• RABBA EMOUNATEKHA, grande est ta foi ! - Élisabeth

    RABBA EMOUNATEKHA, grande est ta foi !  

      Copie-de-israel10-062.jpg

    (photo d'une murale prise en Israel en mai 2011)

    Dès qu'il ouvre les yeux,  chaque juif pieux,  remercie le maître de la vie de lui avoir rendu son âme  terminant par ces mots : rabba émounatékha, grande est ta foi !  Je ne sais pas pourquoi, je n’y avais pas assez réfléchi sans doute,  j’ai toujours pensé que c’était ma foi, celle de l’homme en son créateur qui était louée. Mais un jour,  un  de mes fils, étudiant talmudique, m'a dit, mais non maman,  il s'agit de celle de Dieu. Dans cette prière, nous louons la confiance de Dieu envers l'homme, confiance que ce dernier agira selon la Torah et les mitsvot (les commandements).


    Ce fut comme un éblouissement, et mon cœur s’est empli de gratitude mais aussi  de tremblement et d’étonnement devant ce risque prit.  Chaque jour, Dieu prend le risque  de nous rendre notre âme, quoi que nous ayons fait la veille. Chaque jour est un jour nouveau, chaque jour Sa confiance est renouvelée.  Ce  risque,  que beaucoup ne comprennent pas, il voudrait un Dieu qui intervient dans nos vies à la manière d’une fée avec sa baguette magique. Ce risque, je l’appelle folie d’amour, parce qu’il  est acceptation de tous nos choix, acceptation de la part de ténèbres et de souffrance que nous pourrons causer, que nous allons causer.  Il le prend parce qu’Il  nous veut libre  et responsable parce qu’Il appelle chacun d’entre nous  à une relation d’amour et qu’on ne force pas l’amour.


     Les autorités religieuses de quelques religions qu’elles soient  n’ont pas la même confiance. Pour sauver les âmes, être sures qu’elles choisiront le bon chemin, elles  les plongent dans la crainte et la peur d’un dieu autoritaire et justicier, prêt à punir, à condamner.  Nous avons oublié que Dieu est relation et que nous avons à entrer dans  cette relation, une relation  d’amour, et pour cela  nous n’avons qu’une seule chose à faire, nous laisser aimer et aimer   en suivant Sa chartre relationnelle , les Dix Paroles, et celle de Son fils qui nous demande, à son imitation, de   donner sa vie pour ceux qu’on aime

    Les Dix Paroles  pour choisir la vie et non pas la mort. La mort occasionnée par le non respect de ces Paroles, par la faute, employons le mot qui fait mal, le péché…qui fait mal parce que si mal compris.


    En hébreu, Hâtât   a plusieurs sens. : La faute,  manquer la cible, le sacrifice expiatoire.


     Manquer la cible : l’homme  est dans une recherche constante d’équilibre pour rester dans l’alignement  de son être afin de toucher la cible, le cœur de Dieu. Fauter, c’est tout simplement dévier, se disperser et par ce fait, s’éloigner  pour un moment  de cette source. Il s’agit donc,  non pas de culpabiliser, de s’effrayer comme un enfant, et de se condamner durement  mais tout simplement, en douceur, et en conscience,  par  un  travail intérieur,  de revenir à son centre, se reconnecter à la source.


     Offrande, sacrifice. Saint Paul nous dit que le Christ s’est fait hâtât pour nous. Nous avons traduit  par péché mais nous aurions pu tout aussi bien dire offrande. Le  Christ n’a-t-il pas donné sa vie en rançon pour nous ?  Avec lui, en son corps, nous  sommes à notre tour  hâtât .

     

    En regardant les 4 lettres qui composent ce mot, hèt, tèt, alèph et tav, je vois qu’il contient le mot hat, ciseaux.   Commettre  une faute,  serait   comme se couper avec un ciseau de l’aleph et du tav (la première lettre et  la dernière lettre de l’alphabet hébraïque) autrement dit, de l’Alpha et de l’Oméga, du Verbe incarné. C’est cela la faute, et pas autre chose,  se couper du Bien aimé, de celui qui m’aime et de celui que j’aime. Dés lors,  ma conduite n’est plus dictée par la peur et la contrainte, ou par intérêt, mais par le seul désir de n’être jamais séparé du Bien Aimé et  par une seule crainte, celle de le blesser, car chaque fois que je manque à l’amour, je le crucifie dans son humanité.

     

              Élisabeth

    autres dossiers

    « Tu es ma joie dans les jours froids - BrunoMonseigneur Yves Patenôtre au Synode sur la Nouvelle Evangélisation à Rome »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 19 Juillet 2012 à 14:31

    Bonne journée Luce

    2
    Alice Damay-Gouin
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 20:18

    Joie et merci, Elisabeth!

    Je me suis réveillée, ce matin, en pensant:"aujourd'hui, j'ai rendez-vous avec Elisabeth". aussitôt, je me levais avec joie, "en habillons mon coeur", dans l'attente et la joie de cette rencontre. En effet, j'avais lu en diagonale cet article et je m'étais promis de le relire lorsque je pourrai prendre le temps de le méditer. !

    J'ai retrouvé la manière d'un rabbin qui dissèque les mots en partant de chaque lettre pour faire le lien avec d'autres mots et amener ainsi à ouvrir des pistes pour celui ou celle qui l'écoute. mais surtout... comme votre message est fort et réconfortant.

    "Nous louons la confiance de Dieu envers l'homme, envers la femme que nous sommes... Chaque jour, Dieu prend le risque de nous rendre notre âme quoi que nous ayons fait la veille... Chaque jour est un jour nouveau, chaque jour Dieu renouvelle sa confiance... J'appelle cela: "folie d'amour".... "nous laisser aimer et aimer en suivant la charte relationnelle des Dix Paroles."

    Contemplons ce Dieu-Amour mais surtout laissons-nous contempler par ce Dieu-Amour, laissons-nous faire dans cette contemplation que Dieu fait en nous. laissons-nous imbiber, imprégner de cet Amour...

    Avec Lui, en son Corps, nous sommes aujourd'hui "offrande". Et cette notion de salut qui m'apparaît trop individuelle dans mon Eglise, trouve là, enfin, cette dimension universelle:"en son corps, nous sommes..." C'est ensemble que nous sauvons l'humanité tout entière. Qui veut sauver sa vie la perdra. C'est, ensemble avec d'autres que nous nous sauvons tous, toutes.

    Merci, Elisabeth

    Dans la joie et la paix du Christ

    Alice

    3
    Luce Beaulieu
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 20:18

    Bonjour,

                  J'avais déjà entendu ça une fois que fauter c'est dévier de son centre à la manière d'une roue faussée de vélo.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :