• Les sanctuaires du fleuve ouvrent grandes leurs portes

    NOUVEAU PARCOURS TOURISTIQUE EN MONTÉRÉGIE : LES SANCTUAIRES DU FLEUVE OUVRENT GRANDES LEURS PORTES

    Mercredi, 25 Mai, 2016 
     
    Les sanctuaires du fleuve ouvrent grandes leurs portes L'itinéraire offert par Google Maps est formel. En automobile, il faut moins d'une heure pour se rendre du sanctuaire consacré à sainte Kateri Tekakwitha, à Kahnawake, jusqu'à celui qui rend mémoire à sainte Marguerite d'Youville, à Varennes. En suivant le fleuve et la route 132 qui le longe, le trajet prend 43 minutes. À peine huit minutes de plus pendant les heures de pointe, précise toutefois l'application. 
     
    Mais les responsables du nouveau parcours touristique et spirituel Les Sanctuaires du fleuve, lancé officiellement à Longueuil ce mercredi, espèrent que les touristes et visiteurs qui emprunteront leur circuit durant la prochaine saison estivale y consacreront quelques heures, sinon une journée complète. 
     
    Ce circuit propose cinq arrêts, dans autant de sanctuaires ou lieux de culte, de Kahnawake à Varennes, en passant par Longueuil et Boucherville. 
     
    À Kahnawake, le Sanctuaire Sainte-Kateri-Tekakwitha, situé à l'intérieur de la petite église de la mission Saint-François-Xavier, abrite plusieurs trésors, dont le tombeau de la première sainte autochtone d'Amérique du Nord. Kateri Tekakwitha a été canonisée par le pape Benoît XVI en 2012, trois cent trente-deux ans après sa mort. L'an dernier, 4000 visiteurs et pèlerins ont visité l'église et le sanctuaire.
     
     «Tout le monde est bienvenu à Kahnawake», dit Kimberly Cross, de Tourisme Kahnawake, présente lors du lancement du parcours. «Notre communauté est toujours heureuse de recevoir des visiteurs. Et on souhaite partager notre histoire et notre culture.» 
     
    À Longueuil, la cocathédrale Saint-Antoine-de-Padoue accueille les paroissiens et les touristes durant toute l'année. Son musée, entièrement renouvelé, renferme des objets qui sont liés aux origines de la paroisse, en 1697. Et c'est dans cette vaste église que se trouve le tombeau de Marie-Rose Durocher, la fondatrice de la congrégation des Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie. 
     
    Cette religieuse, née en Montérégie et béatifiée en 1983, a vécu tout près de la co-cathédrale, dans une maison qu'on appelle aujourd'hui le Centre Marie-Rose. Cette grande résidence est le troisième arrêt du circuit Les Sanctuaires du fleuve. On peut y visiter la chapelle, le musée ainsi «que les pièces qui ont vu vivre Marie-Rose au quotidien», explique le dépliant du parcours, disponible dans les différents kiosques touristiques de la Montérégie. 
     
    À Boucherville, c'est l'église Sainte-Famille, au cœur du vieux village, qui ouvre ses portes. Puis, à Varennes, le Sanctuaire Sainte-Marguerite-d'Youville présente «la vie, la spiritualité et les œuvres » de cette femme, fondatrice de la congrégation des Sœurs Grises. Marguerite d’Youville a été canonisée en 1990. 
     
    Ces cinq lieux religieux de la Montérégie accueillent, certains depuis longtemps, leur lot de visiteurs tout au long de l'année. Mais ce que leurs responsables ont voulu annoncer aujourd'hui, c'est leur volonté de travailler ensemble et se doter d'outils promotionnels communs. 
     
    «Nous voulons ouvrir notre riche patrimoine à un large public», explique Catherine Ferguson, la supérieure générale des Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie. Ce patrimoine mérite d'être mieux connu, ajoute Caroline Lebon, de Tourisme Montérégie. «Notre planification stratégique avait identifié la nécessité de la mise en valeur du produit religieux en Montérégie. La région regorge de bijoux cachés qui ne demandent qu'à être mis en lumière.»
     
    «En unissant nos forces, nous offrons désormais une belle alternative aux touristes religieux et culturels», dit Sylvain Bolduc, gérant administratif au Sanctuaire Sainte-Marguerite-d’Youville. Les cinq sanctuaires et lieux de culte se dotent d’un site Web promotionnel commun (www.sanctuairesdufleuve.com)  et d’un centre téléphonique (450 651-8104) afin de renseigner les pèlerins et les touristes intéressés par ce circuit patrimonial et spirituel. 
     
    Le curé de la paroisse Saint-Antoine-de-Padoue, Christian Rodembourg, souhaite que chaque personne qui franchira les portes de ces sanctuaires y trouve un «lieu d'accueil, d'écoute, d'intériorité, de fraternité et de convivialité». 
     
     François Gloutnay, Présence - information religieuse
     
    Publié avec la permission de http://www.radiovm.com/
     
    « NOUVELLES EN VRAC ! - no 3Une étoile d'amour accrochée au firmament. - Bruno »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :