• LES BEATITUDES - Élisabeth

    LES BEATITUDES


     (Les Béatitudes - Philippe de Champaigne 1602 - 1674)

    Le mot Béatitude vient du latin chrétien beatitudo qui signifie « bonheur » qualifiant la félicité dont les élus jouissent au ciel, la béatitude consistant dans la vue et l’intimité de Dieu. En langage familier, ce mot traduit le bonheur parfait, une sorte de satisfaction tranquille.
    L’Eglise donne ce qualificatif aux neuf perfections de vertu que Jésus-Christ a enseigné en nommant heureux ceux qui les possèdent. Les Béatitudes
    formulent le chemin du bonheur  en même temps que les conditions pour y entrer.

    Le mot hébreu employé est Achré qui signifie heureux  et qu’André Chouraqui a traduit par « en avant » dans sa traduction de l’Evangile, Un Pacte neuf. Il  vient du verbe achar marcher et Icher diriger, approuver. Dans la dialectique juive l’homme heureux est un homme en mouvement parce que vivant, la vie étant un perpétuel devenir comme l’exprime le Nom de Dieu source de toute vie, « Je serai qui Je serai » inscrit en chacun de nous et à faire advenir. L’homme heureux est donc un marcheur, on pourrait dire un pèlerin en chemin sur le Chemin. L’appel divin commence d’ailleurs par cet ordre donné à Abraham : quitte ton pays et va dans le pays que je te donnerai (gen12). Une mise en marche pour habiter la terre promise, la terre où Dieu fera ériger  Son Temple pour demeurer  au milieu de son peuple et dont Il le chassera pour ne pas avoir marché dans Ses voies.

    C’est le même mot Achré, heureux qui ouvre le livre des Psaumes, considéré par les Maîtres du Talmud comme une seconde Torah. « Heureux est l'homme qui ne va pas dans le conseil des méchants » Le ton ou plus justement l’orientation est donnée, le bonheur est une marche en avant qui résulte d'une conformité au jour le jour à l’enseignement d’amour de Dieu et de son prochain et au choix de tous les instants de Sa volonté. Comme nous le confirme des deux autres psaumes commençant eux aussi par Achréi :"Heureux l'homme qui craint le Seigneur, et qui aime entièrement Sa volonté...." Ps 111 "Heureux, impeccables en leur voie, ceux qui marchent dans la Torah du Seigneur! " Ps 118. 

    Le bonheur n’est donc non pas un état mais une construction dont nous devons choisir chaque pierre. Nous sommes les bâtisseurs de Son Temple à l’extérieur de nous et en nous. La voie nous est révélée par le Père avec le don des dix Paroles et par les neufs du Fils qui nous invite lui aussi à marcher, à prendre notre croix  pour le suivre.

     En marche ! Injonction guerrière s’il en est ! En marche sous l'étendard du Christ,  la croix glorieuse, la croix élevée de terre qui attire à elle le monde entier pour  la vie éternelle. Achré ! en permutant les lettres de ce mot on obtient les mots yachir (chantera), yachar (droit), Chéyer(chaîne, collier).Une mise en mouvement qui nous conduit tout droit au Père par le Fils, qui nous redresse et nous maintient debout....En avant ! N'ayez pas peur! Faites corps! Soyez mon corps pour être des témoins dans le  monde entier, soyez vie offerte, vie donnée. Neuf ordres de marche, neuf maillons d'une cordée solide pour la périlleuse escalade de la vie, ou neuf chaînons lumineux d'un collier d’amour, cadeau du Bien Aimé à sa Bien Aimée pour se rappeler à son amour.

    La neuvième lettrede l’alphabet hébraïque, Tèt est le chiffre neuf, elle a le sens de bouclier. C’est un rempart pour se protéger de l'adversité et des flèches de l'ennemi, de celui qui veut nous éloigner du Bien Aimé. La lettre Tèt commence le mot tov, bien, qui qualifie  la création de la lumière dans les premiers versets du livre de la Genèse. Neuf flammes ardentes pour éclairer la nuit des pèlerins en marche sur le Chemin. Nous  traçons  ici bas les sillons d'une terre nouvelle, arrachant à la boue et à la glaise de la terre ancienne les lambeaux de lumières qu'elle renferme pour l’avènement de Son royaume..

                                                                                  Élisabeth

    « Sens de ma vie (2 de 3) - AliceLe profil de la nouvelle curie romaine se dessine - Proximo »

  • Commentaires

    1
    Struyven
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 19:54

    Très beau et très instructif........nous sommes donc éternellement en marche tout comme les pèlerins, afin d'atteindre, un jour, ces béatitudes du Royaume de Dieu. Parfois, par grâce, on en profite, même de façon fugitive ici bas ! Gloire à Dieu.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :