• Méditation - Trouver Dieu dans les arts - Richard Rohr

    L'art en tant que service

    Trouver Dieu dans les arts

    Peu d'entre nous se sentent appelés à être des artistes formels ou raffinés, mais nous sommes tous appelés à être des créateurs. Chacun de nous est appelé à apporter créativité, but et passion à notre vocation, quelle qu'elle soit. L'artiste et auteur Julia Cameron nous rappelle que nous saurons ce qu'il nous appartient de faire lorsque nous serons ouverts à l'inspiration et à la direction du Saint-Esprit au service des autres. Elle écrit:

    Dans les siècles passés, l'art était fait pour l'honneur et la gloire de Dieu. Vue sous cet angle, une carrière dans les arts était une carrière de service, pas d'égoïsme. Il y a un repère là pour nous.

    Le dévouement de notre travail à une cause plus élevée que notre propre auto-promotion libère le travail de la préciosité. Il ne s'agit pas de savoir à quel point nous sommes bons, mais à quel point nous pouvons être bons au service désintéressé de quelque chose de plus grand que nous-mêmes. Parfois, nous pouvons dédier un livre à une personne que nous souhaitons atteindre. Les lettres classiques de Rilke à un jeune poète ont exploité ses propres réservoirs intérieurs de sagesse et de générosité.

    En contemplant une œuvre, nous faisons mieux de réfléchir A qui s'adresse cette œuvre ? A qui servira-t-il ? plutôt que Comment cela me servira-t-il ? Une fois que nous avons trouvé un chemin pour que notre travail soit utile. . . alors notre travail avance en douceur. Il ne s'agit plus de « nous ». . . . [ Richard ici : Je crois que tout travail peut être une œuvre d'art s'il est fait à la fois avec dévotion et une véritable créativité !]

    Nous avions l'habitude d'appeler Dieu "le créateur". Nous avions conscience que notre propre créativité était un don divin, une ouverture pour que Dieu travaille à travers nous. Lorsque nous nous sommes inscrits ainsi que notre individualité plutôt que notre humanité partagée au centre de notre conscience. . . nous avons perdu notre bonne compréhension de l'art en tant que service. Nous nous sommes privés de notre droit d'aînesse en tant que créateurs et nous avons perdu la compréhension que l'art était un acte de l'âme et non de l'ego. Chaque fois que nous ramenons l'art au domaine du sacré, chaque fois que nous en faisons un acte de service sous quelque forme que ce soit. . . nous expérimentons à nouveau la facilité du flux créatif et la diminution de nos doutes créatifs. Lorsque nous demandons à « écouter », nous créons des œuvres dignes d'être entendues et nous entendons nous-mêmes battre le cœur de notre humanité commune, qui est fondée sur la divinité. . . .

    Lorsque nous faisons notre art dans un esprit de service, cela allège le fardeau de notre ego. Il permet la clarté de l'orientation, la pureté de l'intention et suit une loi spirituelle qui pourrait être simplement énoncée comme « la forme suit la fonction ». Lorsque la « forme » de notre travail est ouverte à une conscience supérieure, sa fonction est également élevée.

    L'art nous traverse. . . . Une œuvre d'art peut provenir de nous, mais nous sommes nous-mêmes originaires d'un endroit plus grand. Nous sommes, chacun de nous, plus qu'il n'y paraît, plus que la somme de nos composants purement humains. Il y a une étincelle divine qui anime chacun de nous, et cette étincelle divine anime aussi notre art.

    Référence :
    Julia Cameron , Walking in This World : The Practical Art of Creativity (Jeremy P. Tarcher/Putnam : 2002), 264-265, 268-269.

    source https://cac.org/a

    -----------------------------

    Articles récents
    « Le Parvis de Québec en marche vers le synode de 2023Terre Sainte: vandalisme anti-chrétien à Tabgha - VA »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :