• ONU – Des objectifs centrés sur la situation des pays les plus pauvres - E&E

    ONU – Des objectifs centrés sur la situation des pays les plus pauvres

    https://ecologyandchurches.files.wordpress.com/2015/04/auza.jpg

     

    ONU – Des objectifs centrés sur A côté des négociations internationales pour limiter le réchauffement climatique en cours, les instances onusiennes mènent aussi des sessions consacrées aux négociations intergouvernementales sur le programme de développement post-2015 (ODD : Objectis de développement durable). Mgr. Bernardito Auza, observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations Unies à New York, yest intervenu le 24 mars.

    Extra

    its de son intervention

        « Les objectifs de développement durable doivent intégrer de façon équilibrée les trois piliers du développement durable, développement économique, social et environnemental, avec une attention globale sur l’éradication de la pauvreté et l’accomplissement d’une vie digne pour tous. Il est impératif que ces objectifs soient davantage centrés sur les besoins des pays plus vulnérables, en particulier les pays moins développés, ceux qui sont en développement sans littoral et les petits états insulaires, avec une attention particulière aux secteurs de la population où la pauvreté est plus généralisée, à ces régions où les conflits armés se poursuivent bloquant aussi la réalisation des objectifs de développement et de fait causant un recul dans le développement, et aux zones les plus affectées par les catastrophes naturelles ».

        (…) Ma délégation prend note du travail de la Commission des statistiques des Nations Unies qui a présenté une liste préliminaire d’indicateurs et objectifs pour les objectifs de développement durable. Nous voulons également souligner que les indicateurs basés sur la preuve doivent être présentés de façon ouverte et transparente par les états membres. Ces indicateurs ne devraient pas altérer l’équilibre politique des objectifs, ni être utilisés pour imposer des idées ou idéologies qui ne font pas consensus en vertu du résultat des groupes de travail ».

        (…)  Ma délégation est fermement convaincue que les indicateurs doivent être généraux, et prendre en compte les particularités nationales et régionales, notamment les différentes aptitudes. Les indicateurs ne doivent pas être seulement des chiffres peu réalistes qui ne peuvent être acceptés, ou non, que par les pays développés ».la situation des pays les plus pauvres

    Auza

    « Homélie du deuxième dimanche de Pâques - 12 avril 2015ECOLOGIE – Ce pape qui ne plaît pas à tout le monde »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :