• PRIER AVEC LE CANTIQUE DES CANTIQUES - Élisabeth (4 / 5)

    PRIER AVEC LE CANTIQUE DES CANTIQUES

     

    Reviens...sois semblable, mon Bien Aimé, à une gazelle,

    à un jeune faon sur les montagnes du partage.

    PRIER AVEC LE CANTIQUE DES CANTIQUES - Élisabeth (3 / 5)

     

     

    Tout le long du Chir a chirim, la Bien Aimée compare son Bien Aimé  à une gazelle et à un faon, le petit du cerf. 

    La gazelle est un mammifère ruminant de petite taille, très rapide  et ce nom peut désigner aussi bien le mâle que la femelle. Les mâles ont des cornes en forme de lyre inclinées en arrières.  Cet animal symbolise la grâce, l'élégance, la  rapidité et l'acuité visuelle.

    En hébreu gazelle se dit, tsvi.

    Dans le verset l'expression employée est: létsvi. La préposition de comparaison est collée au nom. On peut alors lire en permutant les lettres, le mot  tselvi qui signifie, ma croix.

    Mon Bien Aimé est comme l'arbre de la Croix,  qui dégoutte de myrrhe... de  ses blessures suinte une résine de prix,  sang et larmes, sève de vie  pour le rachat, le pardon et la vie éternelle.  Se saisir des branches de cette croix lyre pour en extraire les plus beaux chants d'amour et de louanges et chanter le chant nouveau de la délivrance.

     

     Le cerf est le roi de la forêt. Par sa haute ramure  qui se renouvelle périodiquement  il est comparé à l'arbre de vie et symbolise la fécondité, les rythmes des croissances et la lumière car il guide vers la clarté du jour. Quand il a soif, quand il recherche une compagne son appel rauque est irrésistible ainsi en est il de l'appel de Dieu.

    Son amour plus fort que la mort,  nulle ne saurait ne saurait l’entendre sans en être ébranlé jusqu'en ses fondements et sans y répondre.

    Le faon se dit, Opher. Ce mot, lu Aphar  signifie cendre ou poussière. Cendre sur mon front, poussière du mercredi des cendres, signe de la folie d’amour d’un Dieu qui nous aime jusqu’à nous donner son fils pour qu’aucun d’entre nous ne se perde.

     

    Les monts du partage

    D'après la tradition le mont du partage c'est le mont des oliviers:

    -« Alors l'éternel s'en viendra guerroyer contre ses peuples...ce jour là, ses pieds se poseront sur la montagne des oliviers....et la montagne des oliviers se fendra par le milieu... » (ZAC 14,4)

     

    Comment ne pas penser au jour du vendredi saint, au tremblement de terre (Matt27, 51)  au rideau du Temple qui se fend abolissant la séparation entre le sacré et le profane, Israël et les nations. Par la Passion du Fils, Dieu devient le tout proche, jusqu’à demeurer en nous si nous demeurons dans le Fils. Rupture d'avec le monde ancien en ce lieu  du crane ou tout se fend pour ensemencer le germe en nos terres intérieures de l’homme nouveau. L’huile d’onction répandue sur la tête du  Fils de l’Homme, sang précieux dégoutte sur nos tête en Huile des sacrements suscitant dans nos vies la venue de l'Esprit consolateur sans lequel nous ne saurions dire Abba, sans lequel nous ne saurions murmurer une seule prière.

     Élisabeth

    « Qu’est devenue la Fraternité ? - BrunoVidéo d'un MOB pour les JMJ de Rio 2013 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :