• Fête des tentes 2017

    La Fête des Tentes revient encore cette année pour sa 15e édition!

    La Fête des Tentes est le grand rassemblement annuel de la Jeunesse Franciscaine! Depuis 2003, cet événement attire des jeunes adultes des quatre coins du Québec et même de l’Ontario.

    La Fête des Tentes, c’est une fin de semaine de ressourcement fraternel franciscain pour jeunes adultes entre 18 et 30 ans. On y vit la messe, des ateliers variés, une soirée d’adoration Eucharistique et un grand rassemblement autour d’un feu de camp. C’est un temps remplis de musique, de chants, de prières, de simplicité, de joie, de rires, de retrouvailles et d’amitiés naissantes. Tout ça dans la belle nature de l’Île d’Orléans!

    Si tu veux vivre l’expérience de la Fête des Tentes, il n’en tient qu’à toi! N’hésite pas à faire le saut! Aie confiance en Dieu, tu ne le regretteras pas!

    inscription-entete-2017

     

    source https://jeunessefranciscaine.net

    ------------------------------

    Articles récents- OFS-Sherb

    votre commentaire
  • «Aller à contre-courant» et «ne se laisser enchaîner par personne»

    La croix des JMJ © L'Osservatore Romano

    La Croix Des JMJ © L'Osservatore Romano

    Le cardinal Baldisseri encourage les jeunes à contempler la liberté de Jésus pour, a leur tour, « aller toujours à contre-courant » et « ne se laisser enchaîner par personne », rapporte L’Osservatore Romano en italien du 8 avril 2017.

    Le quotidien du Vaticna rapporte son homélie pendant la messe célébrée vendredi matin 7 avril, au collège romain Mater Ecclesiae, siège du congrès international « De Cracovie à Panama », et donne un écho du congrès

    Libres comme Jésus

    Aujourd’hui, de nombreux jeunes ne voient le Christ que « comme un homme ». Peut-être « exemplaire, extraordinaire, charismatique », peut-être même « un superman ou une superstar », mais « ils peinent à reconnaître » en lui le Fils de Dieu. C’est ce que constate le cardinal secrétaire général du synode des évêques, Lorenzo Baldisseri, qui invite les nouvelles générations de croyants à « ne pas renoncer à proclamer en Jésus le Sauveur du monde hier, aujourd’hui et toujours ».

    Au cours de la messe célébrée vendredi matin 7 avril, au collège romain Mater Ecclesiae, siège du congrès international « De Cracovie à Panama », le cardinal a souligné combien de nombreux jeunes déclarent dans les interviews qu’ils reconnaissent dans le « maître de Nazareth un ami, un héros de la non-violence, un prédicateur de paix et de pardon, et même le plus grand révolutionnaire de l’histoire ». Ceci confirme le fait que son histoire « continue d’interroger les nouvelles générations et qu’elles sont capables de mettre en lumière certains aspects de son mystère souvent laissés dans l’ombre par la prédication traditionnelle ». Et pourtant, a fait noter le cardinal, on observe une tendance à diminuer sa divinité. Ce qui, pour les chrétiens, équivaut à trahir « son message, pour lequel il n’a pas hésité à aller au-devant du refus et de la mort ». C’est pour cette raison, a-t-il poursuivi, que dans le thème du synode, on fait explicitement référence à la foi : « cette lumière intérieure qui, grâce à l’action de l’Esprit, permet de reconnaître en Jésus le Seigneur ».

    Dans son commentaire des lectures liturgiques, le cardinal s’est arrêté sur le thème de la liberté du Christ, qui « n’a pas peur du jugement d’autrui et ne se laisse pas intimider par les menaces. C’est peut-être aussi pour cela que beaucoup croient en lui, sans se laisser phagocyter par la pensée dominante ni influence par les faiseurs d’opinion de l’époque ». Parce qu’aujourd’hui, « s’il y a une valeur que les jeunes désirent plus que toute autre, c’est justement la liberté. Ils sont en effet « les premiers à réagir contre les régimes politiques oppressifs et contre toute limitation des libertés. À travers des initiatives audacieuses et originales qui, en peu de temps, impliquent de très nombreux adhérents – comme le sit-in, flashmob, tweetstorm – et attirent l’attention publique sur des thèmes de grande importance, démontrant une capacité d’organisation qui dépasser les barrières géographiques, raciales et culturelles ».

    Mais en même temps, les jeunes sont les premières victimes d’une pensée « homologante » qui pousse à assumer des comportements de masse, dictés par ceux dont l’intérêt est d’obtenir des avantages politiques ou économiques ».

    Voilà pourquoi, comme y a invité le célébrant, « l’exemple de Jésus, homme libre, doit encourager à aller toujours à contre-courant, à ne se laisser enchaîner par personne ». Certes, a-t-il averti, cela « ne signifie pas se rebeller contre tout et tout le monde, toujours et de toute façon, simplement par parti pris. Jésus n’est pas un simple contestataire, ni un subversif ni un violent ». En effet, a-t-il conclu, « sa fière opposition au mensonge, à la lâcheté, au compromis, culmine dans son obéissance désarmée au Père ».

    En marche vers le synode

    La célébration s’est déroulée dans le cadre d’une série d’interventions de présentation du document synodal, qui se sont articulés entre l’après-midi du jeudi 6 et celui du vendredi 7 : le démographe Alessandro Rosina s’est arrêté sur la première partie inhérente aux aspects sociaux. « On n’est pas jeune, a-t-il dit, de la même manière à toutes les époques ; l’expérience d’être jeune aujourd’hui est unique et doit être reconnue comme telle ». Le jésuite Jean-Paul Hernandez a, quant à lui, analysé les aspects vocationnels, tandis que le salésien Fabio Attard a abordé les aspects pastoraux.

    Jeudi 6 avril, après-midi, deux tables rondes ont eu lieu, avec les délégués venus à Rome sur l’invitation du Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie. Des Etats-Unis est arrivé l’invitation à présenter le document préparatoire de façon créative et avec les médias sociaux ; en France, le consensus pour le thème choisi a été unanime, dans la conviction que la synodalité est la forme de l’Église moderne ; aux Philippines, en mars, a eu lieu une rencontre nationale avec les responsables locaux de la pastorale des jeunes ; pour l’Église australienne, 2018 sera l’année des jeunes ; le Burundi présente de nombreux défis auxquels fait face une foi consciente, responsable et mûre. La Terre sainte ne compte que deux pour cent de catholiques, mais ceux-ci sont très actifs et engagés ; enfin en Colombie, terre elle aussi troublée, l’Église cherche d’offrir des réponses aux problèmes de la pauvreté, de la violence et de la sécularisation.

    Les participants se sont ensuite divisés en groupes de travail et la célébration de la messe les a réunis de nouveau pour conclure la journée, rappelant, comme l’a fait dans l’homélie le sous-secrétaire pour le synode, Mgr Fabio Fabene, que « la rencontre avec Jésus n’est pas le but, mais le point de départ pour faire de sa vie un don ».

    © Traduction de ZENIT, Constance Roques

    source ZENIT.org

    -----------------------------

    Articles récents- OFS-Sherb

    votre commentaire
  •  " Fais de ta vie une vocation."

    " Fais de ta vie une vocation."

    Chers amis,

     A Cracovie, lors de l’ouverture de la dernière Journée Mondiale de la Jeunesse, à plusieurs reprises le Pape François a demandé aux jeunes : « Peut-on changer les choses ? ». Et ils ont crié ensemble un retentissant «  oui ! ». Dans son annonce du futur Synode des Evêques sur le thème «  Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel » le Pape précise : «  Ce cri naît de votre cœur juvénile qui ne supporte pas l’injustice et ne peut se plier à la culture du déchet, ni céder à la globalisation de l’indifférence. Écoutez ce cri qui monte du plus profond de vous ! Même quand vous ressentez, comme le prophète Jérémie, l’inexpérience due à votre jeunesse, Dieu vous encourage à aller là où Il vous envoie: « N’aie aucune crainte […] car je suis avec toi pour te délivrer » (Jr 1, 8).

    Que nous soyons nous-mêmes l’un de ces jeunes, ou que nous les regardions avec la richesse d’une expérience accumulée par les années, le Pape demande ce mois-ci le soutien de notre prière « pour que les jeunes  sachent répondre généreusement à leur vocation en envisageant, aussi, la possibilité de se consacrer au Seigneur dans le sacerdoce ou la vie consacrée. »

    « N’ayez pas peur d’écouter l’Esprit qui vous suggère des choix audacieux, ne temporisez pas quand la conscience vous demande d’oser pour suivre le Maître » poursuit-il. C’est ce dont témoigne Sophie lorsqu’elle relit pour nous son chemin de vie religieuse et nous déclare : « Je souhaite à chacun de ne pas, de ne plus avoir peur de Dieu, lui qui souhaite notre bonheur. » En écho à cet engagement radical, Julien et Cécile se retournent aussi, pour nous,  sur ce qui a fondé leur amour : leur mariage.

    Pour autant, ce discernement ne va pas de soi et  les jeunes eux-mêmes interpellent : « Nous avons tous été ébranlés quand nous avons commencé à travailler. Le champ des possibles est immense et il faut se résoudre à n’en vivre qu’un. Certains en ont même déraillé » témoigne ainsi Jonathan, 25 ans . Nous pourrons lire en réponse, les pistes proposées par Daniel Régent, jésuite dans un itinéraire spirituel : «  Certains peuvent penser que la vocation s’attrape par hasard, comme une maladie. Moi je t’invite à te disposer intérieurement pour faire de ta vie une réponse à l’appel que tu auras reçu. Là est la chance de nos vies, quand elles s’ouvrent à la dimension du monde.» 

    Alors que nous vivons ce mois-ci la grande fête de Pâques, que nous contemplons  Celui qui a accompli pleinement sa vocation et la volonté de Dieu, prions à la demande du Pape et avec lui afin « d’aider nos jeunes pour qu’ils ne se laissent pas décevoir devant nos immaturités». Que notre prière et les actes que nous posons dans nos vies familiales, professionnelles, culturelles  les stimulent pour « qu’ils soient capables de rêver et de lutter pour leurs rêves. Capables de grandir et de devenir pères et mères de notre peuple ». (Homélie du 31 décembre 2016)

     

    Mariette Jacquet
    Membre du Conseil International Pope’s Worldwide Prayer Network

    source https://www.prieraucoeurdumonde.net

    ----------------------------

    Articles récents- OFS-Sherb

    votre commentaire
  • Sortie raquette 2017

    sortieraquettearchivesboutton

     La fin de semaine SORTIE RAQUETTE revient cette année!

    Une sortie pour :
    – Prendre l’air
    – Voir de la belle nature
    – Rencontrer des personnes sympathiques
    – Se dépasser physiquement
    – Se ressourcer spirituellement
    – Avoir du fun!

    Les inscriptions sont ouvertes!
    Dépêche-toi, les places sont limitées!

        Sur le même thème


    votre commentaire
  • CapMissio - école de la Bonne Nouvelle ?

    VIDÉO - CapMissio - école de la Bonne Nouvelle ?

    Si la miséricorde est bien installée en nous, elle nous poussera toujours plus au-dehors, à sortir de notre confort, de notre église et aller à la périphérie ! Parmi les œuvres de miséricorde spirituelles, deux retiennent mon attention car elles sont directement liées à l’esprit missionnaire que nous essayons de développer à CapMissio : « instruire les ignorants », et « exhorter les pécheurs » ! Les étudiants de CapMissio prennent un an de formation pour être capable de donner des réponses aux jeunes qui sont en recherche, et ils cheminent dans la conversion personnelle en essayant d’entraîner d’autres jeunes à la suite du Christ ! Merci à tous ceux qui soutiennent ces jeunes afin qu’ils deviennent « des apôtres de la Miséricorde » !

     Père René-Luc

    Source http://www.capmissio.com/

    -----------------------

    Les nouveautés - OFS-Sherb

    votre commentaire
  • CAPMISSIO NEWS 

    Octobre 2016

    CapMissio - Une initiative qui pourrait se propager ?

    PROMO CAPMISSIO 2016

     Une nouvelle année à CapMissio au service de la jeunesse !

     Voilà déjà trois ans que le projet de CapMissio est lancé sur le diocèse de Montpellier.

    L’intuition est simple et répond à un double besoin : celui des jeunes et celui de l’Eglise. Commençons par le besoin des jeunes :  beaucoup d’étudiants se sentent démunis pour répondre de leur foi. En soirée, avec des amis, ils sont souvent confrontés à des questions et se trouvent en manque d’arguments. Comme beaucoup de jeunes de cette génération, leur cœur est solidement attaché au Christ, mais ils manquent de formation. D’un autre côté, nous avons le besoin de l’Eglise. C’est un secret pour personne que l’Eglise peine à rejoindre le monde de la jeunesse. Le Pape Jean-Paul II répétait souvent que « les meilleurs apôtres des jeunes sont les jeunes eux-mêmes ». Le problème, c’est que L’Eglise manque de jeunes formés et surtout disponibles ! CapMissio répond à ce double besoin : elle permet à des jeunes de prendre une année de césure pour recevoir une formation solide et elle les envoie en mission pendant toute l’année, en particulier auprès des autres jeunes !

     

    Les particularités de CapMissio sont d’être une école insérée dans une pastorale diocésaine et étudiante et d’avoir une formation diplômante (diplôme du CUGG (Centre Universitaire Guilhem de Gellone). C’est la première école de ce type en France.

     

    A la rentrée 2015, nous avons accueilli la première promo de CapMissio. Ils ont effectué une cinquantaine de missions diverses et variées. Plusieurs missions auprès des jeunes : en milieu scolaire dans plusieurs collèges, lycées et aumôneries dans le diocèse.  Ils ont participé activement à tous les temps forts de la Pastorale étudiante du diocèse. Ils ont effectué aussi des missions de solidarité : auprès des SDF par des maraudes régulières, du soutien scolaire dans les camps de Roms et des visites auprès des enfants dans les hôpitaux. Sur les huit jeunes engagés dans cette première promo, deux sont entrés au séminaire.

     

    Merci à tous ceux qui nous soutiennent dans cette belle aventure, nous confions cette nouvelle année à vos prières pour que les jeunes de CapMissio puissent répondre pleinement à l’appel du pape Jean-Paul II : « Pour chaque nouvelle génération il faut des apôtres nouveaux. Et voici que naît pour vous une mission spéciale : vous, les jeunes, vous êtes les premiers apôtres et évangélisateurs du monde de la jeunesse » Compostelle 1989

     

    Père René-Luc


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique