• “Notre espoir” - Une profession de foi à cette époque - CCFMC

    “Notre espoir” - Une profession de foi à cette époque.

    Coucher-de-soleil.jpg Un document du synode commun des évêques de la République Fédérale d'Allemagne (1975).
    Il y a 38 ans la résolution “Notre espoir” du synode fut adoptée presqu'à l'unanimité par les participants au synode des évêques de la République Fédérale d’Allemagne (RFA) et ensuite mise au premier rang des 18 résolutions adoptées. Dans l'assemblée de printemps de la conférence épiscopale allemande en 1969 fut prise la résolution de la tenue d'un synode. Il eut lieu de 1971 à 1975 lors de 8 assemblées générales de plusieurs jours à la Cathédrale Saint Kilian dans la ville de Würzburg. Plus de 300 membres issus du clergé, des chrétiens des ordres, des laïcs et des organisations ecclésiales s'étaient donnés comme tâche « d'adapter » les résolutions du Concile Vatican II (1962 – 1965) à la situation concrète en RFA.


    Comme le dit déjà le mot « Synode », l'Église en RFA s'était mise « ensemble en route » : Hommes et femmes. L’élément de l'Église, à savoir le synode, était de nouveau avivé au Concile Vatican II. L'Église comme un peuple pèlerin de Dieu (Lumen gentium – LG), la collégialité des évêques (LG) et la place des laïcs dans l'Église (LG) ainsi que la nouvelle vision sur les Églises locales ont apporté une contribution importante à la renaissance de la structure du synode de l'Église. La vraie codécision des laïcs et la reconnaissance de l’autorité des évêques étaient des questions décisives. À cette époque « L'aggiornamento »,  « l'actualisation de l'Église » au temps concret et au sein d'une Église concrète devraient être garantie de cette manière. Beaucoup a été atteint et réussi. Mais il reste encore beaucoup à faire. Beaucoup semble être oublié ou refoulé. Souvenons nous des paroles que le cardinal Döpfner -qui est mort subitement à peine une année après le synode- prononça lors de son allocution de clôture : aller l'un vers l'autre, parler les uns aux autres et échanger ensemble, ainsi que témoigner de l'esprit de Jésus Christ et agir en conséquence.
     

     

    C'est de cela qu'il en est question aujourd'hui, et nous y parviendront seulement si nous « marchons tous ensemble ».
    « Les hommes, qui vivent de l'espoir, voient plus loin. Les hommes, qui vivent de l'amour, voient plus profondément. Les hommes, qui vivent de la foi, voient tout sous une autre lumière. » Ainsi le curé de l'époque Lothar Zenetti, originaire de Francfort, écrivain et membre du synode de Würzburg résuma en quelques mots les trois « sagesses divines », à savoir la foi, l'espoir et l'amour. Je suppose que, pour lui, la résolution « Notre espoir » du synode est la raison fondamentale pour la permutation de l'ordre traditionnel des « sagesses divines ».


    Voir plus loin, voir plus profondément et voir tout sous une autre lumière, s'entend comme une profession de foi à cette (notre) époque.

    « Espoir » est un mot clé dans le nouveau testament. C'est avant tout un mot dans 1 P 3,15 : Soyez toujours prêts à donner une parole et une réponse à celui, qui pose une question sur l'espoir, qui vous remplit. Ou Rm 8,24-25 : Car c'est en espérant que nous sommes sauvés. Or, l'espérance qu'on voit n'est plus espérance : ce qu'on voit, peut-on l'espérer encore ? Mais si nous espérons ce que nous ne voyons pas, nous l'attendons avec persévérance. Ou Rm 15,4 : Or, tout ce qui a été écrit d'avance l'a été pour notre instruction, afin que, par la patience, et par la consolation que donnent les écritures, nous possédons l'espérance. Donner une parole et une réponse à celui qui pose une question sur l'espoir, qui nous remplit, est la profession biblique de foi.

     

    L'année de la foi, décrétée par le pape Benoît XVI du 11 octobre 2012 au 24 novembre 2013, nous y encourage.
    Les thèmes et les mots clés de la résolution du synode de 1975 sont les thèmes et les mots clés de l'Église en Allemagne. Cependant en regardant de près, ils sont aussi les thèmes de l'Église et des ordres dans les parties éloignées du monde, aujourd'hui comme jadis : Rendre compte de notre espoir comme une tâche de l'Église ; témoin de l'espoir dans notre société ; témoin et porteurs de l'espoir ; chemins à la suite du Christ ; envoi en mission pour l'Église entière et la société entière. Tels sont les thèmes, qui nous accompagneront au courant de cette année.

     

    Hadrian W. Koch OFM


    source http://www.ccfmc.net

    Autres dossiers

    « Vidéo - La prière du Notre Père (sketch)Entretiens AUDIOS avec Suzanne Giuseppi Testut pour le Carême 2013 - (4e entr. 2 de 3) »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :