• Que ma vie soit témoignage! - Alice

    Que ma vie soit témoignage!

     

    "Proclamez votre foi" dit Benoît XVI....... "Allez dire aux autres..."

     

    chemin du coeur-copie-1

    Lorsque j'étais jeune enseignante, dans les années 70, je suis partie deux ans, en Afrique, comme missionnaire laïque. Je ne voulais pas me contenter d'ouvrir mon porte-monnaie, je voulais aimer les Africains en donnant de mon temps, de ma personne. En fait, j'allais, comme tant d'autres avant moi, pour porter "ma" bonne nouvelle, avec cette idée bien occidentale que nos valeurs sont à transmettre mais en oubliant que les autres ont aussi des valeurs à nous transmettre. J'y allais avec un esprit "colonisateur".


    A mon retour, on m'a demandé de témoigner en église, lors d'une messe dominicale. Je pouvais dire: "j'y allais pour aimer mais, en fait, j'ai beaucoup reçu". La 2ème paroisse où j'ai ainsi témoigné était desservie par le vicaire général du diocèse. Il a fait une remarque à ses paroissien(ne)s :"Avez-vous remarqué ce qu'a fait Melle D. avant de vous parler?" Comme aucun(e) paroissien(ne) n'a répondu, il a dit: "Melle D. vous a regardé et vous a souri". Voilà mes 1ers témoignages dans une église.


    Puis, un dimanche, comme j'allais parler au curé de ma paroisse, avant la messe où j'allais lire les textes et la prière universelle, celui-ci me demanda "Accepteriez-vous de m'aider à distribuer la communion car, aujourd'hui, exceptionnellement, toutes les religieuses sont absentes?" Il m'a fallu du temps pour accepter car ma timidité et mon manque de confiance en moi me portaient plutôt à dire non.. Je fus donc la 1ère laïque, dans ma paroisse, à aider le prêtre à distribuer la communion, lors de la messe. Mais peut-on un jour espérer faire davantage dans cette église?


    Ma 3ème prise de parole, dans l'église, fut avec Pierre, le jour de notre mariage. Nous avions invité une célibataire et jeune couple à témoigner de leur façon de vivre l'amour tout en étant célibataire ou marié(e), sans compter notre propre témoignage et celui du prêtre qui nous mariait. A un moment, je me suis inquiétée de la longueur de la cérémonie, mais j'ai été rassurée en appréciant la qualité du silence et la joie que je pouvais constater sur tous les visages, à la sortie. Comment ne pas être touchée lorsque, le lendemain, un ouvrier de la ferme, nous apercevant dans la rue, a traversé la chaussée pour venir nous serrer la main !


    Puis, avec mon petit homme, ce fut une longue, longue, très longue traversée dans le désert. Nous nous sommes senti(e)s rejeté(e)s par l'Eglise. Mais Jésus a lui aussi fait l'expérience du désert. Dans quel but? Un besoin? Une obligation? Une étape avant d'aborder sa nouvelle vie? Expérimenter la tentation? ou une expérience tellement vivifiante que cela l'a marqué à vie et alors nul besoin de renouveler cette expérience? Notre expérience nous a amené(e)s à continuer à vivre notre foi au coeur du monde. Alors quel témoignage puis-je donner? Cette traversée du désert m'a amenée à Reconnaître le Christ Vivant, Présent en moi, en tout autre. Le Christ nous appelle à renaître. Sa sortie du désert a amené le Christ sur les bords du Jourdain où Il se fait baptiser


    Au début de ce mois, une amie m'a dit que notre évêque venait faire une conférence, sur la résurrection, un mardi soir, dans l'église de la paroisse. Après hésitation, je décidais d'aller l'écouter mais en préparant un texte. A la fin de la conférence, le curé demanda s'il y avait des questions. Devant le silence total, j'ai levé le doigt pour prendre la parole. J'avais tremblé durant toute cette conférence. Je ne m'inquiétais pas de l'évêque car j'avais accepté, par avance, le fait qu'il peut m'envoyer au tapis... Mais je pensais à toutes ces personnes qui étaient dans l'assemblée et qui ne me regardent pas forcément d'un regard bienveillant. J'ai bredouillé 2 phrases puis j'ai lu calmement, tranquillement, mon texte intitulé:"Christ est vivant! Alléluia! Alléluia!", à la plus grande joie de mon amie qui m'avait informée. C'était donc la 4ème fois que je parlais dans une église! N'est-ce pas formidable, pour moi, femme, simple laïque, n'ayant pas reçu de" sacrement mineur" qui autorise le clerc à parler. Mais ... qui suis-je pour parler ainsi? De quelle autorité ai-je obtenu le droit de parler? Mon témoignage de foi ne semble pas recevable? J'ai compris, alors, que j'avais, une nouvelle fois, dérangé, sans m'en rendre compte, l'ordonnancement de la soirée. Alors que tout le monde pensait que j'allais poser une petite question à l'évêque, je disais ma propre foi. Mais qui suis-je donc pour parler ainsi... après mon évêque, archevêque même? Donc mon témoignage n'était pas recevable. Il ne peut être entendu... J'ai pensé alors :"Quand Pierre eût fini de parler, Paul se leva et dit..." Seulement, je ne suis pas Paul...Mais je suis heureuse d'avoir fait cela, je pense que c'est une petite avancée dans la vie de l'Eglise...


    Proclamons notre foi. Peut-être qu'étant dans le fond de l'église, je n'avais pas regardé toutes ces personnes et je ne leur avais pas souri? Peut-être ai-je oublié que les personnes ne sont pas souvent prêtes à entendre notre témoignage? Donc proclamer ne sert à rien si l'autre n'est pas en état de recevoir mon message.

    Peut-être que le meilleur témoignage que je puisse donner, c'est ma vie, tout simplement, en aimant les autres, en commençant par avoir besoin d'eux, besoin d'elles.

    Témoigner n'est pas aller porter notre "bonne nouvelle" aux autres...

    Mais savoir, dans l'esprit des béatitudes, dire:"donne-moi à boire".


    Alice

     

    ------------

    Autres dossiers

    « Homélie de la nuit de Pâques (7 avril 2012)Diapo - Un joli petit conte qui sans prétention... »

  • Commentaires

    2
    Alice Damay-Gouin
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 20:27

    Merci à vous, Luce. Merci,

    Alice

    1
    Dimanche 1er Avril 2012 à 21:08

    Je dis BRAVO à Alice.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :