• Laisse-toi regarder par le Christ !... - Alice

     

    Témoignage:

    Laisse-toi regarder par le Christ !...

     

    J-sus-en-croix.jpg« Seigneur, je me laisse contempler par Toi qui es Amour ! Je me laisse imbiber, imprégner de ton Amour et je vois... l'autre. Je vois que Tu aimes l'autre, que Tu nous enveloppes dans un même amour ». (C'est ainsi que j'ai appris à pardonner.)  

    Merci, Seigneur, de me savoir aimée !

     

    (il y a 30 ans j’entendais)

    Je n'aime pas entendre, à la messe, le message qui nous invite à nous tourner en nous-mêmes et à reconnaître notre indignité: « reconnaissons que nous sommes pécheurs », « Seigneur, je ne suis pas digne »... Est-il question de dignité dans l'amour ? !!! Comme je préfèrerais : « Tournons-nous, avec confiance, vers le Seigneur. Découvrons que Dieu nous aime. Découvrons combien Dieu nous aime. » 

     

    Dans la parabole de l'enfant prodigue, à quel moment le Père éprouve-t-il de la joie ? Sûrement pas quand le fils rentre en lui-même, il me semble ! Mais quand il se lève et se met en marche pour aller vers son Père. Alors le Père se précipite vers lui, le met debout et l'emmène faire la fête !(Nous sommes loin de : « et pour pénitence, vous ferez. »..!!! que j'ai connu étant jeune.) 

     

    Merci, Seigneur, de me savoir aimée, de pouvoir me tourner vers Toi en toute confiance ! Et les murs de la peur, de la crainte sont tombés comme les murs de Jéricho. Forte de Ton Amour, j'avance avec assurance sur la route des hommes, des femmes et des enfants, au cœur de ce monde. Je suis émerveillée de tout ce que je peux faire en Ton Nom (ou dans ton Amour, devrai-je dire), sur le chemin de l'amour de l'autre, de tout autre. Oui, je crois en ma vocation missionnaire, « être levain dans la pâte » ferment d'amour au cœur du monde, « aimer », semer des petites graines d'amour, faire confiance et croire que ces graines produiront des fruits. Je crois qu'en aimant l'autre, au cœur de ma vie de laïque, je m'occupe des affaires de Dieu. Et je voudrais apprendre à mettre l'autre au cœur de ma prière comme au cœur de ma vie.

    Dans la parabole du semeur, le Christ m'apprend que je peux semer, à profusion, toutes ces petites graines d'amour, peu importe le lieu où elles vont tomber: bonne terre, rocaille, épines, sol aride...Ces graines produiront des fruits au-delà de mon espérance, même si je n'en suis pas informée! 

    Merci, Seigneur, de me savoir aimée !

     

    Sans sacrements d'Eglise depuis plus de 30 ans, il m'a fallu alors trouver un chemin inconnu pour continuer ma route avec toi, Seigneur. ! Sur ce chemin, chaque jour, Tu me nourris de ton Pain d'Amour dans mes rencontres avec les autres. L'autre est ma Source d'Eau Vive.
    Merci, Seigneur!

    Aimer, c'est respecter l'autre, ne pas à aller vers l'autre pour lui porter, tout de go, notre Bonne Nouvelle, dire notre Vérité mais apprenons à lui dire,  tout simplement : « J'ai besoin de toi, donne-moi à boire. »
                                                                                               Alice

    Autres dossiers

    « Chemins de désert - InterBibleLa prière - Spiritualité franciscaine pour aujourd'hui, 2e semaine de Carême - Croire et Suzanne »

  • Commentaires

    3
    Alice Damay-Gouin
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 20:30

    Merci pour ces commentaires. Cet accueil me fait chaud au coeur. Chère Thérèse, tu as raison mais le rejet ne vient pas de nous. Il y a plus de 30 ans, le prêtre de la paroisse, nous a dit "Allez faire baptiser vos enfants ailleurs!"Il est vrai, nous avions préparé la cérémonie de baptême avec l'équipe et l'aumônier d'ACO de Pierre, mon petit homme. Lorsque nous avons réussi à discuter avec notre curé, nous avons découvert que sa véritable raison était :" Pierre s'était présenté aux élections mais il n'avait pas une étiquette de Droite"!!! C'est pour nous une blessure que nous avons voulu taire pendant de nombreuses années. Elle reste ouverte mais notre silence est devenu comme le figuier stérile que le Christ nous demande d'abattre...  Malgré tout, nous avons essayé de continuer à suivre le Christ, à croire en sa Bonne Nouvelle et à croire en notre vocation missionnaire:" aimer, être le levain dans la pâte".... Parmi le nombreux courrier que j'ai envoyé, un membre de la hiérarchie m'a aidé ainsi que d'autres personnes autour de moi et j'ai la joie de penser que ces dernières années sont pour moi, une merveilleuse retraite spirituelle, au coeur du monde. L'autre est mon sacrement.              Je pense qu'il y a en moi un lien ténu, très fin mais infiniment solide et magnifiquement ancré pour me sentir encore dans l'Eglise même si parfois, je la crois totalement invisible... C'est vrai que je ne me retrouve plus dans la liturgie... Cependant, Thérèse.  il y a quelques semaines, voyant la porte de l'église ouverte, je suis rentrée dans ce lieu et j'ai pensé:" Alice, comment expliquer que Tu répètes constamment que je vis et agis toujours avec d'autres et qu'en même temps, tu te sens bien dans cette église, uniquement lorsque tu es seule"... Je n'ai pas osé répondre mais, en sortant, j'ai aperçu un petit écriteau invitant à venir prier dans un groupe de prière, le jeudi soir...

    Alice

     

    2
    Thérèse Paillé
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 20:30

    Chère Alice, j'aime beaucoup votre texte, mais je crois comprendre un rejet de l'église...c'est le Christ qui a fondé l'Église, même avec ses manquements, il y a plein de Dieu dedans.

    1
    annie
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 20:30

    Merveilleux texte, merci Richard pour ce partage.

    Annie

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :