• Neutralité et impartialité : Quelle est la différence? MSF

    Neutralité et impartialité : Quelle est la différence?

    Par Carol Devine

    Pour Médecins Sans Frontières (MSF), la neutralité ne signifie pas de garder le silence. Il s’agit d’une notion nuancée et même controversée. MSF se réserve le droit de s’exprimer publiquement sur les graves violations des droits de la personne et les crimes contre l’humanité, comme les génocides. L’impartialité nous rappelle que tous les individus sont également susceptibles de souffrir et que personne ne devrait être privé de l’aide dont il a besoin. 

    Pour MSF, être impartial signifie que nous ne considérons que les besoins humanitaires d’une personne, sans se soucier de qui elle est. Nous ne discriminons aucunement en fonction de la nationalité, de la race, du sexe, de l’identité, des croyances religieuses, de la classe ou des opinions politiques. En revanche, la neutralité signifie ne pas de prendre parti. Dans la pratique, cependant, MSF s’est parfois sentie obligée de faire exactement cela : après avoir été témoins de certaines des atrocités du génocide de 1994 au Rwanda, par exemple, nous avons appelé à une intervention militaire pour y mettre un terme. 

    Fiona Terry, ancienne chef de mission MSF au Rwanda et auteure d’un document de réflexion de MSF intitulé « The Principle of Neutrality: Is It Relevant to MSF? », situe la neutralité dans son contexte historique : le concept s’est répandu dans l’Europe du XIXe siècle quand les guerres se déroulaient sur des champs de bataille spécifiques et que les combattants se distinguaient facilement des non-combattants. Une tierce partie, avec la confiance des deux opposants, pouvait jouer un rôle neutre pour soigner les blessés et les civils. La neutralité visait également à mettre les organisations humanitaires à l’abri des hostilités. 

    MSF s’efforce toujours d’utiliser les outils classiques de neutralité et d’impartialité pour accéder aux personnes ayant besoin de soins et leur fournir de l’aide. Mais dans son ouvrage, Fiona Terry met en lumière la contradiction qui existe entre le fait de revendiquer une stricte neutralité tout en adhérant à la notion d’action médicale et en agissant « sans frontières ». Cela met les besoins des personnes (et l’importance de parler en leur nom) au-dessus des définitions strictes des principes. MSF viole sa propre neutralité dans les situations où rester neutre est moralement répréhensible. 

    Adhérer aux principes de neutralité et d’impartialité de MSF nécessite une affirmation et un effort au quotidien. Dans tous les cas d’action humanitaire médicale de MSF, nous devons continuellement nous demander si nos valeurs fondamentales sont compromises et si le geste est acceptable. Notre objectif fondamental reste de soulager les souffrances et d’aider toute personne dans le besoin et privée de soins, même si le monde continue à évoluer autour de nous. 

    Carol Devine est conseillère aux affaires humanitaires avec MSF Canada

    Extrait du numéro du printemps 2018 de Dépêches, le magazine de MSF Canada.

    Lire la suite dans l'édition du printemps de Dépêches, le magazine de MSF Canada

    --------------------

    -------------------------

    « CHRONIQUE DE LOUIS CORNELLIER : DANS LA NUIT, DIEUC9 : 24e réunion du Conseil des cardinaux avec le pape »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :