• PRIER AVEC LE CANTIQUE DES CANTIQUES - Élisabeth (1 / 5)

    PRIER AVEC LE CANTIQUE DES CANTIQUES

    bible-juive.jpg

     La Bible juive  est un ensemble de trois livres appelé le Tanah acrostiche des mots Thora (le Pentateuque), Néviim (les Prophètes), Kétouvim (les Ecrits). Le Cantique des Cantiques se trouve dans  les écrits, entre le livre de  Job et celui de Ruth.

    D'après la tradition  il  serait l'œuvre poétique de jeunesse du roi Salomon  qui  l'aurait chanté pour la première fois lors de l'inauguration du Temple de Jérusalem.

    Ce chant n'entra dans le canon biblique que sur la décision de Rabbi Akiba qui proclama au cours d'une controverse à son sujet  avec les sages de sa génération: « Si  tous les écrits sont saints, le Cantique des Cantiques est le Saint des Saints ». Ajoutant que seule une lecture allégorique était  autorisée, condamnant toute lecture profane.

     

     La bien Aimée:

    « Qu'il me baise des baisers de sa bouche…

    C’est par ces paroles de feu que nous entrons dans la lecture du Cantique des Cantiques.

    Si l’on me demandait, mais qui donc est cette Bien Aimée dont le cœur est si brûlant de désir ? Je répondrai, c’est vous, c’est moi, et c’est à chaque fois celui qui emporté par le souffle puissant de sa prière prononce ces mots incandescents.

     

    Qu'il me baise des baisers de sa bouche : Nous entrons à n’importe quel moment de notre existence dans la ronde de ce chant d’amour, qui ne connaît qu'un seul temps, celui  du présent éternel,  celui de ceux qui s’aiment. Je lis et j’appelle et dans la même seconde celui vers qui je crie, me lit et m’appelle, cet éveil mutuel des amants qui se répondent est sertie comme un diamant dans l'écrin du verbe lire quoré en hébreu, qui signifie aussi appeler.

     

    Qu'il me baise des baisers de sa bouchecomme au premier jour, mon Dieu, quand Tu insufflas dans les narines d’Adam une haleine de vie puisée au creux de Tes entrailles, rehem, lieu de Ta miséricorde. Dans ce long et profond expire, cette contraction extrême de Ta puissance, ce voilement retrait de Toi, Tu as créée cet espace pour que l’homme prenne place, et puisse dialoguer avec Toi, pour qu’un jour je me tienne en face de Toi.

     Ton souffle, l’intime de Ton intime ne cesse de déplier dans le secret du ventre maternel, nos êtres recroquevillés afin qu'ils se déploient et se redressent dans ce mouvement qui Te mettra à l'intérieur de nous, en marche dans Ton monde.


    Oh mon Dieu c’est Ton souffle Saint qui vient respirer en moi en de longs gémissements dans une prière qui Te dit tout mon désir de Toi.

    Ton souffle, devenue ma respiration,  oxygène de ce sang qui pulse dans mes veines, battements de mon cœur pour Toi. Rien que pour Toi.

     

    Qu’il me baise des baisers de sa bouche : Viens que je  me délecte encore et encore de Ton haleine de vie jusqu'à perdre le souffle, jusqu'à mon dernier souffle qu’en Christ je Te remets.

    Ton expiration d'amour est ma respiration de vie.

     

     Autres dossiers

     

     

     

    « Compte rendu de mission au Maroc avril/mai 2013 (5 de 7) - SuzanneMaranatha - InterBible »

  • Commentaires

    1
    Jean Michel JOFFRES
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 19:51

    Merveilleux livre! Merci Richard!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :