• Le Pape sur les violences conjugales : « un problème presque satanique » - VA

    Le Pape sur les violences conjugales : « un problème presque satanique »

    Le Saint-Père était en dialogue avec quatre «invisibles» dans une émission spéciale diffusée dimanche soir 19 décembre, sur Canale 5 en Italie.
     

    «Le nombre de femmes qui sont battues, maltraitées à la maison, même par leur mari, est très important. Ce problème pour moi est presque satanique». Le Pape François s’est entretenu dimanche soir à la Maison Sainte-Marthe avec quatre «invisibles» devant les caméras du groupe télévisuel italien Mediaset, traitant des problèmes liés à la violence, la pauvreté, les conséquences de la pandémie, ou la vie des prisonniers.

    La rencontre, coordonnée par le vaticaniste Fabio Marchese Ragona, a vu la participation de Giovanna, une mère de famille qui a perdu son emploi et dont la vie familiale est faite de violence; Maria, une femme sans domicile fixe; Maristella, une scoute de 18 ans que la pandémie a privée de toute joie; Pierdonato, un ancien condamné à perpétuité qui a purgé 25 ans de prison.

    À Giovanna, qui demandait comment retrouver sa dignité, le Pape, après avoir qualifié le problème de la violence de «presque satanique», a répondu: «C'est humiliant, très humiliant. C'est humiliant quand un père ou une mère gifle un enfant au visage, c'est très humiliant et je le dis toujours, ne giflez jamais un enfant au visage. Pourquoi ça? Parce que la dignité est le visage. C'est le mot que je voudrais reprendre car derrière il y a votre question: la dignité reste-t-elle en moi? Quelle est ma dignité après tout cela, quelle est la dignité des femmes battues, abusées? Une image me vient à l'esprit en entrant dans la basilique Saint-Pierre, la piété de la Vierge, la Vierge humiliée devant son fils nu, crucifié, un malfaiteur aux yeux de tous, c'est-à-dire la mère qui l'a élevé, totalement humilié. Mais elle n'a pas perdu sa dignité et regarder cette image dans des moments difficiles comme les vôtres d'humiliation et où nous avons l'impression de perdre notre dignité, regarder cette image nous donne de la force.... Regardez la Vierge, restez avec cette image de courage».

    La culture de l'indifférence

    À Marie, qui demande pourquoi la société est si cruelle envers les pauvres, François répond: «Tu parles de cruauté, c'est ainsi, c'est la gifle la plus dure que la société te donne, en ignorant le problème des autres... Nous entrons dans une culture de l'indifférence où nous essayons de nous éloigner des vrais problèmes, de la douleur des sans-abri, du manque de travail. Au contraire, avec cette pandémie, les problèmes ont augmenté car on frappe à la porte de ceux qui offrent de l'argent en prêt: les usuriers. Un pauvre, une personne dans le besoin, tombe dans les mains des usuriers et perd tout, parce qu'ils ne pardonnent pas. C'est de la cruauté par-dessus la cruauté, je dis cela pour attirer l'attention des gens et ne pas être naïf; l'usure n'est pas un moyen de résoudre le problème, l'usure vous apporte de nouveaux problèmes».

    Le Pape a ensuite demandé à la femme si, lorsqu'elle trouve une personne plus mal lotie, elle va lui donner un coup de main. Et après la réponse affirmative de Marie, il a ajouté: «Lorsque vous souffrez, vous comprenez la profondeur de la douleur. Essayez toujours de regarder les problèmes en face, car il y aura toujours quelqu'un d'autre qui sera dans une situation pire que la vôtre et qui aura besoin de votre regard pour l'aider à avancer».

    Dieu proche des prisonniers

    Pierdonato a demandé au Pape s'il y a de l'espérance pour ceux qui veulent le changement. François a répondu par la phrase de la Bible: «L'espérance ne déçoit jamais». «Il y a Dieu, non pas en orbite, mais Dieu à côté de vous, car le style de Dieu est la proximité, la compassion et la tendresse... Dieu est avec chacun des prisonniers, avec toute personne qui passe dans la difficulté... Vous ne le dites pas mais vous savez dans votre cœur que vous êtes pardonné et que vous avez cet espoir qui ne déçoit pas... C'est pourquoi je peux vous dire une chose: Dieu pardonne toujours, Dieu pardonne toujours... Notre force réside dans l'espérance de ce Dieu qui est proche, compatissant et tendre, tendre comme une mère. Il le dit lui-même, et c'est pourquoi vous avez cet espérance. Merci pour votre témoignage».

    Des amitiés face-à-face, non virtuelles

    Maristella aborde la question des conséquences de la Covid pour les jeunes et demande comment créer une relation saine faite de contacts et d'expériences. Le Pape a déclaré: «Durant le confinement, vous n'aviez pas de contact avec vos amis, avec votre famille parce que vous ne pouviez pas sortir et que l'école ne fonctionnait peut-être pas. Nous avons besoin de contact, de contact face à face, mais nous sommes tentés de nous isoler avec d'autres méthodes, par exemple, le contact par téléphone portable uniquement, les amitiés par téléphone portable, le manque de dialogue concret. Vous avez appris de cette situation que le dialogue concret ne peut être remplacé par un dialogue en ligne, qu'il y a quelque chose de plus».

    À propos de l'habitude des enfants de devoir toujours utiliser leur smartphone, François a ajouté: «Si vous voulez utiliser un téléphone portable, utilisez-le, mais ne supprimez pas le contact avec les gens, le contact direct, le contact d'aller à l'école ensemble, de se promener, d'aller prendre un café ensemble, le contact réel et non le contact virtuel. Parce que si nous laissons de côté le contact réel, nous finirons aussi par devenir liquides ou gazeux, sans consistance, toujours en ligne et la personne en ligne manque de tendresse».

    Crise, conflit et espérance

    Giovanna a repris la parole et, après avoir raconté qu'elle avait tout perdu à cause de la pandémie, elle a demandé comment il était possible d'avoir de l'espérance. «La Covid nous a tous mis en crise», a-t-il répondu. «Une façon de sortir de la crise est de devenir amer, et l'amertume est souvent la fin de la crise. Le nombre de suicides a tellement augmenté avec la crise..... La crise est ouverte, le conflit vous enferme, vous ne voyez pas d'issue au conflit, avec votre lutte je vois que vous vous battez pour mieux sortir de la crise, vous n'avez pas abandonné et c'est formidable, vous donnez une leçon de résistance, une leçon de résistance aux calamités.... Vous faites un pari, pour la vie et pour la vie de vos parents, vous allez de l'avant. Vous ne savez pas où, parce que vous n'avez pas de maison et pas de travail, vous ne savez pas quoi faire. Mais vous regardez devant vous, vous sortez mieux qu'avant mais pas seul. C'est important: que vous cherchiez quelqu'un, des gens qui vous accompagnent».

    Quand la société tombe malade, elle écarte les pauvres - LIRE LA SUITE ICI

    SOURCE  https://www.vaticannews.va/

    -------------------------------

    Articles récents
    « Chemins franciscains - Vol 126 No 4 -décembre 2021 Infolettre Noël 2021 - des franciscains du Canada »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :