• La paix - Spiritualité franciscaine pour aujourd'hui - Croire et Suzanne

    La paix - Spiritualité franciscaine pour aujourd'hui

    Découvrez la véritable paix, celle de l'âme, avec Suzanne Giuseppi-Testut

     

    Homme et femme de paix, Claire et François d'Assise le sont par tout leur être et leur vie. Les prescriptions de leurs Règles respectives ont un seul but : préserver un climat de paix entre les soeurs et les frères. Comment s'inspirer de leur exemple pour construire aujourd'hui, dans nos vies, des chemins de paix ?

     

    Selon François et Claire, toutes les attitudes de supériorité sont à rejeter. Nous ne devons pas nous élever par rapport à nos semblables, mais plutôt cultiver l'humilité pour éviter les dissensions.

    « Je conseille, j’avertis et j’exhorte mes frères dans le Seigneur Jésus-Christ : quand ils vont par le monde, qu’ils ne se disputent pas, qu’ils ne se querellent pas en paroles et qu’ils ne jugent pas les autres ; mais qu’ils soient doux, pacifiques et modestes, aimables et humbles parlant honnêtement à tous comme il convient.[…] En quelque maison qu’ils entrent, qu’ils disent d’abord : Paix à cette maison.»
    François d’Assise 2Reg III, 10-13

    « Qu’elles [les sœurs] soient au contraire toujours attentives à garder entre elles l’unité de l’amour mutuel qui est le lien de la perfection. »
    Règle de Claire 9, 5

    Les facultés spirituelles, véritables puissances de l'âme

    Nous ne savons plus faire usage des facultés spirituelles, véritables puissances de l’âme, que Dieu a déposées en l’homme dès sa création : la "puissance désirante", donnée pour désirer Dieu, tendre et s’élever vers lui et s’unir à lui ; la "puissance irascible", donnée comme une force de détermination, de rassemblement de l’énergie à appliquer en un seul point, Dieu, afin de lutter pour lui et avec lui ; la "puissance raisonnable", donnée pour sortir de nos obstinations intérieures et de nos certitudes, pour élargir notre vision, purifier nos pensées et ainsi, nous libérer des ténèbres de l’ignorance. Détournées de leur objet, les puissances de l’âme, au lieu d’être des moteurs d’accomplissement et d’élévation, deviennent puissances d’ensevelissement et de souffrance. C’est ainsi que nous ouvrons la porte au « monde des passions ». Par exemple : déçus, prisonniers de nos connivences ou de nos résistances, nous laissons la tristesse nous envahir. De la tristesse à la colère, il n’y a qu’un pas. Ou bien, emportés par l’orgueil, nous pouvons aller jusqu’à rabaisser notre prochain et à le regarder de haut. Or, il y a une sorte de tolérance qui masque ces passions et nous rend aveugles. Il faut parfois qu’elles atteignent une très grande intensité pour que nous puissions en prendre conscience. Nous avons ainsi l’illusion d’être en paix alors que nous sommes en guerre, contre nous-mêmes, contre les autres et même contre Dieu.

    Comment dans ces conditions prétendre être artisan de paix ?

    Quelle paix recherchons-nous ? Voulons-nous "avoir la paix" ? Voulons-nous "être en paix" ? Vouloir "avoir la paix" à tout prix dans le quotidien nous entraîne parfois dans des attitudes illusoires. Comme par exemple compter sur le changement ou l’amélioration de l’autre, sur son silence ou sa soumission. La paix à ce prix ne sera jamais au mieux que provisoire et, de toute façon, insatisfaisante. Tant que nous concevrons la paix d’abord comme un bien-être, comme un bonheur terrestre ou le fruit de la justice, nous serons déçus. Il ne suffit pas d’avoir la paix pour être en paix. C’est ainsi que la paix s’impose comme un bien spirituel.

    Que faire pour "être en paix" ?

     Se réconcilier avec Dieu et "faire la paix". L’écouter, méditer l’Evangile et voir par le cœur. S’attacher librement au Christ, déposer son fardeau et, sous sa conduite, nous exercer à l’amour. Aspirer à réaliser la Béatitude "Bienheureux ceux qui font œuvre de paix" (Matthieu 5, 9). Accueillir la tendresse du Christ. S’ouvrir à la bonté, à la patience, à la compréhension, à la sollicitude, à la miséricorde. Mais aussi, intégrer la totalité de notre humanité, y compris toutes nos zones d’ombre pour en faire humblement un chemin vers Dieu. Cette attitude nous aidera à devenir plus humain, à ne pas couper les liens et à nous avancer vers l’autre. A maintenir l’esprit de fraternité en dépit de toutes les ruptures.
    « Etre en paix », c’est expérimenter par la grâce de l’Esprit, la présence du Christ et ressentir sa paix dans nos cœurs. Paix qui surpasse toute intelligence, subsiste dans les tribulations et rayonne dans nos rapports avec les hommes.

    Source http://www.croire.com

     

     

    Autres dossiers

     

     

    « Je ne crois pas que le rôle de la religion soit de nous culpabiliser - BrunoPartage de la Parole - 5è Dimanche du Carême Suzanne »

  • Commentaires

    2
    christine PEIFFER
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 20:28

    Bonjour,

    je viens tout juste d'achever le remarquable ouvrage de Mme TESTUT "les mouvements intérieurs de l'âme". 

    Je me sens toute chose ... presque triste de l'avoir déjà fini et en même temps, si riche de l'avoir lu, tout en sachant que je vais y revenir afin d'approfondir des thèmes de réflexions et de travail personnel. (mon cahier est couvert de notes !!!)

    Cette somme d'informations passionnantes succède au désir que je nourrissais de travailler sur moi même pour avancer sur mon humble chemin de vie. 

    Je suis une nouvelle "convertie" d'il y a un an 1/2 et je dévore tous les livres possibles qui aident à se mieux connaitre. La voie des Pères du Désert est tellement source de lumières. Jamais je n'aurais imaginé de manière si minutieuse, l'origine et la finalité de toutes nos passions. C'est une vraie découverte, à 52 ans. Je vais enfin pouvoir progresser en comprenant ce que je lis !!! sourires. Je remercie infiniment Mme Testut d'avoir utilisé une telle pédagogie pour rendre simple à comprendre par le profane les vertus et passions. 

    Encore une petite remarque pour conclure. Vous évoquez les conseillers spirituels. Je dois vous avouer que j'ai déjà tenté de joindre de belles âmes pour se faire et qu'elles sont débordées par leurs charges. La plupart étant déjà professeurs et conférenciers, écrivains et aussi retraités très très actifs. Si vous aviez quelques conseils à me donner pour ce faire, je les prendrai avec une grande joie.

    Bien fraternellement en l'amour de Christ

    et merci encore pour votre remarquable travail

    Christine

    1
    Samedi 12 Mai 2012 à 17:17

    Bien chère Christine merci, je transmet à Suzanne votre commentaire et peut-être aura t-elle des suggestions, ou habitez-vous (Canada - France - autre, avec plus de détails mais en message perso) ICI

    Bonne journée

    Paix et Joie

    Richard

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :