dans la vie où l'on doit prendre des décisions terriblement difficiles. On peut aimer la personne avec beaucoup d'amour vrai, se dire qu'ils ont soif de Dieu, je pense à la Samaritaine ou aux pharisiens qui étaient offusqués de voir Jésus s'attabler avec un pécheur ! Ou comme la femme adultère pardonnée et sauvée par Jésus nous renvoyant à nos propres lacunes, nos péchés. Mais il arrive un moment où certaines personnes vous prennent en grippe, simplement par le fait d'énoncer que l'on est croyant. On perd alors une si belle amitié. Parce que l'on est bien obligé de prendre position. Ils n'arrivent pas tous à comprendre que l'on peut rejeter un mode de vie néfaste, sans pour autant leur retirer notre amour, et que seul Dieu est juge. Cela entraine des drames parfois. Pour la femme adultère, oui, Jésus l'a sauvée, mais lui a quand même dit "va et ne pêche plus".

    Malheureusement tout n'est pas simple et je ne cesse de prier l'Esprit-Saint pour parler en charité, qu'Il me donne tous ses dons, surtout de discernement et de force car ces situations me sont très dures à supporter. Ce serait si facile de "laisser faire" et ne rien dire mais je ne m'en sens pas le droit étant croyante. Je ne peux donner caution au mal ! Cela me fait beaucoup souffrir car je sens que quelle que soit la façon de m'y prendre, c'est malgré tout souvent mal compris.

    Que Dieu nous vienne en aide dans des situations parfois pénibles et inextricables. Qu'Il me donne toujours la joie de porter son amour à tous ceux qui souffrent, de faim, de maladie, de déconsidération, psychiquement et sentimentalement. MERCI SEIGNEUR !

     

     

    3
    Mardi 30 Avril 2013 à 01:09

    Merci J-M

    2
    Lundi 29 Avril 2013 à 21:11

    Vois-tu J-M, ton commentaire me permets de savoir se qu'est des maraudes, dans ma petite ville d'environ 150,000 résidents il y a oui des banques alimentaire, des refuges et autres, mais je ne connaissait pas "des maraudes" merci!

    1
    Lundi 29 Avril 2013 à 17:32

    Merci Struyven pour ce partage

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :