• Violences entre Israéliens et Palestiniens: l'inquiètude du Saint-Siège

    Faisant écho au Pape François, Le Saint-Siège exprime sa grande préoccupation au regard de la situation explosive qui prévaut actuellement en Terre Sainte.
     

    A Gaza, plus de 60 Palestiniens ont été tués par des tirs de l’armée israélienne lors des manifestations organisées le 14 mai dernier, à l’occasion du 70e anniversaire de la création de l’Etat d’Israël, et coïncidant avec l’inauguration de l’ambassade américaine à Jérusalem. Lors de l’audience générale, le mercredi suivant, le Pape s’était dit «peiné» par l’escalade des tensions dans la région, déplorant cette «spirale de violence qui éloigne toujours plus de la voie de la paix, du dialogue et des négociations».

    Le Pape appelle à faire prévaloir le dialogue en Terre Sainte

    Dans une intervention devant le Conseil des Droits de l’Homme des Nations unies à Genève, Mgr Ivan Jurkovic, représentant du Saint-Siège auprès de l’organisation, s’est associé à la préoccupation exprimée par le Souverain Pontife, pour qui «la guerre appelle la guerre, et la violence appelle la violence». La paix au contraire, est un pré-requis incontournable à la jouissance, pour chacun, de ses droits. Il incombe aux autorités d’encourager toutes les parties concernées à trouver des chemins de paix, qui est le fruit de la justice, a soutenu Mgr Jurkovic.

    «Le Saint-Siège plaide une nouvelle fois pour le courage de dire ‘oui à la rencontre et non au conflit, oui au dialogue et non à la violence, oui aux négociations et non aux hostilités, oui au respect des accords et non aux actes de provocation, oui à la sincérité et non à la duplicité. Tout cela demande du courage, de la force et de la ténacité’», a déclaré le diplomate, reprenant les paroles prononcées par le Saint-Père lors de la prière pour la paix au Proche-Orient qu’il avait organisée au Vatican le 8 juin 2014, en présence des présidents israélien et palestinien, Shimon Peres et Mahmoud Abbas.

    Pour Mgr Jurkovic, tous ceux impliqués dans les récents et  «déplorables» événements doivent se rappeler «l’identité unique de Jérusalem, sacrée pour les juifs, les chrétiens et les musulmans, (…) et qui a une vocation spéciale à la paix».

    Le Saint-Siège exprime enfin sa grande douleur pour les victimes des récentes violences, leurs familles et les blessés, et renouvelle son appel, à la suite du Pape, à la «prudence et à la sagesse» afin d’éviter tout surcroît de tension dans une région déjà tourmentée par de cruels conflits.

    source https://www.vaticannews.va

    ---------------------------

    Articles récents- OFS-Sherb

    votre commentaire
  • La clôture du New York Sotck Exchange à Wall Street, New York, États-Unis.   (AFP or licensors)

    «Oeconomicae»: le plaidoyer du Vatican pour une humanisation de l’économie

    C’est un document fondateur, publié par la congrégation pour la Doctrine de la foi et le dicastère pour le Développement humain intégral. Disponible en plusieurs langues, le texte entend dessiner de nouvelles formes d’économie et de finance dans un paysage mondialisé et enclin à la disruption.
     

    Delphine Allaire – Cité du Vatican

    Le texte intitulé sobrement «Questions économiques et financières» -Oeconomicae et pecuniariae quaestiones- ambitionne de fournir des «repères éthiques concrets» aux sommités économiques, mais aussi aux chefs d’États, décisionnaires en matière de régulation de marché.

    Faire cesser le règne du «profit pur»

    Élaboré par des experts économiques et financiers externes au Vatican, le texte appelle à placer l’homme et le bien commun, et non «le profit pur», au centre des échanges économiques et financiers mondiaux.

    L’influence croissante des marchés sur le bien-être matériel d’une bonne partie de l’humanité y est particulièrement décriée, partant d’un constat simple: au cours de la seconde moitié du XXème siècle, le bien-être économique s’est considérablement accru, hélas, de pair avec les inégalités. 

    Un constat sévère de la mondialisation   

    Le Saint-Siège n’épargne donc aucunement l’actuel système économique dominant, qui fait prévaloir «un égoïsme aveugle». «L'opportunité d'apprendre de la récente crise financière a été gaspillée et l'exploitation et la spéculation au détriment des plus faibles sont toujours une réalité aujourd'hui», énonce-t-il, critiquant tout autant le blanchiment d’argent, la non-transparence, la corruption, ou encore les placements offshore.

    Également dans le viseur, «le tout-quantitatif» et l’absence de prise en compte de la «qualité de vie».   

    Une alliance entre savoir technique et sagesse humaine

    Première solution stipulée: réguler les marchés. Afin de protéger le bien commun et d'impliquer tous les membres de la société dans la richesse et le développement, l'alliance entre acteurs économiques et politiques doit être renouvelée. Une alliance renouvelée qui permette un meilleur contrôle des affaires économiques, «sous peine de voir tout agir humain se pervertir».

    Deuxième solution: établir une orientation éthique dans tous les domaines, qu’ils soient économiques, bancaires ou monétaires. Le but ultime doit être de réduire les inégalités et la pauvreté dans le monde. «L'argent doit servir et non gouverner!» s’exclamait le Pape François dans son exhortation apostolique Evangelii gaudium. Le Vatican insiste ici sur le bien-être de l'humanité, à la racine de la solidarité, de la justice et du «capital humain», beaucoup plus important qu’un simple Produit Intérieur Brut. «Les systèmes ne sont en effet pas constitués de dynamiques anonymes, mais de relations humaines; les humains ne sont pas seulement des consommateurs et des entrepreneurs».

    La nécessité d’une autocritique entrepreneuriale

    Des cours dans les écoles de commerce sur «l’économie et la finance à la lumière de l’homme» sont ainsi recommandés. Du texte surgit aussi un appel à «l’autocritique» des entrepreneurs. Ils doivent initier un retour vers une culture entrepreneuriale et financière, qui mette l’accent sur le bien commun et la responsabilité sociale. Les banques doivent améliorer la transparence de leurs affaires monétaires; les prêts bancaires et l'épargne doivent être plus clairement définis, surtout en matière d’investissements. Les clients devraient être en mesure de voir si leur propre capital a été utilisé à des fins spéculatives ou non. Les comités d'éthique devraient être mis en place dans les conseils d'administration, de sorte qu'un autre appel à des cours d'éthique dans les écoles de commerce soit une partie intégrante. 

    source https://www.vaticannews.va

    --------------------------------

    Articles récents- OFS-Sherb

    votre commentaire
  • Affrontements dans la Bande de Gaza, le 11 mai 2018.  (ANSA)

    Les évêques catholiques de Terre Sainte demandent la fin du siège de la Bande de Gaza

    Les dizaines de morts et les près de 3000 Palestiniens blessés lors des manifestations organisées lundi près de la frontière de la Bande de Gaza auraient pu être évitées «si les forces israéliennes avaient usé d’instruments non létaux». Les évêques catholiques de Terre Sainte ont diffusé le 15 mai un communiqué dénonçant la répression menée par l’armée israélienne.
     

    Dans ce message repris par l’agence Fides, l’Assemblée des évêques ordinaires catholiques de Terre Sainte, qui rassemble tous les évêques des Églises catholiques (latine, grecque melkite, arménienne, maronite, chaldéenne et syro-catholique) présentes dans cette région, avec le Custode franciscain de Terre Sainte, demande de mettre fin «le plus tôt possible» au siège imposé à près de deux millions de Palestiniens dans la Bande de Gaza. Ils ajoutent que le transfert de l’ambassade américaine en Israël de Tel Aviv à Jérusalem «ne contribue pas à faire avancer la paix tant attendue entre Israéliens et Palestiniens». Et ils font référence aussi à la nécessité, réclamée avec insistance par le Saint-Siège, de faire de Jérusalem «une ville ouverte à tous les peuples, le cœur religieux des trois religions monothéistes», en évitant toute mesure unilatérale qui puisse altérer la Ville sainte.

    «Aucun motif ne peut empêcher à la ville d’être à la fois la capitale d’Israël et de la Palestine», précisent les évêques, en ajoutant que ceci devrait advenir à travers «la négociation et le respect réciproque».

    Veillée de prière pour la paix le 18 mai

    Mardi, au lendemain de ces violences qui portent à 110 morts et 3000 blessés le bilan de la répression des manifestations dans la Bande de Gaza depuis le 30 mars, l’administrateur apostolique du Patriarcat latin de Jérusalem, Mgr Pierbattista Pizzaballa, a invité «tous les prêtres, les religieux, les religieuses, les séminaristes, tous les fidèles de Jérusalem et ceux qui le désirent» à prendre part à la veillée de prière pour la paix qui sera célébrée dans l’après-midi de samedi, à la veille de la Pentecôte, en l’église Saint-Étienne. Le Patriarcat latin de Jérusalem invite également tous ceux qui le souhaitent et le peuvent à vivre une journée de jeûne et de prière pour la Terre Sainte. Le Conseil des Conférences épiscopales d’Europe a apporté son soutien à cette initiative.

    source https://www.vaticannews.va.

    -------------------------

    Articles récents- OFS-Sherb

    votre commentaire
  • Au primat Rastislav, le Pape rappelle l'urgence de l'unité des chrétiens

    Le Pape et le métropolite Rastislav, primat de l’Eglise orthodoxe des Terres Tchèques et de Slovaquie   (ANSA)

    Au primat Rastislav, le Pape rappelle l'urgence de l'unité des chrétiens

    Ce vendredi 11 mai 2018, le Pape François a reçu en audience le métropolite Rastislav, primat de l’Église des Terres Tchèques et de Slovaquie. C’est une première pour le chef de cette petite Église orthodoxe autocéphale.
     

    Manuella Affejee - Cité du Vatican

    Au cours de son séjour romain, lors duquel il a pu rencontrer le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’Unité des chrétiens, Rastislav a célébré la Divine Liturgie à la Basilique St Clément, qui abrite la tombe de St Cyrille. Avec son frère Méthode, ce saint originaire de Thessalonique évangélisa les peuples slaves d’Europe centrale au IXe siècle. Tous deux sont aujourd’hui encore très vénérés à la fois par les chrétiens d’Orient et d’Occident.

    Valoriser le patrimoine de sainteté

    C’est sur ces deux figures que le Pape François a choisi de centrer son allocution, rappelant tout d’abord que ce furent Cyrille et Méthode qui apportèrent au Pape Adrien II les reliques de St Clément, un des premiers évêques de Rome et mort en exil sous le règne de l'empereur Trajan. Ce geste symbolique «nous rappelle que, nous, chrétiens avons hérité ensemble (…) d'un immense patrimoine commun de sainteté», a assuré François, se référant aux innombrables témoins et martyrs d’hier mais aussi d’aujourd’hui, notamment sous la persécution athée des régimes communistes en Tchécoslovaquie. Les souffrances endurées actuellement par de nombreux chrétiens «nous interpelle à rechercher une plus grande unité», a plaidé le Pape avant de souhaiter que l’exemple des Apôtres des slaves aide les chrétiens à valoriser ce patrimoine de sainteté, «qui déjà unit».

    Cyrille et Méthode, modèles d'évangélisation

    Le Souverain pontife s’est ensuite arrêté sur le rapport entre évangélisation et culture, à l’aune de l’œuvre missionnaire des saints Cyrille et Méthode. Convaincus que chaque peuple devait pouvoir glorifier Dieu dans sa langue maternelle, ils traduisirent les Saintes Ecritures et textes liturgiques en slavon, -né de l’alphabet qu’ils mirent au point-,  un geste audacieux pour l’époque. Les deux frères, déclarés co-patrons de l’Europe par St Jean-Paul II, constituent donc pour François un  «modèle d’évangélisation». «Pour annoncer le Seigneur, il ne suffit pas de réaffirmer les schémas du passé, mais il convient de se mettre à l’écoute de l’Esprit, qui inspire toujours des voies nouvelles et courageuses pour évangéliser les contemporains», a-t-il certifié.

    Cyrille et Méthode réussirent enfin à dépasser les divisions entre communautés chrétiennes de cultures diverses; ces «précurseurs de l’œcuménisme» (Jean-Paul II) rappellent que «l’unité n’est pas l’uniformité, mais signifie plutôt la réconciliation dans l’Esprit-Saint», a insisté le Pape, avant de conclure : «que l’exemple des saints Cyrille et Méthode mous accompagne le long du chemin vers la pleine unité, nous stimulant à vivre cette diversité dans la communion et à jamais nous décourager» dans ce parcours.

    L’évêque de Rome s’est également réjoui de la «participation active» de l’Eglise des Terres Tchèques et de Slovaquie à la commission mixte internationale pour le dialogue théologique entre l’Église catholique et l’Église orthodoxe; commission qu’elle a intégrée en 2006.

    source https://www.vaticannews.va

    --------------------------

    Articles récents- OFS-Sherb

    votre commentaire
  • Nomadelfia 10/05/2018 © Vatican Media

    «Nomadelfia est une réalité prophétique qui vise à réaliser une nouvelle civilisation» (traduction complète)

    Le pape visite une cité sous la «loi de la fraternité»

    «Nomadelfia est une réalité prophétique qui vise à réaliser une nouvelle civilisation », a constaté le pape François qui s’est rendu en hélicoptère dans cette communauté italienne du diocèse de Grosseto (Toscane), ce jeudi matin, 10 mai 2018.

    Le pape a été accueilli par l’évêque de Grosseto, Mgr Rodolfo Cetoloni, par le curé, le père Ferdinando Neri, et par le président de la communauté, Francesco Matterazzo, un laïc.

    Nomadelfia dont le nom vient du grec « nomos », la loi et « adelphos », le frère, a été fondée en 1948 par un prêtre diocésain italien, don Zeno Saltini (1900-1981) : le pape a commencé par se recueillir auprès de sa tombe, avant de rencontrer la communauté qui lui a proposé des extraits d’une comédie musicale sur l’épopée de la fondation.

    Le pape a béni les malades et il a reçu différents cadeaux notamment un livre illustré par les enfants sur les différents aspects de la vie en communauté de familles.

    Le pape a commenté le nom de la communauté en les encourageant dans leur « style de vie » : « La loi de la fraternité, qui caractérise votre vie, était le rêve et l’objectif de toute la vie de don Zeno, qui voulait une communauté de vie inspirée par le modèle décrit dans les Actes des Apôtres (…). Je vous exhorte à continuer ce style de vie, en faisant confiance à la puissance de l’Evangile et du Saint-Esprit. »

    Le pape s’est ensuite rendu à Loppiano une autre cité née de l’utopie évangélique, sou l’impulsion de Chiara Lubich (1920-2008), la fondatrice des Focolari.

    Voici notre traduction rapide, de travail, de l’italien des paroles prononcées par le pape en partie d’abondance du cœur.

    AB

    Allocution du pape François

    Chers frères et soeurs de Nomadelfia!

    Je suis venu ici parmi vous à la mémoire de Don Zeno Saltini et pour exprimer mes encouragements à votre communauté fondée par lui. Je vous salue tous avec affection: votre président Francesco Matterazzo, le curé, le père Ferdinando Neri, les nombreux amis et l’évêque de Grosseto, dans le diocèse duquel vous êtes insérés et qui suit avec attention le travail de Don Zeno. Nomadelfia est une réalité prophétique qui vise à réaliser une nouvelle civilisation, mettant en œuvre l’Evangile comme une forme de vie bonne et belle.

    Votre Fondateur s’est consacré avec ardeur apostolique à préparer le terrain pour la semence de l’Evangile, afin qu’il puisse produire des fruits de vie nouvelle. Élevé au milieu des champs des plaines fertiles de l’Emilie, il savait que lorsque la bonne saison arrive, il est temps de mettre la main à la charrue et de préparer le sol pour l’ensemencement. Il a été impressionné par la phrase de Jésus: « Quiconque met la main à la charrue et regarde ensuite en arrière est inapte au Royaume de Dieu » (Lc9,62). Il le répétait souvent, présageant peut-être les difficultés qu’il rencontrerait pour incarner, dans le concret de la vie quotidienne, le pouvoir de renouveau de l’Évangile.

    La loi de la fraternité, qui caractérise votre vie, était le rêve et l’objectif de toute la vie de don Zeno, qui voulait une communauté de vie inspirée par le modèle décrit dans les Actes des Apôtres: «La multitude de ceux qui étaient devenus croyants n’avaient qu’un seul cœur et qu’une seule âme, et personne ne considérait sa propriété comme la sienne, mais parmi eux tout était commun » (Ac 4:32). Je vous exhorte à continuer ce style de vie, en faisant confiance à la puissance de l’Evangile et du Saint-Esprit, par votre témoignage chrétien limpide.

    Face aux souffrances des enfants orphelins ou marqués par la précarité, don Zeno a compris que le seul langage qu’ils comprenaient était celui de l’amour. C’est pourquoi il a su identifier une forme particulière de société où il n’y a pas de place pour l’isolement ou la solitude, mais le principe de la collaboration entre différentes familles est en vigueur, où les membres se reconnaissent comme des frères dans la foi. Ainsi, en Nomadelfia, en réponse à un appel spécial du Seigneur, des liens beaucoup plus solides que ceux de la parenté s’établissent. Une consanguinité avec Jésus se réalise, propre à ceux qui ont été renaître de l’eau et du Saint-Esprit et selon les paroles du divin Maître: « Quiconque fait la volonté de Dieu est pour moi un frère, une soeur et une mère » (Mc 3,35 ). Ce lien spécial de consanguinité et de familiarité se manifeste aussi par les relations mutuelles entre les gens: tous sont appelés par leur prénom, jamais par le nom de famille, et dans les relations de tous les jours on utilisons le « tu » de la confiance.

    Je veux aussi souligner un autre signe prophétique, un signe et une grande humanité de Nomadelfia: il s’agit de l’attention pleine d’amour envers les personnes âgées qui, même si elles ne sont pas en bonne santé, restent en famille et sont soutenues par les frères et les sœurs de toute la communauté. Continuez dans cette voie, en incarnant le modèle de l’amour fraternel, aussi par des œuvres et des signes visibles, dans les nombreux contextes où la charité évangélique vous appelle, mais en préservant toujours l’esprit de don Zeno qui voulait un Nomadelfia « légère » et essentielle dans ses structures . Face à un monde parfois hostile aux idéaux prêchés par le Christ, n’hésitez pas à répondre par le témoignage joyeux et serein de votre vie, inspiré par l’Evangile

    Merci beaucoup pour la chaleur et l’ambiance familiale avec lesquelles vous m’avez accueilli. C’était une rencontre brève mais pleine de sens et d’émotion. Je l’emporte avec moi, surtout dans la prière. J’emporte vos visages: les visages d’une grande famille avec la franche saveur de l’Evangile.

    Et maintenant, en goûtant la joie d’être tous frères parce que nous sommes enfants du Père céleste, prions ensemble Notre Père.

    Prière du Notre Père

    Et maintenant je vous donne à tous, à vos familles, à ceux qui vous sont chers, la Bénédiction apostolique, invoquant sur chacun la lumière et la puissance du Saint-Esprit.

    Bénédiction

    Et priez pour moi, ne l’oubliez pas.

    En conclusion

    Merci beaucoup pour l’accueil. Et pour les cadeaux, qui sont des «cadeaux de famille», c’est très important: ce sont des cadeaux qui viennent du cœur, de la famille, d’ici; simples, mais riches de sens.

    Merci beaucoup! Merci de votre accueil, de votre joie.

    Et en avant! Merci.

    Traduction de ZENIT, Anita Bourdin

    source ZENIT.org 

    -------------------------

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique