• Le Saint-Siège inquiet des possibles actions unilatérales au Proche Orient - VA

    Le Saint-Siège inquiet des possibles actions unilatérales au Proche Orient

    L'inquiétude du Saint-Siège a été exprimée par le Secrétaire d'État Pietro Parolin aux ambassadeurs américain et israélien. Elle concerne notamment le projet d'annexion d'une partie de la Cisjordanie contenu dans le plan de paix américain. Le Vatican espère des négociations directes pour trouver un juste compromis qui tienne compte des aspirations légitimes des deux peuples à vivre en paix à l'intérieur de frontières internationalement reconnues.
     

    Dans la journée du 30 juin, le cardinal Pietro Parolin a rencontré les ambassadeurs des États-Unis d'Amérique et de l'État d'Israël pour exprimer la préoccupation du Saint-Siège au sujet d'éventuelles actions unilatérales qui pourraient compromettre davantage la recherche de la paix entre Israéliens et Palestiniens et la situation délicate au Proche-Orient, a annoncé ce mercredi soir un communiqué de la Salle de Presse du Saint-Siège.

    Le projet d’annexion d’une partie de la Cisjordanie, comme prévu par le plan de paix américain, et qui doit ces jours-ci être débattu au sein du gouvernement de Benjamin Netanyahu soulève une série de questions au sein de la communauté internationale. De son coté, comme déjà souligné le 20 novembre 2019 et le 20 mai 2020, le Saint-Siège réaffirme que l'État d'Israël et l'État de Palestine ont le droit d'exister et de vivre en paix et en sécurité, à l'intérieur de frontières internationalement reconnues.

    Le Secrétaire d’État du Vatican appelle les parties à œuvrer pour la réouverture de négociations directes, en partant des résolutions pertinentes des Nations unies. Le Saint-Siège soutient des mesures visant à rétablir la confiance mutuelle et ayant «le courage de dire oui à la rencontre et non à la confrontation ; oui au dialogue et non à la violence ; oui à la négociation et non aux hostilités ; oui au respect des pactes et non à la provocation ; oui à la sincérité et non à la duplicité», pour reprendre les propos du Saint-Père lors de l’invocation pour la paix en Terre Sainte depuis les jardins du Vatican, le 8 juin 2014.

    Le communiqué du Saint-Siège intervient après l'annonce lundi dernier par le secrétaire d'État américain, Mike Pompeo, que les colonies israéliennes dans les territoires de Cisjordanie n'étaient pas contraires au droit international. L'administration Trump fait le choix de mettre de côté le mémorandum Hansell de 1978 et réécrit la nouvelle orientation de la politique de la Maison Blanche envers Israël. Selon le porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas, la décision des États-Unis est «nulle et non avenue, inacceptable et à condamner». Pour le Bureau des droits de l'Homme des Nations unies, les colonies israéliennes dans les territoires palestiniens sont une violation du droit international. L'Union européenne, par l'intermédiaire du Haut représentant aux Affaires étrangères et à la Politique de Sécurité, Josep Borrell, a également pris ses distances par rapport à Washington et continue de considérer les colonies comme illégales. Cette condamnation est partagée par de nombreux pays qui estiment que la position des États-Unis constitue une menace pour le processus de paix au Proche-Orient.

    source https://www.vaticannews.va/

    ----------------------------------

    Articles récents
    « Le sens de la souffranceAssise: une “nuit de lumière” le 11 juillet, après l’obscurité de la pandémie - VA »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :