• Méditation: L'histoire de l'être - Richard Rohr

    Méditation quotidienne de Richard Rohr

    Du Centre d'action et de contemplation

     Crédit d'image: Branches and Leaves (détail), photographie de Thomas Merton, copyright le Merton Legacy Trust et le Thomas Merton Center de l'Université Bellarmine.  Utilisé avec permission.
     

    L'histoire de l'être 

    Et si Christ était un autre nom pour tout - dans sa plénitude?

    Une fois que nous savons que le monde physique tout entier autour de nous, toute la création, est à la fois la cachette et le lieu de révélation de Dieu, ce monde devient un chez-soi, en sécurité, enchanté, offrant la grâce à quiconque regarde profondément. J'appelle ce genre de vision profonde et calme «contemplation».

    Une notion cosmique du Christ n'est en concurrence avec personne et n'exclut personne, mais inclut tout le monde et tout (Actes 10:15, 34) et permet à Jésus-Christ d'être finalement une figure de Dieu digne de l'univers entier.

    Dans la tradition franciscaine, John Duns Scot (1266-1308) a développé la doctrine de  l'univocité de l'être. Il croyait que nous pouvions parler «d'une seule voix» ( univocité ) de l'être des eaux, des plantes, des animaux, des humains, des anges et de Dieu. Dieu est un (Deutéronome 6: 4), et donc la réalité en est une aussi (Éphésiens 4: 3-5). Nous faisons tous partie de l' histoire de l'être.

    L'auteur, avocate et militante Sherri Mitchell partage une perspective similaire et encore plus ancienne des peuples autochtones. Ils n'utilisent pas le mot Christ, mais dans The Story, les modèles universels tiennent. Elle écrit:

    Nous sommes tous originaires de la même source divine. . . . Malheureusement, il y aura aussi des moments où nous perdrons de vue ce fait fondamental. Pendant ces périodes, nous nous perdrons dans les histoires qui se déroulent sur nos propres réalités individualisées. [1]

    Albert Einstein a parlé un jour de l'illusion créée par [la] croyance en la séparation. Il l'a décrit comme une prison qui restreint notre conscience de la connexion à l'ensemble:

    Un être humain fait partie du tout, que nous appelons «Univers», une partie limitée dans le temps et dans l'espace. Il vit lui-même, ses pensées et ses sentiments comme quelque chose de séparé du reste - une sorte d'illusion optique de sa conscience. Cette illusion est une sorte de prison pour nous, nous restreignant à nos désirs personnels et à l'affection pour quelques personnes les plus proches de nous. Notre tâche doit être de nous libérer de cette prison en élargissant notre cercle de compassion pour embrasser toutes les créatures vivantes et toute la nature dans sa beauté. [2]

    C'est une idée qui semble encore fantastique à de nombreuses personnes dans le monde. Mais c'est une croyance qui est partagée par les peuples autochtones depuis la nuit des temps. Nos chansons, histoires et mythologies parlent tous de notre interdépendance. Dès la naissance, on nous apprend à être conscients des réseaux de parenté élargis qui nous entourent, qui incluent d'autres êtres humains ainsi que les êtres de la terre, de l'eau et de l'air, ainsi que les plantes, les arbres et tous les êtres invisibles restants qui existent à l'intérieur. notre univers. . . .

    Notre défi est de nous souvenir de tout ce que nous sommes. [3]

    Nous devons redécouvrir, récupérer et récapituler l'Histoire autant de manières et aussi souvent que possible. Rester pris au piège dans les plus petits dômes du sens nous sépare du flux trinitaire d'amour divin et de connexion qui est notre droit d'aînesse.  

     
     

    [1] Sherri Mitchell, Sacred Instructions: Indigenous Wisdom for Living Spirit-Based Change (North Atlantic Books: 2018), 9.

    [2] Albert Einstein, lettre de condoléances à Norman Salit, 4 mars 1950. Réimprimé dans le New York Times , 29 mars 1972.

    [3] Mitchell, 9-10.

    Adapté de Richard Rohr, Le Christ universel: Comment une réalité oubliée peut changer tout ce que nous voyons, espérons et croyons (Convergent: 2019), 5, 6-7; et

    Mysticisme franciscain: je suis ce que je cherche , disque 1 (Centre d'action et de contemplation: 2012), CD , téléchargement MP3

    Crédit d'image: Branches and Leaves (détail), photographie de Thomas Merton, copyright le Merton Legacy Trust et le Thomas Merton Center de l'Université Bellarmine. Utilisé avec permission.

    Inspiration d'image:  Un arbre avec ses feuilles ne peut raconter l'histoire cyclique de la vie qu'à côté d'un arbre en train de mourir. La vie et la mort dans la création tissent des harmonies pour partager la richesse de cette histoire.

    source  https://cac.org/

    ------------------------------------------

    Articles récents
    « Pape: les catéchistes appelés à la créativité et à la compassion - VAHomélie du 5ème dimanche du Temps ordinaire - 7 février 2021 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :