• Méditation -Confiance simple en la présence de Dieu - Richard Rohr

    Méditation quotidienne de Richard Rohr

    Du Centre d'action et de contemplation

     Crédit image : Raul Diaz, White Sands New Mexico (détail), 2006, photographie, Flickr, CC BY-NC-ND 2.0. 

    Confiance simple en la présence de Dieu 

    L'enseignante émérite de Living School, Cynthia Bourgeault, explique comment son exposition précoce à une forme simple de prière silencieuse a eu un impact sur son cheminement spirituel.

    « La prière, c'est parler à Dieu » : avec ces mots, nous recevons presque tous notre première instruction religieuse. Certainement je l'ai fait. Enfant, j'ai appris les premières prières et grâces habituelles (« Maintenant je m'allonge pour dormir » et « Dieu est grand, Dieu est bon. . . »), suivies, un peu plus tard, du Notre Père et des Vingt -Troisième Psaume. J'ai également été encouragé à parler à Dieu dans mes propres mots et j'ai indiqué que les sujets appropriés pour cette conversation étaient de remercier pour les bénédictions de la journée et de demander de l'aide pour des besoins et des préoccupations particuliers.

    Mais malgré tout cela, j'étais aussi l'un des rares relativement rares à avoir également compris que la prière était d' écouterà Dieu. Ne même pas écouter les messages, exactement, comme l'enfant Samuel dans mon histoire préférée de l'Ancien Testament [1 Samuel 3:3-10], mais juste être là, tranquillement rassemblé en présence de Dieu. Cet apprentissage n'est pas venu de ma formation formelle à l'école du dimanche, mais de la chance de passer mes six premières années d'école dans une école quaker, où la « réunion hebdomadaire silencieuse pour le culte » faisait partie invariable du rythme de la vie comme les devoirs ou la récréation. . Je me souviens encore d'avoir défilé ensemble, classe par classe, dans la caverne de l'église à deux étages et de prendre place sur les longs et étroits bancs autrefois occupés par les anciens. De temps en temps, un verset ou une pensée biblique était proposé, mais pendant de longues périodes, il y avait tout simplement le silence. Et dans ce silence, alors que je regardais le soleil briller à travers ces hautes fenêtres supérieures, ou suivi un remorqueur secret m'attirant dans mon propre cœur, j'ai commencé à connaître une prière beaucoup plus profonde que "parler à Dieu". Quelque part dans ces profondeurs de silence, je suis tombé sur mes premières expériences de Dieu comme une présence aimante qui était toujours proche, et la prière comme une simple confiance en cette présence.

    Près de quatre décennies plus tard, lorsque j'ai été initié à la Prière de Centrage grâce au travail du Père Thomas Keating, il ne m'a pas fallu longtemps pour reconnaître où j'étais. D'une manière profonde, je revenais à la maison à cet endroit que j'ai connu pour la première fois étant enfant lors d'une réunion Quaker.

    Ce que je sais maintenant, bien sûr, c'est que le type de prière auquel j'étais exposé pendant ces réunions d'adoration était la prière contemplative. Dans la littérature spirituelle chrétienne, ce terme a trop souvent l'aura d'être une forme de prière avancée et quelque peu raréfiée, principalement pratiquée par des moines et des mystiques. Mais par essence, la prière contemplative est simplement une ouverture sans paroles et confiante de soi à la présence divine. Loin d'être avancé, il s'agit de la forme de prière la plus simple qui soit. Les enfants le reconnaissent instantanément, comme je l'ai fait, peut-être parce que, comme le dit Jean de la Croix, mystique du XVIe siècle, « le silence est le premier langage de Dieu ».

     -------------------- 

    Cynthia Bourgeault, Centrage de la prière et éveil intérieur (Publications Cowley : 2004), 4‒5. 

    Crédit image : Raul Diaz, White Sands New Mexico (détail), 2006, photographie, Flickr , CC BY-NC-ND 2.0 .

    Inspiration de l'image :  La grandeur naturelle de cette photo révèle les aspects créatifs et mystérieux du Divin. Mais il ne capture pas la sécheresse de l'air, la chaleur du sable, les sons, les odeurs et les goûts. Cela exige que nous soyons là, présents à l'intérieur du paysage et de l'histoire.

    source https://cac.org/

    --------------------

    Articles récents
    « JUDAÏSME – Au pied de mon arbre - E&ELe Pape encourage les "Leaders pour la Paix" face aux défis de l'après-pandémie - VA »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :