• Le chaos règne en Terre Sainte -Les chefs des Églises de Jérusalem en appellent à la communauté internationale


    Photo empruntée à Marie-Armelle Beaulieu

    Les chefs des Églises de Jérusalem en appellent à la communauté internationale

    Alors que le chaos règne depuis plusieurs jours sur l’esplanade des mosquées dans la ville trois fois sainte, les patriarches et chefs des Églises de Jérusalem exhortent à cesser les violences et appellent à l’intervention de la communauté internationale.
     

    «Nous sommes profondément découragés et préoccupés», ont écrit dimanche 9 mai les patriarches et des chefs des Églises de Jérusalem, à propos des violences à Jérusalem-Est. «Ces développements inquiétants, que ce soit à la mosquée Al Aqsa ou à Sheikh Jarrah, violent le caractère sacré du peuple de Jérusalem et de Jérusalem en tant que ville de la paix. Les actions portant atteinte à la sécurité des fidèles et à la dignité des Palestiniens qui font l'objet d'une expulsion sont inacceptables. », peut-on lire dans le communiqué publié en langue anglaise et arabe sur le site du Patriarcat Latin de Jérusalem.

    Le caractère spécial de la ville trois fois sainte oblige «toutes les parties à préserver la situation déjà sensible» à Jérusalem, continuent les prélats, ajoutant que «la tension croissante, soutenue principalement par des groupes radicaux d'extrême-droite, met en danger la réalité déjà fragile de Jérusalem et de ses environs.» «Nous appelons la communauté internationale et toutes les personnes de bonne volonté à intervenir afin de mettre un terme à ces actions provocatrices, ainsi qu'à continuer à prier pour la paix de Jérusalem», conclut le communiqué.

    Violences depuis plusieurs jours 

    Depuis plusieurs jours Jérusalem est le théâtre d’une nouvelle flambée de violence. Ce lundi, de nouveaux affrontements ont éclaté sur l’esplanade des mosquées, troisième lieu saint de l’islam, entre des Palestiniens et la police israéliennes. L’une des causes de ces tensions est le sort de familles palestiniennes du quartier de Cheikh Jarrah, à Jérusalem-Est, menacées d'expulsion au profit de colons juifs. Ceux-ci estiment qu’une loi leur permet d’habiter dans cette partie palestinienne de la ville sainte. 

    L'enjeu symbolique et démographique mobilise depuis des années les associations de colons et associations d’extrême-droite, engagées dans de nombreuses procédures judiciaires pour étendre leurs terrains. Une audience de la Cour suprême israélienne dans cette affaire, prévue ce lundi 10 mai, a été reportée. Cette date coïncide également avec «la Journée de Jérusalem», qui relate la reprise de la ville sainte aux mains des armées arabes suite à la guerre des Six jours de 1967.

    LIRE AUSSI
    « Homélie du 7ème dimanche de Pâques - 16 mai 2021L'un des nôtres nommé évêque - Fr François Bustillo »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :