• La foi et la rencontre du Christ (12/20) - InterBible

    La foi et la rencontre du Christ (12/20)

    Pierre : la profession d'amour du pasteur  
    (Jean 21, 15-19)

    Notre troisième tableau illustrant la foi de Pierre et son expérience de la rencontre de Jésus Christ est tiré de l’Évangile selon saint Jean (21, 15-19). Ce n’est pas le lieu de nous attarder à la critique des sources de ce passage. Mentionnons brièvement que le chapitre 21 fait figure d’appendice à un évangile dûment conclu au chapitre 20, 30-31. Cet appendice aurait été rédigé par des disciples de l’évangéliste et refléterait sans doute l’intégration, au sein de la grande Église fondée sur la foi de Pierre, des communautés johanniques qui ont choisi de demeurer fidèles à la tradition apostolique, après avoir traversé de graves crises doctrinales. On trouve un aperçu de cette crise dans les trois lettres de Jean.

    15 Quand ils eurent déjeuné, Jésus dit à Simon-Pierre : “ Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment (agapas), plus que ceux-ci ? ” Il lui répond : “ Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime (philô). ” Jésus lui dit : “ Sois le berger de mes agneaux. ”
    16 Il lui dit une deuxième fois : “ Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment (agapas) ? ”
    Il lui répond : “Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime (philô). ” Jésus lui dit : “ Sois le pasteur de mes brebis. ”
    17Il lui dit, pour la troisième fois : “ Simon, fils de Jean, m’aimes-tu (philei) ? ” Pierre fut peiné parce que, pour la troisième fois, Jésus lui demandait : “M’aimes-tu ? ” Il lui répond: “ Seigneur, toi, tu sais tout : tu sais bien que je t’aime (philô). ”
    Jésus lui dit : “ Sois le berger de mes brebis. 18 Amen, amen, je te le dis : quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture toi-même pour aller là où tu voulais ; quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et c’est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t’emmener là où tu ne voudrais pas aller. ”19 Jésus disait cela pour signifier par quel genre de mort Pierre rendrait gloire à Dieu. Sur ces mots, il lui dit : “ Suis-moi. ”

         La seconde scène du chapitre 21 de Jean rapporte un dialogue du Ressuscité avec Pierre; on donne souvent à cette scène le titre de la primauté de Pierre (vv. 15-23). La triple question de Jésus sur l’amour rappelle le triple reniement de Pierre. On peut y voir un genre de réhabilitation. On ne peut douter de la foi de Pierre, même si l’évangéliste ne le place pas sur le devant de la scène. L’évangile de Jean est foncièrement christologique : Jésus est le Verbe de Dieu, le Fils unique, le don que Dieu fait au monde à cause de son grand amour pour l’humanité. Comme tous les autres disciples, Pierre est invité à croire en Jésus, à lui confier sa vie; ce qu’il exprime dans une profession de foi à la suite du discours sur le pain de vie : «À qui irions-nous, tu as les paroles de la vie».

         En plus de sa foi, Pierre doit confesser son amour pour Jésus, le Fils de Dieu. Une fois cet amour bien affirmé, Pierre se voit confier les brebis (les croyants) qui appartiennent au troupeau (la communauté) du Ressuscité. L’arrière fond de ce dialogue est l’allégorie du bon pasteur (Jn 10, 1-18). Jésus délègue un pouvoir pastoral à Pierre, qui devra l’exercer avec humilité et esprit de service, à la manière du bon pasteur : Je suis le bon pasteur. Le vrai berger donne sa vie pour ses brebis (Jn 10, 11). Dans l’esprit de l’évangéliste Jean, le pasteur Pierre se voit remettre une double mission de gardien: garder et affermir ses frères dans la foi en Jésus, le Christ et le Fils de Dieu, et garder la communauté des disciples dans l’amour fraternel, au nom même de la vérité de cette foi : Voici comment Dieu a manifesté son amour parmi nous : Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde pour que nous vivions par lui. Voici à quoi se reconnaît l’amour : ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, c’est lui qui nous a aimés, et il a envoyé son Fils qui est la victime offerte pour nos péchés. Mes bien-aimés, puisque Dieu nous a tant aimés, nous devons aussi nous aimer les uns les autres (1 Jean 4, 9-11).

     

    Yves Guillemette, ptre

     source www.interbible.org

    Autres dossiers

    « Homélie de la Pentecôte - 19 mai 2013Souvent j'entends cette lancinante question - Bruno »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :