• MERCI - Alice

    MERCI

    Merci, Seigneur! Merci pour ce voyage effectué ce week-end dernier. J'ai longtemps hésité avant de répondre favorablement à cette invitation à venir fêter, en famille, les 80 ans de ma sœur aînée. Le temps était incertain et la météo annonçait de la neige. Et ...je suis partie, seule, pour un trajet de 400km. (le train ne passe pas près de chez moi). Mais je suis maintenant tellement heureuse de l'avoir fait! (Je n'ai pas hésité à faire de nombreuses pauses).J'ai regagné de la jeunesse, comme dirait mon ou-est-dieu.jpgpetit-fils.  -- « Alice, tu as su adapter ton trajet au temps qu'il fait » -- «   Non! C'est le Seigneur qui a adapté le temps à mon trajet! » ai-je dit en riant. Merci, Seigneur, pour ce merveilleux week-end si riche en joie. Joie d'être là, en famille; joie des retrouvailles car la distance kilométrique m'éloigne, malgré tout; joie donnée en acceptant de venir et qui m'est rendue au centuple en contemplant la joie de toute la famille; joie pour ce long moment passé avec X... qui, pour la première fois, a réussi à me parler de lui, de sa vie, de ses soucis et souffrances. Merci, Seigneur, je t'offre toute cette joie, je Te confie toutes ces personnes qui sont si présentes dans mon cœur.

    Merci à vous tous et toutes, mes amies « Théophile » ou même incroyant(e)s, à vous tous et toutes que je ne connais pas mais qu'il m'est donné de rencontrer.

    Un grand MERCI à Élisabeth pour son texte « bruit de paroisse », à Richard qui a publié ce texte sur son site franciscain de Sherbrooke. Comme ce texte m'aide à avancer dans mes rencontres avec l'autre! Aussi, je l'ai communiqué à d'autres. Mais surtout, j'ai essayé d' en vivre. J'ai retenu dans ce texte la différence entre: « Reconnaître en l'autre un frère, une sœur » et « Reconnaître en l'autre, SON frère, SA sœur ». La famille, c' est important pour moi...Alors « Reconnaître en l'autre, un membre de ma propre famille », cela m'aide à avancer! Merci!

    Lors de mon voyage, j'ai accompagné mon hôte à la messe. J'ai pensé à Élisabeth et à son texte et j'ai mis mon esprit critique dans ma poche pour m'ouvrir pleinement à cette célébration. J'écoutais donc le « Je crois en Dieu ». STUPEUR !!! J'avais oublié et je redécouvrais ce texte.

    Ainsi, c'est çà la foi des chrétiens: « Je crois en Dieu, le Père Tout-Puissant, créateur du ciel et de la terre. »  !!! Ainsi, c'est çà, cette foi exprimée depuis des siècles et des siècles! Je comprends maintenant comment je ne risque pas d'être entendue lorsque je reproche à Benoît XVI de faire une homélie, lors de la veillée pascale sur la création (en 2011). Puisque c'est la 1ère phrase du Credo, comment puis-je, moi, être choquée ??? La communauté des croyant(e)s peut-elle entendre, dans de telles conditions, mes remarques?

    En quoi croire en un Dieu créateur, cela bouscule-t-il ma vie de disciple du Christ? Je peux n'être pas chrétienne et dire cela aussi! Voltaire disait  : « L'univers m'embarrasse, et je ne puis songer que cette horloge existe et n'ait point d'horloger ». La Création, c'est le premier chapitre de la Bible!

    Mais, le Christ n'est-il pas venu nous annoncer que Dieu est AMOUR, que Dieu nous aime, qu' Il est NOTRE Père ? Comment peut-on dire un credo où le mot AMOUR est absent ????????

    Comment puis-je dire un credo où l'autre est absent de ma vie ?????????

    «  Dieu nous aime, Il me fait confiance et je lui fait confiance et... » Le célébrant a répété cela 2 ou 3 fois durant cette cérémonie, phrase qu'il avait entendue durant sa journée et qui avait été prononcée par un enfant. Alors, spontanément, à la fin de cette eucharistie, j'ai salué ce prêtre que je ne connaissais pas en lui disant: « tout simplement MERCI ». Il a été extrêmement surpris!!!

    Merci, Seigneur, pour cet ami Théophile qui m'a envoyé un petit message. J'avais écrit à ce Théophile, il y a quelques années ... Et voilà qu'il m'écrit qu'il se souvient de mes courriers et de notre conversation téléphonique et qu'il sera à tel endroit, tels jours. Alors, si je veux... Et moi, comme une idiote, je n'ai pas hésité une seconde et je réponds oui. Rendez-vous durant la semaine sainte et voilà que je commence ce long temps d'attente dans la soif de la Rencontre (bref, le temps d'un carême!) Je ne me suis pas souciée du carême liturgique. Je n'ai pas cherché à faire une démarche en vue de m'ouvrir à...Dieu et aux autres!

     Et voilà que je me laisse bousculer en acceptant le principe de cette rencontre.

    Je ne sais pas ce qu'elle sera mais qu'importe puisque je la place en Christ! Merveilleuse mais aussi douloureuse attente, moi si impatiente. Merci, Seigneur, d'avoir placé ce Théophile sur ma route.

    Pour toutes ces rencontres qui jalonnent ma journée, donne-moi d'avoir soif comme cette soif éprouvée en ce moment pour rencontrer cet ami Théophile. Donne-moi d'avoir soif de la rencontre de l'autre, MON PROPRE Frère, MA PROPRE Sœur. Donne-moi de vivre l'Extraordinaire de chaque rencontre.

    Merci, Seigneur, car Tu me nourris, à chaque instant, de ce pain d'Amour, la Rencontre avec tout(e) autre, mon frère, ma sœur! Merci, ….

     Alice

    Autres dossiers

    « La foi et la rencontre du Christ (1/12) - InterBibleMère Marie-Immaculée nous a quitté... »

  • Commentaires

    5
    Alice Damay-Gouin
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 20:01

    Un grand merci à vous, auteur(e)s de ces commentaires qui me font chaud au coeur. merci, j'ai besoin de ces petits gestes d'amitié pour continuer à avancer sur la route des hommes, femmes et enfants.

    Je parle de moi car j'ai vécu trop longtemps en essayant d'écouter les autres tout en m'oubliant, "surtout ne pas parler de moi". M'avait-on appris. Mais, le jour où j'ai commencé à parler,(il y a 3 ou 4 ans), j'ai compris que je m'étais enfermée par un mur de silence et que ce mur s'écroulait.

    Je parle de ce que j'essaye de vivre. Je n'en tire aucune gloire car, je sais qu'un autre m'anime et je connais aussi mon besoin de gestes d'amitié.

    Je parle de moi car je n'aime pas un discours fait de généralitésdécoupant en 2: d'un côté Dieu est merveilleux ; et de l'autre côté, le monde est mauvais . Non, Jésus , nous a appris la parabole du bon grain et de l'ivraie: sur cette terre, rien n'est totalement noir, rien n'est totalement blanc. Et nous pouvons découvrir l'Amour de Dieu en toute circonstance, apparemment bonne ou apparemment mauvaise.

    Merci.

    Alice

    4
    Jean Michel Joffres
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 20:01

    Et merci à Alice pour avoir donné ce très beau texte, et à toi Richard pour l'avoir publié! J M (ofs)

    3
    Struyven
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 20:01

    Quel magnifique témoignagne. J'espère qu'elle continuera à frapper, à chercher....car Dieu se laisse trouver.

    2
    Luce Beaulieu (Madam
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 20:01

    Alice, elle est entière.

                       Merci, Seigneur, pour Alice qui nous partage son vécu.

    1
    Dimanche 17 Février 2013 à 00:41

    En effet une grande chercheuse de la Vérité

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :