• La ville d'As-Salt en Jordanie entre au patrimoine mondial de l'Unesco - VA

    La ville d'As-Salt en Jordanie entre au patrimoine mondial de l'Unesco

    As-Salt, un site hors-temps en Jordanie, est entré fin juillet sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Le père Rifaat Bader, directeur du Centre catholique pour les études et les médias en Jordanie, salue «le modèle de coexistence», développée au cours des décennies dans cette ville.
     

    Vatican News

    «Un lieu de tolérance et d'hospitalité urbaine», c’est ainsi que l’organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture, définit la ville d’As-Salt, au nord-ouest de Amman la capitale Jordanienne, entrée au patrimoine de l’Unesco fin juillet. As-Salt est le sixième lieu de Jordanie à bénéficier de ce label.

    Connue sous le nom de Gadara dans l'Antiquité, As-Salt a pris son nom actuel au Moyen Âge et est le siège de la première paroisse du patriarcat latin, qui a été fondée en Jordanie par le patriarche Vincent Bracco en 1866. A cette époque, le territoire était sous la responsabilité pastorale du père Auguste de Actis, curé de Naplouse. En 1866, un ouvrier de Bethléem, qui construisait une maison pour un vieil homme à As-Salt, est tombé malade. Le père de Actis a rendu visite à l'homme et lui a administré les sacrements, établissant ainsi de bonnes relations avec la population locale. À la suite de cet événement, de nombreux fidèles ont rejoint l'Église catholique et c'est ainsi que, la même année, la paroisse de As-Salt a été créée. La structure originale a été agrandie au fil du temps pour devenir une église plus grande en 1886.

    Une ville de tolérance

    Le père Rifaat Bader, directeur du Centre catholique pour les études et les médias en Jordanie, a fait part de sa satisfaction dans les médias locaux, «As-Salt en tant que ville de tolérance reflète l'image de la Jordanie dans son ensemble, qui est un modèle de coexistence entre chrétiens et musulmans, solidaires pour le meilleur et pour le pire, dans toutes les circonstances que le pays a connues ces dernières décennies», peut-on lire sur le site du Patriarcat Latin de Jérusalem.  

    Nayef Al Fayez, ministre jordanien du tourisme et des antiquités, lui fait écho en déclarant à la presse : «La ville de As-Salt est l'une des principales priorités de la Jordanie en raison de son importance pour montrer les caractéristiques de tolérance, de coexistence et d'attention sociale de ses habitants.» «La solidarité sociale entre les familles locales et les visiteurs, ainsi que l'absence de quartiers séparés pour des raisons religieuses», explique encore le ministre, est l'une des caractéristiques évidentes de la ville. Enfin, Nayef Al Fayez souligne que l'inscription de Salt sur la liste du patrimoine mondial soutiendra «une culture de tolérance et d'harmonie interconfessionnelle». 

     

    source https://www.vaticannews.va/

    -----------------------------------------------------

    Articles récents
    « Ce qu’il faut savoir sur l’Aïd al-Adha, la « grande fête » des musulmans - Terre sainte.netAngélus: accueillir Jésus et nous aimer les uns les autres, avec gratuité et sans calcul - VA »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :