• L'Ancien Testament, on ne saurait s'en passer - Interbible

    L'Ancien Testament, on ne saurait s'en passer

    Lampe.gifEn annonçant que la nouvelle chronique Exploration allait principalement vous conduire sur des chemins souvent inexplorés de l’Ancien Testament, vos réactions ont peut-être été partagées entre la déception et la satisfaction. Déception parce que, comme le pensent beaucoup de catholiques, l’Ancien Testament n’a plus sa raison d’être à cause de Jésus Christ; satisfaction parce que des brèches allaient enfin être percées dans le mur de méconnaissance qui entoure ce monument imposant de la Bible. Est-il encore nécessaire de lire l’Ancien Testament? La réponse est oui.

    Le quartier historique de la Bible

        Je comparerais l’Ancien Testament au quartier historique de certaines grandes villes. Pensons au Vieux-Québec ou au Vieux-Montréal où il fait bon circuler dans les rues étroites, flâner sur les petites places, admirer l’architecture des vieilles maisons. Qui est allé en Terre sainte aura été saisi par la vieille ville de Jérusalem où la vie est loin de s’être arrêtée. Ces quartiers historiques sont importants car ils rappellent les origines de la cité actuelle; ils nous permettent de relire notre histoire et de reprendre contact avec nos racines. Ainsi en est-il de l’Ancien Testament qui témoigne de la longue histoire de l’alliance de Dieu avec l’humanité, alliance qu’il a amorcée en choisissant le peuple d’Israël comme premier partenaire et qu’il a renouvelée en Jésus Christ en faveur de toutes les familles de la terre.

        Dans la Constitution dogmatique sur la révélation divine (Dei Verbum), les Pères du Concile Vatican II s’exprimaient ainsi :

        « Le Dieu très aimant, envisageant et préparant avec soin le salut du genre humain tout entier, s'est choisi, selon un plan tout particulier, un peuple auquel il confierait ses promesses. Ayant en effet conclu une alliance avec Abraham, puis par l'intermédiaire de Moïse avec le peuple d'Israël, il s'est révélé de telle manière par des paroles et par des actions comme le Dieu unique, vrai et vivant, au peuple qu'il s'était acquis, qu'Israël connût par expérience quels étaient les cheminements de Dieu avec les hommes, et que, Dieu lui-même parlant par la bouche des Prophètes, il les comprenait de jour en jour plus profondément et plus clairement, et les faisait connaître plus largement parmi les nations.

        « L'économie du salut annoncée, racontée et expliquée par les auteurs sacrés, apparaît comme vraie parole de Dieu dans les livres de l'Ancien Testament ; aussi ces livres divinement inspirés gardent-ils une valeur perpétuelle : En effet tout ce qui a été écrit, le fut pour notre instruction, afin que la constance et la consolation que donnent les Écritures nous procurent l'espérance(Romains 15, 4). » (Dei Verbum no 14)

        Parler de l’Ancien Testament comme du quartier historique de la Bible ne signifie pas pour autant qu’on doive le considérer comme une antiquité. Le mot « Ancien » prête à confusion car il fait penser à quelque chose de vieux, tout comme le mot « Testament » qui fait référence aux dernières volontés de quelqu’un. On rencontre de plus en plus souvent les expressions « Premier Testament » et « Première Alliance ». Cette dernière a le mérite de bien traduire le mot grec diathèkè (« alliance ») d’une part, et d’autre part de mieux faire voir que nous sommes les partenaires de l’alliance que Dieu a offerte en tout premier lieu à Israël, et qu’il a étendue à l’humanité entière lorsqu’il l’a renouvelée en Jésus Christ. Notre Nouveau Testament devient alors le livre de la Nouvelle Alliance.

        « L'économie de l'Ancien Testament était organisée par-dessus tout pour préparer la venue du Christ Rédempteur de tous et du Règne messianique, pour l'annoncer prophétiquement et la présager par diverses figures. Les livres de l'Ancien Testament présentent à tous, selon la situation du genre humain avant le salut apporté par le Christ, une connaissance de Dieu et de l'homme et des méthodes dont Dieu, qui est juste et miséricordieux, agit avec les hommes.

        Ces livres, bien qu'ils contiennent des choses imparfaites et provisoires, montrent pourtant la vraie pédagogie divine. Aussi ces mêmes livres, qui expriment un sens vivant de Dieu, dans lesquels sont dissimulés des enseignements élevés sur Dieu, une sagesse profitable sur la vie des hommes et de magnifiques trésors de prières, dans lesquels enfin est caché le mystère de notre salut, doivent être reçus avec piété par les chrétiens ». (Dei Verbum no 15)

        Bien qu’il nous arrive parfois de constater l’existence d’un fossé culturel avec l’univers de la Première Alliance, nous n’avons pas à nous sentir comme des étrangers. De même que nous essayons de nous imaginer le mode de vie de nos ancêtres quand nous circulons dans les vieux quartiers de nos villes, il peut en être ainsi quand nous plongeons dans la société ancienne des temps bibliques. Il y a tout un monde à découvrir.  

     

    Yves-Guillemette-ptre.png

    Yves Guillemette prêtre

    Source: Le Feuillet biblique, no 2195. Toute reproduction de ce commentaire, à des fins autres que personnelles, est interdite sans l'autorisation du Centre biblique de Montréal

    Source www.interbible.org

    Autres articles de Interbible déjà publiés

    « La préparation des JMJ de Madrid est lancée - La CroixBenoît XVI confirme le dialogue judéo-chrétien – La Croix »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :