• La vie est source d'émerveillement et de poésie - Bruno

    La vie est source d'émerveillement et de poésie.

    bebe2.jpg

    Quand on va dans les rues ou les magasins, quand on prend le train, l'autobus ou le métro, on ne voit presque partout que des visages ternes, tristes, crispés, fermés, révoltés. Eh bien, ce n'est pas un beau spectacle !

     

    Et même si on n'a aucune raison d'être triste ou malheureux, en passant par là on est désagréablement influencé: on rentre chez soi avec un malaise qu'on communique à toute sa famille. Voilà la vie déplorable que les humains sont continuellement en train de se créer mutuellement. Pourquoi ne font-ils pas l'effort de présenter partout un visage ouvert, souriant, lumineux?

     

    Ils ne savent pas comment vivre cette vie poétique grâce à laquelle ils seront émerveillés les uns des autres. La véritable poésie n'est pas dans la littérature, la véritable poésie est une qualité de la vie intérieure. Tout le monde aime la peinture, la musique, la danse, la sculpture, les arts, alors pourquoi ne pas mettre sa vie intérieure en harmonie avec ces couleurs, ces rythmes, ces formes, ces mélodies ?

     

    C'est la poésie que l'on aime chez les êtres et que l'on cherche chez eux: quelque chose de léger, de lumineux, que l'on a besoin de regarder, de sentir, de respirer, quelque chose qui apaise, qui harmonise, qui inspire. Mais combien de gens, qui n'ont pas encore compris cela, vivent sans jamais se préoccuper de l'impression pénible qu'ils produisent sur les autres. Ils sont là, désagréables, bougons, les lèvres serrées, les sourcis froncés, le regard soupconneux, et même s'ils essaient d'améliorer leur apparence extérieure par toutes sortes de trucs, leur vie intérieure prosaïque, ordinaire, ne cesse de transparaître.

     

    Alors, désormais, cessez d'abandonner la poésie aux poètes qui l'écrivent. C'est la vie que vous menez qui doit être poétique. Eh oui, l'art nouveau, c'est d'apprendre à créer et à répandre la poésie autour de soi, à être chaleureux, expressif, lumineux, vivant !

     

    Bruno LEROY.

    source http://brunoleroyeducateur-ecrivain.hautetfort.com/

    Autres dossiers

    « Le conclave débutera mardi - La Presse et ZenitEntretiens AUDIOS avec Suzanne Giuseppi Testut pour le Carême 2013 - (5e entr. 2 de 3) »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 3 Mai 2013 à 16:17

    bravo à ce magnifique blogue

    de l'ordre des franciscains de Sherbrooke))))

    Comme le 2 maI 2013,
    la ville de Sherbrooke
    recevait le grand conteur international Simon Gauthier
    au lancement du concours québécois en entreprenariat,

    Puis-je me permettre
    de vous partager
    DES NOUVELLES
    DU CONTEUR INTERNATIONAL SIMON GAUTHIER
    ET DE SON SPECTACLE « LE VAGABOND CELESTE »
    PRESENTÉ EN EUROPE ?

    ———-

    courriel du
    1ER MARS 2013

    Allo Pierrot, je suis en France.
    Je rentre demain au Québec.

    Il fait froid et humide partout, même dans les lieux publics.
    Il fait gris et un brin de soleil redonnerait du tonus à tout le monde !

    Je voulais te dire que j’ai raconté (ou plutôt) « le vagabond céleste » est passé et a été entendu à Quévin (près de Lorient en Bretagne)
    Il a été entendu à la prison de Béthune (Nord de la France) et pas un prisonnier ne s’est levé durant le spectacle (comme il est de coutume) les gardiens mon dit que c’est la première fois qu’ils voyaient ça !)et le Vagabond a passé à Lille avec son et éclairage, 3 rappels!
    Les gens sont restés longtemps et plusieurs larmes d’espoir brillaient dans le noir.

    Plusieurs messages me sont parvenus pour te dire merci !
    Merci !
    Merci !
    ++++

    Autrement la tournée me rentre dans le corps. Un bon brin de fatigue et de grippe à la gorge.
    De bonnes tisanes et des amis pour guérir

    +++

    J’espère que tu vas bien et que ton travail de vulgarisateur âme, société, gens et pays oeuvre d’art va bien !

    On se voit sous-peu en mars, si la vie le veut ! pour aller plus loin !

    Bonne journée
    Simon :+)

    —–
    REPONSE DE PIERROT
    A SIMON GAUTHIER
    CONTEUR INTERNATIONAL DU QUEBEC

    Cher Simon

    Je te prédis un succès international parce que tu es un poète-passeur :Bravo Simon, longue vie à ta vie d’artiste
    et de conteur international.

    Pierrot
    vagabond des mots

    www.reveursequitables.com
    www.enracontantpierrot.blogspot.com

    www.demers.qc.ca
    chansons de pierrot
    paroles et musique

    sur youtube,
    Simon Gauthier, conteur,
    video vagabond celeste,

    merci

    pierrot
    vagabond des mots et des routes

    ——————-

    QUI EST SIMON GAUTHIER
    CONTEUR INTERNATIONAL
    DU QUEBEC ?

    Simon Gauthier est arrivé au conte comme on tombe amoureux, avec fougue et passion. Depuis plus de douze années, il captive tous les publics par son imaginaire débridé, son énergie incandescente et sa sensibilité de poète.

    Natif de Sept-Îles, diplômé de l’UQAM en animation et recherche culturelle, Simon Gauthier est conteur professionnel depuis 1998. C’est après avoir vu le conteur Michel Faubert en spectacle, en 1997, que Simon a eu la piqûre pour ce métier. On peut dire que cette soirée de contes a été un point tournant dans sa vie professionnelle ; en effet, le lendemain de cette veillée mémorable, Simon s’est littéralement plongé dans la littérature de contes et a ainsi dévoré toute la section « conte » de la bibliothèque de l’UQAM, que ce soit les contes traditionnels du Québec ou ceux d’autres traditions. Cette nouvelle passion poussa Simon à se lancer impétueusement dans une aventure qui sera sa première tournée de conteur et qui le fera voyager sur toute la rive nord et la côte Nord du Saint-Laurent, de Québec à Natashquan. Année marquante pour Simon Gauthier tout autant que pour les habitants de Natashquan, puisque c’était l’année même de l’ouverture du dernier tronçon de la route 138, de Havre-Saint-Pierre à Natashquan !!! En cet été 1997, Simon donnera donc quarante-deux spectacles, dont six à Tadoussac, au Café du Fjord, endroit mythique où s’étaient déjà produits Richard Séguin, Richard Desjardins, Claude Dubois et autres Fred Fortin de la chanson québécoise.

    Dès l’été suivant, en 1998, Simon entreprendra une série de quelques dizaines de représentations de spectacles de contes qui auront lieu à la salle du CIMM (Centre d’Interprétation des Mammifères marins) à Tadoussac. Jusqu’à l’été 2003, Simon passera ainsi ses étés à Tadoussac et fera quelques dizaines de prestations, de fin juin à début septembre, soit durant la haute saison touristique.

    En 2000, Simon a fondé un festival de contes à Tadoussac, Conteurs en Rafale, festival dont il assura l’organisation et la direction artistique jusqu’en 2004.

    Depuis 2004, bon an mal an, Simon effectue de trois à cinq tournées en France, d’une durée moyenne de deux à trois semaines chacune, présentant ses spectacles aussi bien dans des festivals qu’en salles ou en milieu scolaire. Il a aussi conté en Belgique, en Suisse, aux Pays-Bas, au Burkina Faso, en Tunisie et au Maroc. Bien sûr, il se produit régulièrement au Québec et a aussi conté en Ontario et en Nouvelle-Écosse.

    Simon Gauthier est un conteur établi et reconnu, tant par ses pairs que par le public, autant au Québec qu’en France. Un conteur phare nommé Auteur Nord-Côtier de l’année (Salon du livre de la Côte-Nord 2002) et récipiendaire du titre d’ambassadeur de la Côte-Nord (Les Grands Prix du tourisme québécois 2001).

    Le vagabond céleste – Durée 1h10 – Public visé à partir de 12 ans

    Simon Gauthier raconte l’abandon, l’abondance et le succès d’un homme qui avait tout pour être heureux. Mais un soir, il décille. Pierrot rêve de tout changer ; il troque sa maison contre une paire de bottes, pour aller plus loin dans sa vie.
    Depuis, il marche le Québec. Réel, intense et actuel, Pierrot le vagabond enlumine la conscience des gens qu’il croise. Le rencontrer, c’est recevoir un grand souffle de poésie qui nous étreint, comme des bras chauds venus nous réconforter durant une nuit d’hiver, sans abri. Du bonheur à travers le froid. Un récit émouvant porteur d’avenir.

    Textes : Simon Gauthier. Direction artistique : Daniel Gaudet

    JOURNAL LE REFLET DE TADOUSSAC
    VOLUME 7, NUMERO 34
    MERCREDI 29 AOUT 2012

    CRITIQUE

    DÉDÉTORIAL
    LE VAGABOND CELESTE DE SIMON GAUTHIER

    Bien fatigué, j’y suis allé avec la peur de m’endormir. Finalement je voulais que ce récit ne puisse finir afin de ne pouvoir partir pour continuer mes rêves.
    Quelle prestation! C’est l’histoire inspirée d’un personnage qui est passé par Tadoussac et que plusieurs ont eu la chance de côtoyer. Dans un premier temps il a séjourné trois semaines à l’Eau Berge puis il est revenu pour repartir sur la route deses rêves. C’était un petit «grand homme» à chapeau, barbe blanche et guitare en bandoulière qui composait des chansons sur les gens rêveurs essayant de réaliser leurs rêves. Plusieurs personnages de Tadoussac ont noirci son cahier.
    Son Histoire remonte à plusieurs années alors qu’il était bien installé dans le nord de Mtl plus précisément à Val David. Là-bas, il avait tout pour être heureux, maison, femme, famille et argent……
    Un matin il s’est levé pour annoncer autour de lui qu’il laissait tout et partait sans le sou, vivre ses rêves. On a cru à un coup de déprime, on a tenté de le retenir mais devant ses arguments on a fini par le comprendre et lui souhaiter bonne chance dans son rêve. Pendant 5 ans il a fait les quatre coins du Québec sans rien demander à personne. Les hasards de la vie le guidaient au quotidien. Il attendait qu’on lui offre une «raye» pour avancer, sinon il marchait inlassablement.
    Jamais il n’a demandé à manger ou coucher, c’était… quand on l’invitait !
    Simon Gauthier l’a rencontré par le biais de Richard Fontaine qui lui aussi à sa façon, vagabondait ici et là avec ses pinceaux comme compagnons de route.
    Depuis, selon Simon ce «Vagabond Céleste» a balancé sa guitare à la rue pour s’installer dans une petite chambre dénudée près de l’Oratoire St-Joseph, et il parcourt les bibliothèques. A cette date il a à son actif une maîtrise et plusieurs doctorats en poche sur le rêve.
    Son nom est Pierrot (mais lequel ?). Un monument existe encore en son honneur, rue St-Paul dans le bas le la ville de Mtl.
    Fondateur des Deux

    2
    Vendredi 3 Mai 2013 à 16:26

    Merci Pierrot, es-tu de Sherbrooke ?

    3
    Struyven
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 19:59

    Ce n'est pas facile tous les jours car ce bonheur d'être chrétien on le porte au fond de soi, mais des épreuves très dures ne permettent pas toujours de sourire. C'est bizarre car hier soir après mes prières, j'ai justement parlé de la joie des chrétiens, de se savoir aimé de Dieu.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :