• Parabole de l'iceberg - Alice

    Parabole de l'iceberg;

     

    Iceberg.jpgIl y a quelques temps, j'ai écrit un brûlot « J'étouffe dans l'Église, je souffre... » J'écris. Cela me permet de ne pas ressasser indéfiniment...J'ai donc écrit et je suis arrivée à une conclusion inattendue. Je ne sais pas par quel cheminement j'en suis arrivée à ce résultat, mais c'est ainsi...Et cette conclusion incroyable m'a tout simplement permis de brûler immédiatement ...ce brûlot et de garder uniquement cette conclusion que j'appelle « la parabole de l'iceberg ».

     

    J'étouffe dans cette Église du Vatican, partie émergée d'un immense iceberg.

    Certaines personnes disent que je suis protestante. D'autres ne se gênent pas pour me dire d'aller voir ailleurs...Et pourtant je ne vois pas pourquoi je partirai. Il me semble qu'un fil ténu me tient attaché à cette Église. Quel est ce fil qui me semble si fragile, si peu solide mais dont j'ai éprouvé sa solidité et son ancrage? La foi que m'ont transmise mes parents? Ma vie marquée par l'Amour ? L'amour de mon petit homme? de mes enfants, ma famille, les ami(e)s? Mes engagements, mes luttes en union avec d'autres? Cette quête incessante de vivre l'Évangile dans mes rencontres, dans tous ces nouveaux liens d'amitié tissés au jour le jour?

     

    Je prends, alors, conscience que l'Église n'est pas que cette partie émergée. Elle est surtout la partie cachée de cet iceberg, partie immensément grande, énorme à côté de la partie émergée!. Elle est immergée et on ne la voit pas mais elle est là. Dans l'immense foule des hommes, des femmes, des enfants, tous et toutes plongé(e)s au cœur du monde, nous pouvons découvrir Dieu-Amour, notre Père-notre Mère. Dans cette immense partie immergée de l'iceberg, je peux retrouver, avec joie, l' Esprit des Béatitudes, avoir une âme de pauvre pour accueillir l'autre, l'écouter, lui dire ma soif et lui demander à boire, cheminer ensemble, lui porter son sac et poser le mien.

     

    Dans cette immense partie cachée de l'iceberg, dans l'immense foule des hommes, des femmes des enfants, je peux approfondir ma foi, je peux vivre dans l'Amour et de découvrir Dieu-Amour, Vivant et Présent en moi, en tout autre..

    Je crois en l'Amour, notre Père-notre Mère,. cet Amour qui nous remet debout, nous donne notre dignité humaine d'homme, de femme, d'enfant.

    Je crois au Christ, Amour incarné dans chacun de nos actes, dans chacune de nos pensées. Il est là, ressuscité, présent, vivant en nous et en tout autre. Dans cette immense partie immergée de l'iceberg, il m'aide à changer mon regard sur toute autre personne. Il me dit que toute personne est digne d'être aimée.

    Je crois en l' Esprit-Saint, Amour agissant, amour qui ouvre portes et fenêtres pour un souffle nouveau dans toute l'Église, (partie émergente comme la partie immergée), souffle nouveau pour toute la terre. Je crois en l' Esprit-Saint, Amour qui donne force, audace et énergie pour avancer ensemble sur la route. Je crois en l' Esprit-Saint, Amour qui donne le goût du sel de la terre.

    Je crois en Dieu-Amour, Père-Mère, Enfant et Esprit qui donne à chacun(e) sa place dans ce monde.

    Je crois que cet iceberg est le monde animé et inanimé où nous avons chacun(e) notre place et où, ensemble, nous pouvons découvrir à quel point Dieu nous aime.


    Alice

    ------------

    Autres dossiers

    « Homélie de la Pentecôte - 27 mai 2012Des prostituées sacrées au Temple de Jérusalem - InterBible »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :